Formation continue tout au long de la vie

La formation continue universitaire forme toujours plus de salariés

Note d'information n°27 octobre 2016
Répartition des stagiaires selon le type de formations (en %)

Les établissements d’enseignement supérieur publics (universités, écoles et Conservatoire national des arts et métiers) ont accueilli près de 480 000 stagiaires en formation continue en 2014, pour un chiffre d’affaires de 455 millions d’euros. Près de 90 000 diplômes ont été délivrés en formation continue, dont les deux tiers sont des diplômes ou titres nationaux. Ils représentent 11 % de l’ensemble des diplômes nationaux délivrés en formation initiale et continue.

Note d'information - 25.10.2016

L’essentiel

La formation continue de l’enseignement supérieur public a dispensé 73 millions d’heures en 2014, dont 58 millions en face à face pédagogique, pour un chiffre d’affaires de 455 millions d’euros. Bien que le nombre de stagiaires évolue à peine (+ 0,2 %), le chiffre d’affaires augmente de 6,6 % et le nombre total d’heures dispensées de 4,3 % par rapport à 2013.

La durée moyenne des stages augmente, passante de 148 à 153 heures en incluant les heures passées en stage, dont 121 heures de nature pédagogique et 32 heures en stage pratique.

Les publics de la formation continue universitaire sont constitués de 36 % de salariés (+ 1 point), 11 % de demandeurs d’emploi, 44 % de particuliers (avec publics inter-âges) et 9 % d’actifs non salariés. Le nombre des stagiaires salariés augmente de 4 %. Parmi eux, le nombre des bénéficiaires d’un contrat de professionnalisation progresse de nouveau, de 16 % (+ 18 % en 2013), tandis que le nombre de bénéficiaires d’un congé individuel de formation (CIF) continue de baisser : - 8 % en 2014 après une baisse de 26 % en 2013.

Les diplômes les plus recherchés sont la licence (39 % des diplômes délivrés, dont 16 200 licences professionnelles, soit une progression de 10 %) et le master (28 %,16 400 diplômes délivrés). Au niveau IV, 6 000 diplômes d’accès aux études universitaires (DAEU, capacité en droit et diplômes de français langue étrangère) délivrés en formation continue (soit une baisse de 8 %) permettent à des publics sans baccalauréat de suivre un cursus universitaire.

Repères

Les publics de la formation continue

  • Les salariés du secteur privé et les agents de la fonction publique peuvent se former au titre du plan de formation de l’entreprise, en continuant d’être rémunérés par leur employeur, ou au titre du droit individuel à la formation (DIF). Ils peuvent également bénéficier d’un congé individuel de formation (CIF) rémunéré pendant tout ou partie de leur formation.
  • Les demandeurs d’emploi peuvent suivre une formation rémunérée dans le cadre d’actions financées par les régions ou par l’État.
  • Les non-salariés (agriculteurs, artisans, commerçants et professions libérales) peuvent accéder à la formation professionnelle continue. Ils participent obligatoirement à son financement par le versement d'une contribution à un organisme collecteur habilité par l’État.
  • Les particuliers, inscrits à leur initiative pour suivre une formation librement choisie, financent tout ou partie de leur formation.

Les différents types de formation professionnelle continue

  • Les formations diplômantes sont sanctionnées par un diplôme d’État.
  • Les formations certifiantes débouchent sur un certificat de qualification figurant sur les listes établies par les commissions paritaires nationales de l’emploi des branches professionnelles. Elles sont reconnues par les branches professionnelles.
  • Les formations qualifiantes ou "formations courtes" sont à visée professionnelle plus immédiate. Elles attestent d’une qualification professionnelle acquise, bien qu’elles ne débouchent pas sur un titre. Elles peuvent être reconnues dans une convention collective.

Le financement de la formation continue

  • La formation professionnelle continue est financée principalement par les fonds privés, les entreprises et les particuliers, ainsi que par les régions et l’État. Les entreprises ont l’obligation de financer des actions de formation.
  • Les conseils régionaux financent des dispositifs en direction des jeunes de 16 à 25 ans et des demandeurs d’emploi. En concertation avec l’État et les partenaires sociaux, ils élaborent le plan régional de développement de la formation professionnelle.
  • L’État finance des actions de formation en direction des demandeurs d’emploi et de publics spécifiques (handicapés, immigrés, détenus, etc.).
  • L’Union européenne accorde également des subventions.
1ère publication : 25.10.2016 - Mise à jour : 7.11.2016

Les recherches les plus fréquentes :