Remise du rapport Sawicki - Pour une réforme des modalités d'accès au corps des professeurs en science politique

[archive]
Remise-rapport-Sawicki

Thierry Mandon a reçu aujourd'hui le rapport de Frédéric Sawicki, professeur agrégé de science politique à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, vice-président de la section C.N.U. 04 de 2011 à 2015 et Membre du jury d’agrégation en 2008-2009.

Communiqué - Publication : 22.03.2017
Thierry Mandon

A la demande du ministre, Frédéric Sawicki a fait un état des lieux approfondi des modalités de recrutement et de carrière des enseignants chercheurs en science politique.

Il en résulte que les modalités spécifiques de recrutement en science politique, différentes des autres disciplines de sciences humaines et sociales, conduisent aujourd'hui à des blocages dans le recrutement et le déroulement de carrière des professeurs des universités et des maîtres de conférences dans cette discipline. La règle du contingentement des postes de professeur [selon laquelle "Le nombre total des emplois mis aux concours dans la discipline ouverts en application de l'article 46.1 ne peut être supérieur au nombre des emplois offerts au concours d'agrégation"] affecte le recrutement en science politique et conduit à ce que des postes de professeurs vacants proposés par les universités ne soient pas pourvus  alors même que la science politique est classée parmi les disciplines "minoritaires" (moins de 400 enseignants-chercheurs (Rapport sur les disciplines rares par F. Blaise, P. Mutzenhardt, G. Roussel, 2014).

Cette situation est donc "particulièrement dommageable au moment où la science politique connaît une forte augmentation du nombre de ses étudiants notamment en raison de l’ouverture de nouveaux diplômes" selon F. Sawicki. Le rapport préconise la suppression, à titre expérimental, du contingentement, ainsi que de la distinction entre promotion et mutation sur le modèle des disciplines sans agrégation.

Publication : 22.03.2017
Retour haut de page