Accueil >  Recherche >  Domaines de la recherche >  Espace

Espace

Mission Rosetta : un cinquième de l'atmosphère de la Terre proviendrait des comètes

Philae© CNES/DUCROS David/ESA/Rosetta/MPS for OSIRIS Team MPS/UPD/LAM/IAA/SSO/INTA/UPM

20% de l’atmosphère de la Terre serait d’origine cométaire. C’est ce que révèle le bilan scientifique de la mission Rosetta dont l’objectif principal était de mieux comprendre la formation de notre système solaire en analysant la comète Tchoury (Churyumov Gerasimenko) et son comportement à l’approche du Soleil.

Actualité - 13.06.2017

Pour la première fois un lien entre comètes et atmosphère terrestre est établi

Le Professeur Bernard Marty, du Centre de recherches pétrographiques et géochimiques (C.N.R.S. et Université de Lorraine), et ses collègues du consortium Rosina viennent de publier des résultats qui établissent un lien qualitatif et quantitatif entre les comètes et l'atmosphère de la Terre.

Ils ont montré, dans le cadre de travaux financés par le CNES, que les rapports isotopiques du xénon présent dans la comète Tchoury ont une signature spécifique, qui permet de remonter à l’apport du xénon des comètes dans notre atmosphère.

Une nouvelle découverte qui permet de mieux connaître l’origine de l’atmosphère

Les analyses faites par l’instrument Rosina sur la comète Tchoury montrent que la composition de son xénon est pauvre en isotopes lourds, par rapport à celle du système solaire primordial.

Un xénon pauvre en isotopes lourds est aussi présent dans notre atmosphère terrestre. Ceci suggère un lien de parenté entre les comètes et notre atmosphère : 20% de notre atmosphère serait d’origine cométaire.

La mission Rosetta

Après un voyage de 10 ans, la sonde européenne Rosetta est arrivée à proximité de la comète Churyumov-Gerasimenko en 2014. Elle a entamé ses observations en juillet 2014, puis en novembre 2014, elle a largué Philae, un atterrisseur qui est venu se poser à la surface de la comète. La mission de Philae consistait à analyser la comète sous tous ses aspects, composition du sol, propriétés physiques, niveau d’activité... Objectif de ces mesures : mieux comprendre les processus qui ont mené à la formation du système solaire.
En effet, les comètes se sont formées en même temps que le système solaire il y a 4,5 milliards d'années, bien avant les planètes. Leur étude est donc l'occasion de mieux comprendre la situation qui prévalait lorsque notre système solaire est né.

Revivez l'épopée Rosetta/Philae en moins de 2 minutes !

Publication : 13.06.2017

ENTRETIEN

Bernard Marty est professeur de géochimie à l'Ecole nationale supérieure de géologie, université de Lorraine, à Vandoeuvre-lès-Nancy.
Il effectue sa recherche au Centre de recherches pétrographiques et géochimiques (CRPG) UMR 7358 CNRS - Université de Lorraine.

Entretien avec Bernard Marty - 9 juin 2017 (site du Cnes)

Les recherches les plus fréquentes :