Plan en faveur des sciences humaines et sociales (S.H.S.)

Plan S.H.S. : état d'avancement des 15 mesures

etudiants en amphi© M.E.S.R./PICTURETANK

Le plan S.H.S. comporte 15 mesures (10 annoncées en juillet 2016 et 5 annoncées en novembre 2016). Huit mois plus tard, le ministère présente l'état d'avancement de leur mise en oeuvre.

Article - 17.03.2017

Mesure 1 - Accompagner l'évolution de la production des savoirs et leur diffusion

  • Mieux détecter les disciplines en tension et établir un état des lieux et un suivi de l’emploi scientifique S.H.S. en France

Effectif- La publication de "L'état de l’emploi scientifique en France" s’est enrichie, dans son édition 2016, en informations statistiques par grands domaines scientifiques. Elle permet d’avoir pour les S.H.S.. les effectifs de chercheurs du public et du privé, les recrutements et départs en retraite, l’insertion professionnelle des docteurs et le vivier des doctorants ; cette édition intègre ainsi une dimension prospective.
Cette publication biennale donne une vision globale des personnels de la recherche menée en France, dans les organismes et les établissements d’enseignement supérieur et en entreprise, accompagnée d’un éclairage réglementaire détaillé ; elle intègre des éléments sur la mobilité et des comparaisons internationales qui permettent de positionner la France au sein des pays de l'O.C.D.E.
Les améliorations apportées à l’édition 2016 renforcent cette publication dans son rôle d’outil d’information et d’aide à la décision, permettant de répondre plus efficacement aux besoins des individus, des établissements, des organismes et des pouvoirs publics.

- Par ailleurs, un document a été réalisé, récapitulant les données produites par le SIES sur les  champs étudiants et R&D et mettant en lumière le domaine S.H.S. 

  • Appel à manifestation d'intérêt  "disciplines rares et émergentes"

EffectifFabienne Blaise, Pierre Mutzenhardt et Gilles Roussel ont remis un rapport sur les "disciplines rares" , en décembre 2014, qui distingue les disciplines rares en émergence et les disciplines rares menacées. Les thématiques prises en compte dans ce périmètre ne concernent pas exclusivement les S.H.S., mais c’est néanmoins ce secteur qui est le plus touché. Pour suivre cette situation, un chef de projet sur l’observation des disciplines rares a été recruté dans le service chargé des systèmes d’information et des études statistiques du ministère. Il devra réaliser un travail d’identification quantitative et qualitative des disciplines dites "rares", au niveau de la communauté scientifique française. Il s’agira aussi de mettre en place des outils d’information statistique ainsi que des référentiels qui puissent être intégrés dans d’autres outils de diffusion d’information sur les disciplines de recherche, ainsi que dans des outils collaboratifs comme le répertoire national des structures de recherche (R.N.S.R.) et le nouvel outil ScanR de cartographie "Recherche et Innovation" des laboratoires publics et des entreprises en France. 
Un appel à manifestation d’intérêt autour des champs de l’islamologie et la radicalisation a été lancé à la fin du mois de février 2017. Une dotation de 7 postes y est associée. Un appel à manifestation d’intérêt portant sur d’autres disciplines rares, accompagné de 7 postes spécifiques, a par ailleurs été lancé le 20 janvier 2017. Ses résultats seront connus le 20 avril 2017.

  • Accroître le périmètre des contrats doctoraux internationaux, impliquant un séjour d'au moins la moitié de la période financée pour la thèse à l'étranger

En cours de cadrageLes contrats doctoraux internationaux, qui demandent que 20 mois sur 36 soient passés dans une unité de recherche française à l’étranger, concourent au développement de l’internationalisation des S.H.S. Les thématiques de ce programme doctoral sont  ouvertes à toutes les disciplines des sciences de l'homme et de la société. Ce temps de recherche à l’étranger contribue à faire évoluer la production des savoirs et leur diffusion. Il permet d’acquérir des compétences linguistiques ainsi qu’une connaissance approfondie des contextes culturels et sociaux qui sont des éléments décisifs pour la formation de personnels de haut niveau, disponibles pour les métiers du monde académique mais également pour les structures en charge de l’action publique.
Les crises et tensions autour de l’espace méditerranéen et dans les interactions entre la rive sud de la méditerranée et l’Europe sont au cœur d’enjeux majeurs pour la connaissance et l’action. Le potentiel de recherche en S.H.S. sur ces questions est très fort. Les S.H.S. françaises disposent de plusieurs atouts : un réseau de laboratoires et d’établissements (UMIFRE, EFE) qui ont tissé depuis longtemps des liens académiques avec les pays de la rive sud de la Méditerranée ; des laboratoires et des chercheurs aux travaux reconnus ; des structures de coordination que sont les GIS "Etudes aréales" (GIS Moyen Orient Mondes musulmans ; GIS Etudes africaines en France) et qui relient les acteurs de plusieurs communautés scientifiques. 

Mesure 2 - Favoriser l'interdisciplinarité dans la recherche et dans l'enseignement

  • Doubler les crédits pour l’appel à projets destiné au soutien d’actions de recherche interdisciplinaires, associant des équipes S.H.S. et hors S.H.S. (C.N.R.S. et Réseau des Maisons des Sciences de l’Homme - R.M.S.H.) - Ouverture et circulation des données

EffectifGrâce à un doublement par le ministère du financement de l'appel un appel à projets destiné au soutien sur l'ensemble du territoire d’actions de recherche interdisciplinaires portées par les M.H.S. sera relancé avec une puissance à la mesure de la dynamique interdisciplinaire des territoires et de leur engagement dans le transfert des recherches S.H.S. vers la société, avec de nouvelles thématiques urgentes : les data, la sécurité humaine, le genre et les sexualités.
Le C.N.R.S., par la Mission  pour l’interdisciplinarité (MI) et l’Institut des Sciences Humaines et Sociales, a lancé en 2014 et 2015 un partenariat fécond avec le Groupement d’Intérêt Scientifique "Réseau National des Maisons des Sciences Humaines" (GIS R.N.M.S.H.) par un appel à projets associant des équipes S.H.S. et non S.H.S. pour un travail sur des thématiques émergentes.
Dans une période où l’on sollicite l’implication des chercheurs et les approches S.H.S. dans le traitement des défis sociaux, cet appel permet de soutenir les chercheurs et enseignants chercheurs ayant la capacité et le désir de s’impliquer dans des projets interdisciplinaires et de s'engager dans la société. Il permet aussi de faire monter en puissance les MSH comme nouveaux lieux de l’interdisciplinarité.
Cet appel sera cofinancé par le C.N.R.S. et le R.N.M.S.H. à hauteur de 100 000 euros, permettant de soutenir chaque année de 8 à 9 projets.
En savoir plus sur l'appel à projets 2017 RNMSH / MI

  • Créer dix contrats post doctoraux, sur des thématiques interdisciplinaires, dans les Maisons des Sciences de l’Homme (M.S.H.)

En cours de cadrageUne dizaine de contrats post-doctoraux d'une durée de deux ans vont être attribués aux M.S.H. sur la base d'un appel d'offres. Les post-docs recrutés devront bénéficier d'un espace de travail équipé et adéquat et de toutes les facilités (documentation, infrastructures) dont bénéficie la M.S.H. dont relève leur laboratoire d'affectation.
Les M.S.H. sont un élément essentiel du dispositif français de recherche dans le domaine des S.H.S. et de leurs interfaces avec les autres sciences. Elles sont connectées avec les établissements académiques et les collectivités territoriales de leur site et elles y assurent une articulation efficace entre les laboratoires et les très grandes infrastructures de recherche du domaine.
En conséquence, les M.S.H. sont un endroit tout désigné pour permettre à des post-doctorants de mener des travaux interdisciplinaires facilitant leur recrutement à haut niveau dans le monde académique, dans celui de l'administration régionale ou dans celui des entreprises du site.

  • Installer un référent pour l’interdisciplinarité S.H.S. au sein du Haut Conseil de l'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur (H.C.E.R.E.S.)

EffectifPour accompagner le développement multiforme de l’interdisciplinarité le H.C.E.R.E.S. a créé un référent, chargé de piloter les évolutions méthodologiques permettant de modifier les différents processus d’évaluation des entités de recherche pour une meilleure prise en compte de l’interdisciplinarité. C'est Monsieur Franck Neveu, coordonateur pour les sciences humaines et sociales au sein du H.C.E.R.E.S. qui a été désigné.
L’interdisciplinarité est devenue en une décennie un élément essentiel de la recherche et est désormais une priorité majeure des grandes universités et des organismes de recherche.

  • Missionner une personnalité scientifique reconnue pour réaliser, avec l'appui de l'IGAENR, un rapport sur les formations interdisciplinaires dans l’enseignement supérieur

En cours de cadrageAfin de donner plus de visibilité à la place des S.H.S. dans les autres formations (scientifiques, artistiques..., une personnalité scientifique sera missionnée pour réaliser, avec l'appui de l'I.G.A.E.N.R., un rapport sur les formations interdisciplinaires dans l’enseignement supérieur.
 

Mesure 3 - faciliter L'accès aux financements par appels d'offres des S.H.S.

  • Constituer un portail spécifique aux appels d’offres en S.H.S. hébergé par l'A.N.R. afin de rendre visibles les projets faisant intervenir plusieurs financeurs publics et privés

EffectifPour les chercheurs, la multiplication des appels à projets au niveau local, national ou international est problématique quant à la recherche d’informations et notamment de textes de référence. La mise en place d’un espace dédié au téléchargement au sein du portail constitue un avantage indéniable et permet à tous les acteurs de la recherche de disposer d’un endroit commun. Le site deviendra ainsi une référence nationale.
Cette mesure est également développée dans le cadre de la mesure 33 du plan Simplification n°1 ("portail unique pour les appels à projets" dont l’A.N.R. assurerait la maîtrise d’œuvre).
L’A.N.R.. a mis en place un portail pour les S.H.S. analogue au portail Santé déjà mis en place. Ce portail sera inauguré le 20 mars 2017 et son utilisation ouverte au public à la mi-avril 2017.
 

  • Missionner l'I.G.A.E.N.R. et deux personnalités scientifiques représentatives des communautés en S.H.S. et en mathématiques pour évaluer les procédures de financement A.N.R.

En raison des décisions prises et annoncées dans le cadre du second volet plan S.H.S. en novembre  2016 (mesure 11) sur le positionnement des S.H.S. dans le budget de l’A.N.R., cette mission n’est plus justifiée pour le moment.

  • Accompagner la préparation des candidatures françaises au financement E.R.C.

En cours de cadrageL'action "préparation E.R.C." permettra d'attribuer aux candidats une dotation pour le travail en phase de préparation. Elle permettra de mettre en œuvre l'accompagnement des candidats, notamment pour la phase de préparation l'oral pour les appels starting grant et consoldator grant.
Les résultats récents de la communauté S.H.S. française dans les appels à candidature émanant du European Research Council (E.R.C.) sont en décalage par rapport au potentiel de recherche des chercheurs de ces disciplines. Afin de renforcer les chances de succès des candidatures françaises, il convient d'accompagner les candidatures des chercheurs ou enseignants-chercheurs de haut niveau pour améliorer leur chance de succès. Durant la phase de préparation et de montage de la candidature ces chercheurs ou enseignants-chercheurs doivent en particulier pouvoir organiser des sessions de travail avec leurs collaborateurs. Ils doivent également pouvoir faire réviser ou traduire le texte de leur projet. Enfin les candidats sélectionnés pour la phase d'audition par les comités d'évaluation pourront effectuer des oraux d'entraînement devant des jurys composés d'anciens lauréats ou d'anciens panel members. 

  • Faciliter l'accès aux appels d’offres internationaux à travers la création du portail S.H.S. FUNDIT

EffectifLa plateforme FUNDIT a pour but de favoriser l’information sur le financement et la mobilité internationale des chercheurs en S.H.S.. Elle centralise sur un seul site tous les appels relatifs à des séjours de recherche en France et à l'étranger, ainsi que tous les appels à projets pour obtenir des financements pour une recherche individuelle ou collaborative.
Cette plateforme accompagne les chercheurs et enseignants-chercheurs dans leur travail de recherche en mettant à disposition : un compte personnel pour recevoir alertes et mises à jour en fonction de chaque profil ; un blog, qui relaie conseils, témoignages et interviews, une utilisation active des réseaux sociaux pour suivre aisément la publication de nouveaux appels, et une newsletter mensuelle qui présente les principales nouveautés.

Mesure 4 - Améliorer l'insertion professionnelle des docteurs et des diplômés de masters S.H.S.

  • Expérimenter des dispositifs d'appui à l'insertion des étudiants et diplômés en S.H.S. via  une dotation exceptionnelle aux établissements.

EffectifLe ministère lance une expérimentation auprès d'établissements volontaires pour construire de façon collective des dispositifs au service d’une meilleure insertion des  étudiants et diplômés de S.H.S.et L.L.A
Dans cette perspective, un appel à manifestation d’intérêt a été  lancé, en décembre de l’année 2016, à destination des établissements publics de formation et de recherche, pour soutenir des projets favorisant l’insertion professionnelle des étudiants dans les filières sciences humaines et sociales et lettres langues et arts.

Ces projets mettent  en lumière le caractère innovant des dispositifs, l’identification de compétences transférables dans différentes situations professionnelles, l’amélioration des parcours d’études, la sensibilisation et l’implication des personnels enseignants, la mobilisation ou la création d’outils numériques favorisant une meilleure relation formation-emploi. Cet appel à manifestation d’intérêt  est financé par une dotation exceptionnelle en masse salariale équivalente à 15 emplois.
Les résultats seront connus à la fin du mois de mars 2017. Les établissements sélectionnés formeront tout au long de l’année 2017 un groupe pilote qui capitalisera les pratiques et les dispositifs les plus pertinents pour les mettre au service de l’ensemble de la communauté.

  • Créer au sein du ministère un observatoire du doctorat qui remettra un rapport annuel

En déploiementLa mise en place par le SIES d’une enquête sur l’insertion des docteurs (projet IPDoc), permettra, à terme, d’obtenir des données sur le devenir professionnel à un an, trois ans et cinq ans. L'enquête réelle (en vraie grandeur) est programmée au mieux en 2017.
Par ailleurs, le SIES a vocation à exploiter l’enquête "emploi" de l'INSEE et le recensement de la population aux fins de suivre, à brève échéance, l’évolution du taux de chômage des docteurs et de donner une estimation de la part de la population titulaire d’un doctorat. Une note d’information sur le sujet est au programme 2016 du SIES, qui exploite l’enquête "emploi" de l'INSEE.
L’édition 2016 de la publication "L'etat de l’emploi scientifique en France" consacre un chapitre aux doctorants et docteurs (partie II pages 35 à 64). Au sommaire notamment, la poursuite en doctorat, les effectifs de doctorants, les financements, les CIFRE, l’insertion professionnelle des docteurs.
 

  • Instituer un concours externe spécial d’agrégation réservé aux titulaires du doctorat

EffectifPlusieurs mesures ont été prises pour faciliter et valoriser la place des docteurs dans la fonction publique dès 2017.
- Le concours spécial de l’agrégation a été créé par le décret n° 2016-656 du 20 mai 2016 modifiant le décret n° 72-580 du 4 juillet 1972 relatif au statut particulier des professeurs agrégés de l'enseignement du second degré. Il s’agit d’un concours externe spécial réservé aux titulaires du doctorat. Le nombre de places offertes à ce concours spécial ne doit pas excéder 15% du nombre total des places mises aux deux concours externes  à venir. De plus est instaurée une bonification d’ancienneté au moment du classement d’échelon, pour la période de préparation du doctorat correspondant à la durée du contrat de travail ou sinon à une durée de deux ans. Ce concours spécial concerne pour le moment 5 disciplines mais pourrait s’étendre par la suite à d’autres.
- Pour l’accès à l’ENA, les périodes de contrat doctoral sont assimilées à des services effectifs pour se présenter au concours interne et la préparation du doctorat est assimilée - dans la limite de 3 ans - à une période d'activité professionnelle pour se présenter au 3e concours.
- Un concours spécial externe d'accès au corps des conservateurs de bibliothèques ouverts aux titulaires du doctorat a été créé par le décret n° 2017-144 du 7 février 2017. Le nombre de places offertes à ce concours ne peut excéder 15% du nombre total des places offertes aux deux autres concours externes. Par ailleurs, le décret prévoit les modalités de prise en compte de la période de préparation du doctorat lors de la titularisation dans le corps des conservateurs des bibliothèques. La première session de ce concours spécial  sera organisée en 2018.

Mesure 5 - Promouvoir l'intégrité scientifique et garantir les données d'enquête

  • Mettre en place les recommandations du rapport de Pierre Corvol sur l’intégrité scientifique en les ajustant aux S.H.S.

En déploiementTraiter l’intégrité scientifique à la racine, c’est assurer une formation au respect de la vérité scientifique auprès des étudiants et de l’ensemble du personnel de la recherche, selon le rapport Corvol. Les règles d’éthique et d’intégrité relèvent d’un apprentissage qu’il faut construire collectivement, dans un contexte mouvant de concurrence nationale et internationale. La proposition n°4 du rapport visait à introduire explicitement dans l’arrêté des études doctorales "l'acquisition d'une culture scientifique élargie incluant une initiation à l’éthique de la recherche et à l’intégrité scientifique". C’est chose faite puisqu’il est désormais écrit que les écoles doctorales "veillent à ce que chaque doctorant reçoive une formation à l’éthique de la recherche et à l’intégrité scientifique". C’est la première fois que figure le terme "intégrité scientifique" dans le cursus doctoral.
La question du libre accès aux données source et de leur conservation est un sujet qui rencontre trois enjeux principaux : la traçabilité, le référencement et la conservation des données à long terme. L’enjeu de cette dernière est essentiel : les corpus constitués ont vocation à être mis à disposition de la communauté scientifique. Dans le domaine des sciences humaines et sociales, les entretiens doivent être retranscrits sous forme numérique et anonymisés en tenant compte des dispositifs et des règles à appliquer pour garantir la protection des personnes (avis de la CNIL...).

Mesure 6 - Mieux intégrer les enjeux du numérique dans les formations et la recherche

  • Développer les formations dans le champ des "Humanités numériques"

En déploiementLe ministère organise enmars 2017, des Rencontres rassemblant les responsables de formations de type "Humanités numériques" avec l’objectif de confronter les expériences et d’élaborer un projet concerté de développement de cette offre de formation à l’échelle nationale.
En effet, l’importance prise par le numérique dans toutes les activités a des enjeux et des impacts sociaux, politiques et économiques qui sont des objets travaillés par les SHS, parfois à l’interface avec les sciences des données. En même temps qu’il transforme leurs sujets, le développement du numérique transforme également les méthodes et certains des paradigmes des SHS, ouvrant des perspectives ainsi que de nouveaux besoins en termes de compétences et d’équipements.
La production et la transmission des savoirs qui relèvent des Humanités Numériques, ou encore des Digital Studies, se sont développées dans des formations de niveau Master et dans des parcours de licence dans différentes universités françaises. Avant de réfléchir à la création éventuelle d’une mention nouvelle de licence (la liste des mentions est réduite à des fins de lisibilité et est déterminée par le ministère), il convient de faire le point sur ce mouvement important afin de préciser ce que recouvre ce domaine de formation pluri- et interdisciplinaire, les liens entre la recherche et la formation, d’objectiver l’insertion professionnelle des diplômés et l’attractivité internationale des formations, et de réfléchir à la pertinence d’accroître le nombre d’étudiants formés.

  • Mettre à jour les feuilles de route des Très Grandes Infrastructures de Recherche S.H.S. en les accompagnant de dispositifs de formation

En cours de cadrageSix P.U.D. (bientôt le double) ont été créées par le T.G.I.R.. PROGEDO et sont co-portées par les universités et le réseau des MSH, dans toute la France. Elles doivent au plus près des utilisateurs la connaissance, le repérage et un choix éclairé des nombreuses données de qualité disponibles.
Ces P.U.D. organisent des formations à l’utilisation des logiciels de traitement, relatifs aux données, ainsi que des sessions d’apprentissage et d’utilisation des grandes enquêtes européennes que la France finance et qui sont plus utilisées actuellement en d’autres pays qu’en France.
Les actions de formation qu’elles permettront de remettre les jeunes chercheurs français dans le meilleur positionnement international.
Une véritable révolution des données est à l’œuvre. La convergence du développement des technologies de l’information et du recueil de données sous les formes les plus diverses en est le ressort. La France est un des producteurs de données qualifiées les plus reconnus dans le monde mais n’est pas, et de loin, parmi les meilleurs pays utilisateurs ajoutant de la valeur à ces données.
Développer la culture des données auprès des doctorants et jeunes enseignants chercheurs vise à rééquilibrer cette situation dans un monde scientifique où les données sont essentielles et dans une société où elles jouent un grand rôle.

 

  • Favoriser l’appropriation, par les étudiants et les enseignants-chercheurs, des usages numériques en SHS en s'appuyant sur les ressources des bibliothèques universitaires

Pour les étudiants : un A.M.I. valorisant les dispositifs de formation numériques

EffectifLe ministère a lancé en juillet 2016 un appel à manifestation d'intérêt (A.M.I.) pour susciter "l'évolution des dispositifs et des pratiques de formation en réponse au besoin de développement de campus intelligents".
L'attention a été plus particulièrement portée sur les effets de synergie et de mutualisation produits par ces initiatives au sein des sites et des établissements et leur transférabilité à d'autres contextes. Les porteurs des actions financées dans le cadre de cet appel ont vocation à constituer une communauté d'acteurs appelée à développer une expertise capitalisée aux niveaux local et national.
Une des 4 rubriques de cet A.M.I.  concerne la production / éditorialisation de ressources pédagogiques et accompagnement de leurs usages.
Parmi ces ressources on trouve les ressources éducatives libres, notamment regroupées dans le cadre des Universités Numériques Thématiques. Depuis le début des années 2000, l'Etat a fortement soutenu la production de ces  ressources libres et gratuites. Mais des projets en partenariat avec les éditeurs, prenant plus particulièrement appui sur les bibliothèques universitaires, ont également été menés.
Le montant dédié à cet A.M.I. pour l'ensemble des quatre thématiques s'élève à 1 500 000 euros. Chaque projet retenu est co-financé au maximum pour moitié du budget total par le ministère avec un plafond de 70 000 euros.

Pour les enseignants-chercheurs : modernisation du réseau des URFIST (Unité Régionale de Formation à l'Information Scientifique et Technique)

EffectifLes unités régionales de formation à l’information scientifique et technique (URFIST), au nombre de sept, ont été créées dans les années 1980. Elles sont gérées par un binôme constitué d’un conservateur de bibliothèques et d’un enseignant-chercheur.  Leurs missions sont la formation, la veille, l’expertise et la production pédagogique et scientifique dans le domaine de l’information scientifique et technique. Elles s’adressent principalement aux enseignants-chercheurs, aux doctorants et aux professionnels de l’information et de la documentation.
Le projet de création d’un groupement d’intérêt scientifique (GIS) s’appuie sur un rapport de recommandation qui émane d’un groupe de travail coordonné par le doyen de l’inspection générale des bibliothèques. Il a affirmé la nécessité de porter au niveau national des projets de recherche et de formation en I.S.T. et de rendre plus visible les activités du réseau des URFIST en les dotant d’une structure fédérative, au fonctionnement souple.
Un appel à manifestation d’intérêt a été lancé le 2 septembre pour sélectionner l’établissement qui portera le G.I.S. A la date limite de candidature, fixée au 14 octobre, quatre établissements ont déposé un dossier. La commission de sélection pour le choix de l’établissement porteur a eu lieu fixée le 29 novembre 2016.
Le GIS, qui regroupe les établissements de rattachement des sept URFIST, des laboratoires de recherche ainsi que des établissements ou organismes spécialisés dans les questions d'I.S.T., a été  créé à la suite. L'établissement porteur est  l'Université de Nice, lauréat de l'appel  à projet. 15 établissements partenaires sont engagés dans le GIS.
Les conventions sont en cours de signature (retour pour le mois mars 2017) et une première réunion est programmée à la suite du retour des conventions au M.E.N.E.S.R. à la mi-mai 2017.

  • Missionner l'inspection générale des bibliothèques pour réaliser un rapport sur les enjeux du numérique concernant les ressources documentaires en S.H.S. (numérisation, indexation, nouveaux usages)

EffectifUne lettre de mission pour l’inspection générale des bibliothèques a été rédigée par le ministre au mois de septembre 2016. La mission est intégrée dans le plan de charge 2016-2017 de l’inspection.
Il s’agit d’établir un rapport sur les enjeux du numérique concernant les ressources documentaires en S.H.S..
La documentation proposée en SHS est encore majoritairement sur support papier. Avec l’évolution des pratiques pédagogiques, les besoins nouveaux des chercheurs, et dans le cadre des évolutions législatives (Loi pour une république numérique), l’accélération du développement de la documentation numérique est un enjeu fort pour affirmer la place centrale que doivent tenir les S.H.S. dans notre société.
Le rapport doit proposer des recommandations pour l’accompagnement de la transition de la documentation S.H.S. vers le numérique, via un état des lieux de l’offre numérique proposée dans les bibliothèques, une étude de l’offre documentaire numérique éditoriale pour les étudiants de S.H.S.  Il étudiera aussi l’évolution des services proposés sur les plateformes qui mettent à disposition les ressources numériques et l’évaluation des politiques publiques qui se mettent en place pour la documentation recherche en S.H.S., dans le cadre du plan d’accompagnement prévu suite à la promulgation de la loi et via les actions de B.S.N. (bibliothèque scientifique numérique) et la création du groupement d’intérêt scientifique CollEx-Persée.

Mesure 7 - Développer l'internationalisation des S.H.S.

  • Renforcer le dispositif de soutien à la mobilité internationale (S.M.I.) via le C.N.R.S. - augmentation de la possibilité de délégation pour les enseignants-chercheurs - des mobilités thématisées gérées sur le territoire par les M.S.H.

En cours de cadrageDans l’appui à l’internationalisation des sciences humaines et sociales la mobilité internationale est un élément crucial qui permet aux chercheurs et enseignants-chercheurs de s’insérer dans des réseaux scientifiques, de partager leurs questionnements théoriques, de mettre à l’épreuve leurs dispositifs méthodologiques et d’acquérir des données. Ces éléments sont eux-mêmes décisifs pour répondre avec succès aux appels d’offre internationaux de haut niveau.
Les outils et dispositifs existants pour la mobilité des chercheurs et enseignants chercheurs permettent seulement le soutien à la mobilité de courte durée, prise en charge par les laboratoires, ou à la mobilité de longue durée qui se réalise via des affectations à l’étranger ou des invitations par des institutions de recherche étrangères. Il manquait un outil pour le soutien à des mobilités de durée moyenne. Le programme "Soutien à la mobilité internationale", mis en place en 2013 par le C.N.R.S. (InS.H.S.), permet la réalisation de missions de 3 à 10 mois. Le renforcement de ce programme fondé sur des principes simples (somme mensuelle forfaitaire pour frais de mission versée au laboratoire ; sélection sur le seul critère de qualité scientifique) répond à une demande très forte de la communauté des sciences humaines et sociales.

  • Mettre en place au sein des M.S.H. des cellules de rewriting pour la publication dans les grandes revues scientifiques

En cours de cadrageLe constat est fait depuis longtemps de la faiblesse de l'audience internationale des S.H.S. françaises : hormis certains domaines particuliers comme l'économie, la linguistique ou les sciences cognitives, dans lesquels a été depuis longtemps mise au point une politique de publication dans les grandes revues internationales du domaine, les SHS souffrent en France d'une tradition de publication à peu près exclusivement tournée vers les revues nationales. Cette faiblesse constitue un handicap à l'accès des S.H.S. françaises aux financements européens.
Répondant sur ce point à une demande insistante de la communauté S.H.S., des cellules de révision linguistique (rewriting) vont être mises en place au sein des M.S.H. pour franchir l'obstacle linguistique à la publication dans les revues internationales du domaine.
Le financement de la mesure se fera par le biais d'une allocation globale au Réseau National des M.S.H. et il sera de la responsabilité du Conseil Scientifique de ce réseau de proposer des règles d'attribution de ces fonds et d'en vérifier la bonne application;

  • Évaluer le dispositif innovant des Instituts d’Études Avancées (IEA) afin d'accompagner l'évolution des missions et du périmètre de ces instituts

EffectifUn rapport a été confié à Milena Zic-Fuchs, linguiste croate membre de l’académie des sciences et des lettres, pour analyser les problématiques de recherche, leur contribution  à la dynamique de recherche au niveau local, national et international, ainsi que les interactions entre les IEA à travers la coordination du RFIEA et qui examinera pour les I.E.A. les possibilités d'un financement pérenne.
Dans le cadre de la nécessaire internationalisation des sciences de l’homme et de la société, quatre Instituts d’études avancés en été créés à Paris, Lyon, Marseille et Nantes. Ces instituts sont coordonnés depuis 2007 par un réseau, le RFIEA.
Chaque IEA est un lieu d’innovation intellectuelle destiné à accueillir en résidence des scientifiques internationaux de haut niveau, juniors et confirmés et de diverses origines disciplinaires. Chaque IEA offre des résidences de recherche, jusqu’à une année académique, au cours desquelles les chercheurs invités effectuent leurs travaux en toute indépendance.
Les résidents bénéficient de logements, d’espaces de travail et de sociabilité mis à leur disposition. Un accompagnement logistique et financier leur est proposé, ainsi que la possibilité de participer, dans le cadre de séminaires, colloques ou conférences, à des réflexions avec d’autres chercheurs et de nouer de nouvelles collaborations.

  • Renforcer la collaboration avec les pays de la francophonie notamment avec l'Agence universitaire de la francophonie (AUF)

EffectifLe 17 juin 2016, à l’occasion de la rencontre des ministres de l’enseignement supérieur des pays francophones à Bamako, a été lancé le portail IDNEUF, "méta-portail" de près de 40 000 ressources pédagogiques numériques francophones pour l’enseignement supérieur. Il comporte cours filmés ou retranscrits, exercices, études de cas, simulations, jeux sérieux, etc... produites par les établissements à destination des étudiants, des enseignants et du grand public. Un moteur de recherche performant s’appuie sur celui du portail français SupNumérique. L’accès aux ressources de ce portail géré par l’AUF est libre et gratuit.
L’ensemble des disciplines est couvert et une partie de ces ressources se trouve dans le domaine des S.H.S.
Deux exemples :
- La Philo en petits morceaux est une série de films d’animation sur des questions de philosophie des sciences à destination d'un public très large.
- Web-documentaire Dans les murs de la Casbah

Mesure 8 - Diffuser plus largement les informations sur la recherche en S.H.S.

  • Renforcer les missions de l’Observatoire des S.H.S., lancé par l’Alliance Athena

EffectifL’Observatoire des sciences humaines et sociales donne accès à des données et outils de réflexion sur la recherche en S.H.S. Sa vocation : offrir une image plus précise et valoriser les forces établies afin d'asseoir leur positionnement scientifique et de défendre leur financement.  Pour cela, la plateforme recueille et met à disposition, en accès ouvert, un ensemble de données sur les S.H.S., fournit des outils d’analyse à destination des institutions d’enseignement supérieur et de la recherche, analyse les forces et faiblesses des secteurs disciplinaires afin de repérer les secteurs émergeants, participe à la définition d’indicateurs pertinents, à partir de pratiques scientifiques observées et promeut les initiatives scientifiques en témoignant de l’évolution des disciplines et des pratiques.
Ses perspectives de développement incluent la création de fonctionnalités dynamiques permettant l’export de sa base, la mise à disposition des principaux rapports S.H.S. et la création de sous-portails thématiques (éducation, santé ...).

  • Soutenir l'édition scientifique française, publique et privée, en S.H.S. dans le contexte de l'Open access (accès ouvert)

EffectifLe ministère élabore, à la demande du Premier ministre et en lien avec le ministère de la Culture, un plan de soutien à l’édition scientifique nationale.  L’édition scientifique française demeure très vivante mais fragilisée, essentiellement en S.H.S. où il est important de réaffirmer son rôle central dans la politique scientifique,  et de s’appuyer sur la vitalité et la diversité des acteurs publics et privés.
Les trois axes du plan sont de mettre en place un comité de suivi de l’édition scientifique française, composé d’acteurs publics et privés de l’édition scientifique, afin de suivre l’évolution du secteur et de mesurer l’impact des articles de la Loi pour une république numérique relatifs à l’Open access et au TDM (fouille de textes et de données) . Il proposera aux pouvoirs publics des orientations, mesures et recommandations destinées à soutenir l'édition scientifique. Ce groupe, piloté par Daniel Renoult, devrait se réunir avant la fin de 2016.
Il s’agit ensuite d’engager une politique mutualisée d’achat responsable des revues de S.H.S., sous forme de licences nationales pour cinq ans, visant à favoriser le passage des revues à l’accès ouvert, avec un soutien financier annuel du ministère de 700 000 euros au titre de 2016 puis 500 000 euros de 2017 à 2020. Trois licences ou accords nationaux sont actuellement en cours de négociation pour une mise en place en 2017, avec les éditeurs CAIRN, EDP, Open Edition.
Il s’agit enfin d’évaluer, de consolider et d’amplifier les dispositifs existants d’aide à la traduction dont la finalité est le rayonnement de la production française à l’international.  Le soutien financier du ministère  est de 200 000 euros par an de 2017 à 2020.
Une mission conjointe de l’IGAAC et de l’I.G.A.E.N.R., avec, le cas échéant, le soutien de l’I.G.B., assurera le suivi du plan de soutien.

  • Réaliser un annuaire des docteurs  pour faire connaître les travaux de recherche et l’ensemble de la production française

En déploiementJérôme Kalfon, ancien directeur de l’ABES, a été chargé, au mois de septembre 2016, de faire une étude des principes, contenus et conditions de faisabilité d’un annuaire national des docteurs. Il a rendu  un premier rapport d’étape le 7 novembre 2016. Ce rapport réaffirme les besoins et les objectifs, établit un  premier état des lieux des réalisations, une esquisse de cartographie des acteurs, de leurs interactions, redondances ou complémentarités, ainsi que des besoins et des modalités possibles de coordination. Même si un certain nombre d’annuaires existent déjà, Il apparait qu’un tel projet répond à une véritable attente et à de multiples besoins exprimés par les  individus, associations de docteurs, établissements, employeurs : afin de faciliter l’insertion professionnelle des docteurs, la valorisation de leurs compétences, la reconnaissance du doctorat, marqué en France par un déficit de notoriété, il s’agit de donner visibilité et  fiabilité aux informations fournies, de simplifier les tâches de chacun, de favoriser les mécanismes d’appartenance à une communauté. Comme le précisait la lettre de mission, l’annuaire "devrait constituer un socle de base, autour duquel seraient développés des services utiles au plan global ou spécifiques : par domaine de recherche, discipline, établissement, écoles doctorales, promotion, laboratoires..." Il sera un moyen pour chaque docteur de "bénéficier d’un identifiant permanent compatible avec les standards internationaux pour l’ensemble de sa carrière". Un annuaire national des docteurs - et chercheurs devra répondre pour l’essentiel à une logique visant à fédérer les initiatives et mutualiser le travail au travers d’une charte d’interopérabilité.
Le travail sera poursuivi avec les nombreux acteurs concernés, dans la perspective de rédaction d’un cahier des charges et d’une formalisation du modèle économique. Un prototype d’annuaire doit être mis en œuvre à partir de début 2017 sur la base des thèses déposées depuis trois ans.

Mesure 9 - Valoriser la recherche sur l'enseignement supérieur

  • Proposer dans le processus de Bologne la réalisation d’une "plateforme prospective" sur l’espace européen de l’enseignement supérieur et de la recherche organisée autour de 3 activités : expertise, soutien à l’excellence et aux idées novatrices en recherche sur l’enseignement supérieur, et débat ouvert

En cours de cadrageLa France propose de mieux utiliser les forces de l’Institut Universitaire européen de Florence pour contribuer à surmonter les défis de l’Europe d’aujourd’hui. Cet Institut, inauguré en 1976, est une organisation internationale financée par 22 états membres et l’Union européenne. L’I.U.E., dont la mission première est de délivrer des formations doctorales en sciences sociales pour contribuer à la formation des cadres dirigeants, compte parmi les meilleurs centres européens en sciences sociales.

La France soutient une évolution de l’Institut vers une mission élargie et plus stratégique, notamment grâce à la création d’une école de gouvernance européenne et transnationale en lien avec les principales écoles de gouvernance en Europe, comme l’ENA en France.

De même, l'IUE est prêt à s'impliquer dans la réalisation d'une "plateforme prospective" sur l'espace européen de l'enseignement supérieur et de la recherche. Cette plateforme, proposée dans le cadre de la préparation de la Conférence ministérielle de Bologne Paris 2018,  permettra la mise en place d’un espace de débats structuré à partir des résultats de la recherche sur l’Espace européen de l’enseignement supérieur (E.E.E.S.). Elle sera ainsi l’occasion de valoriser la production des chercheurs, notamment spécialistes des questions d’enseignement supérieur et de recherche et de rendre visible cette production pour les décideurs publics. A l’heure où l’Espace européen de l’enseignement supérieur doit définir ses "nouveaux objectifs après 2020", un tel dialogue entre chercheurs et politiques ne peut être que particulièrement fécond.

  • Commander une étude scientifique sur les transformations des universités françaises, afin de mieux suivre les tendances et les évolutions

EffectifL'Institut français de l'éducation (IFE) fera un premier travail et remettra en 2017 un rapport de veille et d’analyse au Ministère sur les recherches en matière de transformations de l’enseignement supérieur français.
Près de 20 ans après les déclarations de Paris et de Bologne qui ont lancé un mouvement de convergence des universités européennes, l’enseignement supérieur a profondément changé de visage. Offre de formation, modalités d’évaluation des établissements, développement international, mobilité étudiante, paysage territorial et académique, stratégies scientifiques, valorisation économique et sociale, pilotage des établissements : de nombreuses dimensions ont été fortement touchées par les évolutions en cours de l’enseignement supérieur et de la recherche. Ces mutations ont aussi bien fait naître des promesses que de nouvelles interrogations, notamment sur les missions des universités, qui doivent viser tout à la fois l’excellence scientifique, tenir leur rang dans la compétition internationale mais aussi  assumer des responsabilités sociales variées.
Le rapport a été remis officiellement au ministre lors du Printemps des S.H.S. organisé par l’Alliance Athena le 20 mars 2017.

Mesure 10 - Mettre les S.H.S. au cœur de la société

  • Favoriser le développement des sciences participatives et associer les citoyens à la recherche à la suite du rapport de François Houllier en lançant un groupe de travail

En déploiementLes sciences participatives "ouvrent les portes non seulement à la participation des citoyens à l’activité scientifique, mais aussi à la participation des chercheurs à la vie citoyenne confrontée aux multiples enjeux du vivre ensemble au quotidien" (rapport de François Houllier, les sciences participatives en France, Livret 1 : Etat des lieux, P11, Paris 2015). Aucun domaine scientifique n’en est exclu : les SHS constituent aujourd’hui 11% des projets français de sciences participatives, en 3e position après les sciences de l’agriculture et de l’écologie (25% des projets recensés), et de l’environnement (17%). Favoriser le développement des sciences participatives en S.H.S. nous paraît  un excellent moyen de renouer le contact entre ces sciences et les citoyens, et de développer des actions avec les jeunes au collège et au lycée.
Pour y parvenir, le rapport Houllier insistait toutefois sur la nécessité de doter la communauté scientifique d’une méthodologie rigoureuse,  dressait un guide des bonnes pratiques et émettait une série de recommandations aux institutions de recherche. L’une d’elles proposait de structurer une communauté nationale des sciences participatives, sur la base d’une charte définissant des principes  partagés  et permettant de reconnaître ainsi l’engagement des chercheurs et la sensibilisation des enseignants. Un groupe de travail sera lancé début 2017 afin d’élaborer cette charte. Le groupe de travail associera largement les chercheurs en sciences humaines et sociales.

  • Valoriser l’image des docteurs S.H.S. en entreprise ou ayant créé leur start-up, via une campagne de communication

EffectifLes liens entre les laboratoires de recherche en S.H.S. et le monde socio-économique (entreprises, collectivités, associations...) sont encore trop ténus. Or, si la question de l'intégration des docteurs S.H.S. dans le milieu de l'entreprise se pose en France, cette question n'a pas lieu d'être chez nos voisins européens qui valorisent le travail de recherche en S.H.S. dans une grande ouverture et une véritable pluralité de métiers.
Le dispositif CIFRE (conventions industrielles de formation par la recherche) subventionne toute entreprise de droit français qui embauche un doctorant pour le placer au cœur d'une collaboration de recherche avec un laboratoire public. Cependant, les thèses de type CIFRE concernent encore trop peu les S.H.S. alors que les doctorants S.H.S. en entreprises apportent des compétences originales et utiles comme le montrent les témoignages de jeunes chercheurs en anthropologie, sociologie ou histoire de l'art.
Ces profils ont besoin d'être connus et reconnus, le plan S.H.S. contribue à cet objectif.

Voir les vidéos

Mesure 11 - Donner un élan budgétaire décisif à la recherche en S.H.S.  

EffectifHausse de 50 % des projets S.H.S. retenus par l’A.N.R. dans le cadre de l’expérimentation d’une nouvelle ventilation de l’augmentation globale du budget de l’Agence.

Un fléchage budgétaire spécifique de l’ordre de 8 millions d'euros permettra d’accroître le soutien aux projets relevant, en totalité ou en partie, du domaine S.H.S.

Un objectif de 75 à 80 projets financés est ainsi visé (soit environ 5 0% de projets supplémentaires par rapport à 2016). L’expérimentation ainsi mise en œuvre sera élargie aux autres secteurs scientifiques à partir de 2018.

Mesure 12 - Eclairer l’action publique grâce aux apports de la recherche 


EffectifPrésenter à l’occasion des 10 ans de l’A.N.R., un bilan des recherches sur les politiques publiques financés depuis 2005

Séminaire "Démocraties et institutions / pouvoir(s) et acteurs"



 


En déploiementSystématiser les missions d’expertises collectives au sein des organismes de recherche

- Etablir un état des lieux synthétique sur des sujets utiles à l’action publique.
- Confier aux meilleurs spécialistes le soin de produire un état des lieux vulgarisé de la connaissance sur des sujets déterminants pour l’avenir de nos sociétés, avec l’appui de l’Alliance Athena, en coopération avec d’autres ministères.
- Avoir une vision globale de la demande publique de recherche.
- Demander à SenS (Science en Société) d’appuyer cette réflexion dans le domaine du C.N.R.S. pour favoriser le développement d’expertises collectives.

  • Faire un inventaire des bonnes pratiques en matière de transfert de la recherche aux politiques publiques

Effectif- Réaliser un inventaire des bonnes pratiques en matière de transfert de la recherche aux politiques publiques.
- Après l’organisation du séminaire prospectif sur le transfert de la recherche vers l’action publique (avec le CNRS et Athena) le 4 juillet 2016, une mission de réflexion sur les politiques publiques a été engagée au ministère sur les collaborations entre recherche et administrations publiques.
- Un colloque de restitution sous forme d’une Nuit des Débats au ministère a été organisé le 2 mars 2017.

 


En déploiementCommuniquer auprès des collectivités locales pour rappeler les possibilités qu’offre l’embauche des docteurs Cifre dans le domaine des S.H.S.

heSam Université a obtenu 2 postes dans le cadre de l’AMI  "Soutien à l’insertion professionnelle des diplômés en SHS" : le projet "Mobiliser les doctorants pour les collectivités territoriales et les services publics", développé par heSam Université en partenariat avec l’ANRT, l’ABG, le CNFPT et l’ADCIFRE SHS, a été retenu et recevra à  ce titre un soutien du ministère en charge de l’enseignement supérieur et de la recherche équivalent à deux postes pour une durée d’un an. Objectifs de ce projet : améliorer l’insertion professionnelle des doctorants, leur financement et le soutien de la recherche à l’innovation territoriale.
 
 

  • Elaborer un dispositif de protection des chercheurs et de leurs données d’enquête sur les personnes

En cours de cadrage- Demander  à SenS la recension et l’analyse des situations dans lesquelles les personnes ou les chercheurs ont  été mis en péril dans le cadre de leurs enquêtes ou lors de la publication de leurs travaux.

- Créer un groupe référent au sein du ministère sur la collecte, la protection et l’exploitation des données

Mesure 13 - Faciliter la diffusion des informations et des données  

  • Publier une lettre d’information régulière et automatisée en direction des différents ministères 

En cours de cadrageFaire publier par la Très Grande Infrastructure de Recherche (T.G.I.R.) Huma-Num une lettre d’information régulière et automatisée.
 
 
 
 
 

  • Faciliter la diffusion des revues numériques d’excellence en S.H.S.  

EffectifEncourager les revues à aller vers l’accès ouvert (soutien aux éditeurs et à la plateforme revues.org) et numériser les collections de S.H.S., afin de les rendre accessibles le plus largement possible à la communauté scientifique des chercheurs et à l’ensemble des décideurs publics.


 
Mesure 14 -  Soutenir les expérimentations sur modèles de formation et de recherche en émergence 

Effectif- Lancer dans le cadre du P.I.A. des appels à projet consacrés aux « Nouveaux cursus universitaires » visant à valoriser l’innovation en éducation et formation. En savoir plus

- Favoriser les rencontres entre chercheurs et citoyens à travers des processus accessibles aux non-spécialistes.

- Soutenir les expérimentations innovantes autour des recherches et formations en éducation. Activer la cartographie de la recherche sur l’éducation et la formation pilotée par Athena.

Le rapport a été remis au ministre lors du Printemps des S.H.S. organisé par l’Alliance Athena le 20 mars 2017.

                                                                                                                                                                                                                                                                                     Mesure 15 - Contribuer à la réflexion européenne et internationale sur le rôle et l'impact S.H.S.

EffectifRéaliser un état des lieux sur la place des S.H.S. françaises dans le contexte européen et proposer une démarche pro-active (rapport remis le 28 mars 2017).
 
 


 

En cours de cadrageConsolider le rôle de coordination de l’Alliance Athena, et de présence dans les grandes instances et systèmes internationaux.


 



1ère publication : 17.03.2017 - Mise à jour : 25.04.2017

Principaux indicateurs

Indicateurs synthétique S.H.S.

Consulter les principaux indicateurs sur les S.H.S.

Sciences humaines et sociales - indicateurs synthétiques

En savoir plus

C.V.T. Athéna

Rapports

Retour haut de page

Les recherches les plus fréquentes :