Recherche

Allocation post-doctorale pour l'évaluation des plans de simplification

Allocation post-doctorale

Le secrétaire d’État à l’Enseignement supérieur et à la Recherche, Thierry Mandon, lance un appel à projets pour l’attribution d’une allocation post-doctorale dédiée à l’étude sur l’évaluation des plans de simplification.

Actualité - 20.12.2016

Présentation des plans de simplification

L’objectif est de procéder à l’évaluation des deux plans de simplification de l’Enseignement supérieur et de la Recherche annoncés par le Secrétaire d’Etat en charge de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Thierry Mandon en avril et en décembre 2016.

Cette démarche de simplification vise à alléger les conditions de travail des personnels et de vie des étudiants et à faciliter l’enseignement, les parcours de chacun, la recherche et la gestion des établissements. Engagée dès 2015 via la consultation des parties prenantes de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et sur la base du rapport de l’I.G.A.E.N.R. rendu en février 2016, elle se décline en deux volets :

  • une première série de 50 mesures de simplification annoncées en avril 2016 ;
  • une seconde de 20 mesures en décembre 2016, avec le lancement de l’évaluation des 70 dispositions prises.

La recherche post-doctorale s’intéressera donc aux effets des deux plans. Il s’agit de conduire une recherche à visée évaluative, dont la méthode devra être clairement exposée par le candidat, afin de mettre en lumière la manière dont les plans de simplification ont eu un impact sur les différents personnels et usagers des établissements d’enseignement supérieur et de recherche en France.

Le financement proposé dans le cadre de cet appel à projet s'adresse à des jeunes chercheurs pour un  post-doctorat d’une durée de deux ans. Il est d’un montant de 50 000 euros annuels.


Trois critères d’éligibilité

  • Etre titulaire d’un doctorat obtenu dans une université en France, ou d’un doctorat de niveau équivalent obtenu dans une université non française.
  • Effectuer le stage post-doctoral dans un laboratoire de recherche en France.
  • Les doctorants qui auront soutenu leur thèse en 2016 peuvent être candidats.

Dossier de candidature

Huit pièces sont nécessaires pour la constitution du dossier de candidature :

  • un curriculum vitae du candidat ;
  • la liste des publications (parues et acceptées) et la liste des communications scientifiques du candidat ;
  • une photocopie de la page de garde de la thèse ou du diplôme indiquant la date de soutenance et la composition du jury ;
  • le titre et la description du projet de recherche (8 pages maximum) ;
  • un organigramme détaillé de l'équipe d’accueil ;
  • la liste des publications de l'équipe d’accueil des deux dernières années ;
  • une lettre de motivation du candidat ;
  • une lettre d’accord, sur papier à en-tête, du directeur de l’unité d'accueil qui indique en outre l’organisme gestionnaire du futur financement.

Conditions d’attribution

Dépôt de candidature

Le dossier de candidature doit être adressé de façon dématérialisée avant le 15 février 2017 à minuit à la direction générale de la recherche et de l’innovation - D.G.R.I., à l’adresse mail suivante : aap-postdoc

Sélection des candidats

Le jury d’évaluation sera composé de :

  • Philippe Bezes, directeur de recherche au C.N.R.S. ;
  • Jean-Richard Cytermann, chef de service de l’I.G.A.E.N.R. ;
  • Florence Jany-Catrice, professeur des universités à Lille 1 ;
  • Vincent Spenlehauer, directeur du pôle de formation à l’action publique à l’Ecole des Ponts Paris Tech.

Modalités de financement

  • Les financements prennent effet à la signature du contrat de travail post-doctoral qui doit intervenir entre le 15 mars 2017 et le 30 avril 2017 pour une durée de deux ans.
  • Une première avance de 50 000 euros est versée après transmission d'un exemplaire du contrat de travail post-doctoral (contrat à durée déterminée de 2 ans) entre le bénéficiaire et l'organisme gestionnaire du laboratoire d'accueil.
  • Un rapport intermédiaire d'activité est transmis à mi-parcours du contrat et déclenche le versement d’une deuxième avance  de 40 000 euros pour la poursuite de l'étude.
  • Un rapport provisoire d'évaluation des deux plans de simplification est transmis deux mois avant la fin du contrat. Les éventuelles remarques et questions du ministère chargé de l'E.S.R. sont communiquées en retour, au plus tard un mois après réception du rapport provisoire.
  • Le solde de la subvention, 10 000 euros, est versé après réception du rapport définitif.
1ère publication : 20.12.2016 - Mise à jour : 26.12.2016

Les recherches les plus fréquentes :