Recherche

150e anniversaire de la naissance de Marie Curie : discours de Frédérique Vidal

150 ans Marie Curie

Frédérique Vidal s'est exprimée, mardi 7 novembre 2017, à l'occasion de la célébration du 150e anniversaire de la naissance de Marie Curie.

Discours - 7.11.2017
Frédérique Vidal

Marie Curie, c’est d’abord un nom. 

Un nom qui en cache un autre, Sklodowska, puisque Marie Curie n’a jamais oublié ses origines polonaises. 

Un nom qui invitait à se faire un prénom, tant le destin de Marie Curie est à la fois singulier et indissociable du couple qu’elle formait avec Pierre Curie. 

C’est un nom sans frontières, un nom éternel, auquel notre pays et la science mondiale doivent beaucoup. Du Panthéon au billet de 500 francs, Marie Curie fait partie du quotidien des français, devenue, à l’instar de Pasteur, une icône populaire qui dément à elle seule la représentation d’une science recluse sur elle-même et coupée du monde. 


Mais plus qu’une icône, loin d’être une image que l’on révère, Marie Curie est surtout une figure inspirante. 

Je suis donc particulièrement heureuse d’être avec vous aujourd’hui pour rappeler combien son héritage scientifique a été fécond, combien sa vision enthousiaste de la science mérite d’être plus que jamais cultivée, combien elle demeure un exemple, pour l’ensemble de la communauté scientifique et de la société.


Marie Curie est née femme et polonaise : autant de préjugés à balayer lorsque l’on désire devenir chercheur à l’aube du XXème siècle. 

Quelle opiniâtreté n’a-t-il pas fallu démontrer pour être, finalement, de tous les palmarès : 1ère femme à avoir reçu un prix Nobel, seule femme à en avoir reçu deux, qui plus est dans deux domaines scientifiques distincts, la physique puis la chimie, première femme directrice d’un laboratoire universitaire en France et première femme professeur à la Sorbonne ! C’est dire s’il s’agit là d’une personnalité d’exception et d’un modèle pour toutes celles qui souhaitent embrasser une carrière scientifique. 

Si, fort heureusement, la représentation des femmes dans les mondes scientifiques et universitaires a largement progressé depuis la naissance de Marie Curie, la parité n’est pas encore réalisée. Transmettre aux jeunes filles le goût des sciences, lutter contre leurs réflexes d’autocensure, lever les barrières culturelles qui freinent la progression des enseignantes et des chercheuses, sont des défis sociétaux majeurs. 

Pour les relever, il faut favoriser la mixité dans les filières de formation, les métiers et les postes à responsabilité. C’est pourquoi le M.E.S.R.I. soutient les initiatives qui valorisent la place des femmes dans les sciences, et notamment le Prix Irène Joliot-Curie, qui met à l’honneur les travaux des chercheuses de haut niveau en sciences et technologies. 

Marie Curie incarne aussi une toute autre forme de décloisonnement. Née dans une Pologne occupée par la Russie, au sein de laquelle les portes de l’Université étaient fermées aux femmes, c’est à Paris, à la Sorbonne, qu’elle mène ses études de physique. Elle incarne donc aussi les enjeux très contemporains de l’accueil des étudiants étrangers et la fécondité des échanges internationaux. C’est pourquoi des bourses européennes qui encouragent la mobilité des chercheurs portent fort justement son nom. Titulaire de deux licences de physique et de mathématiques, elle n’aura de cesse de faire travailler ensembles les disciplines, là encore anticipant le dialogue des disciplines plus nécessaire que jamais pour répondre aux défis de la science. 

C’est donc cette femme libre de tous les préjugés que nous célébrons aujourd’hui et  qui doit plus que jamais guider les jeunes scientifiques. 

Car, le modèle qu’elle représente n’a ni genre ni nationalité. Marie Curie est avant tout une scientifique exceptionnelle. 

Aux côtés de Pierre Curie, elle approfondit la connaissance des rayons uraniques découverts par Henri Becquerel et baptise leurs propriétés du nom de radioactivité : avec ce néologisme naît une nouvelle science. Parallèlement, elle complète le tableau périodique de Mendeleiev en découvrant deux nouveaux éléments, le polonium puis le radium. Hérédité et postérité se confondent dans la dynastie scientifique née de son union avec Pierre Curie : les travaux du couple alimenteront ceux de leurs descendants. Ainsi, sans la découverte du polonium, Irène et Frédéric Joliot-Curie n’auraient pas pu, une trentaine d’année plus tard, mettre à jour la radioactivité artificielle. 

Mais la fécondité des découvertes de Marie et Pierre Curie va bien au-delà et alimente la recherche fondamentale comme la recherche appliquée. De la radioactivité naît une discipline à part entière, la radiochimie ; des applications scientifiques autour de la notion de traceur radioactif, conduisant par exemple à la datation au Carbone 14 ; des applications industrielles multiples, de la stérilisation par irradiation des denrées alimentaires au suivi du vieillissement des composants électronucléaires. Et bien sûr, Marie Curie lègue à la postérité un traitement médical, la radiothérapie, et un institut, votre institut, dont la réputation internationale prouve qu’il est habité par la même exigence et la même excellence que celles qui présidèrent à sa fondation en 1909. C’est cet état d’esprit, président, chercheurs, médecins, personnels de l’Institut Curie, que vous entretenez.

Car au-delà des découvertes et des innovations, ce que Marie Curie transmet également aux chercheurs du 21ème siècle c’est une vision de la science et de l’esprit scientifique, que l’on peut résumer en 2 mots : beauté et curiosité. 

Au début du XXème siècle la science fait rêver, la science inspire. Les découvertes des époux Curie enflamment les esprits. Pensons à Loïe Füller, l’artiste des Folies Bergères,  qui crée la "Danse du radium" tout en imaginant un costume lumineux fait d’ailes de papillon au radium ! Et cet engouement de l’art pour la science est en partie réciproque. Pour Marie Curie, loin d’être aride, la science est belle, la science est "l’esthétique de l’intelligence" comme la définira Bachelard un peu après sa mort.  Il faut se représenter Marie Curie en 1933, au beau milieu d’un débat sur l’avenir de la culture suscité par Paul Valéry. A ceux qui fustigent la science et la rendent responsable du dépérissement de la culture, elle répond : "Je suis de ceux qui pensent que la science a une grande beauté. [...]Un savant dans son laboratoire n’est pas seulement un technicien : c’est aussi un enfant placé en face des phénomènes naturels qui l’impressionnent comme un conte de fées. Nous ne devons pas laisser croire que tout progrès scientifique se réduit à des mécanismes, des machines, des engrenages, qui, d’ailleurs, ont aussi leur beauté propre". La beauté de la science, tout comme celle de l’art, trouve sa source dans la simplicité, atteinte à force de travail et d’élagage. L’économie de moyens préside tout autant à l’élégance d’une démonstration qu’à la puissance esthétique d’un poème. A l’ère post-moderne d’une science désenchantée aux yeux de l’opinion public, il n’est pas inutile de rappeler que la science promet aussi à l’esprit des émerveillements et des fulgurances, et lui offre la possibilité d’inventer un monde, car elle est, elle aussi, un saut dans l’inconnu.

Le deuxième legs épistémologique de Marie Curie c’est l’esprit d’aventure. La démarche du chercheur est motivée par une insatiable curiosité et une envie d’entreprendre à la hauteur des obstacles à franchir.


Je crois que la dimension empirique et artisanale, au sens noble du terme, de la démarche scientifique des Curie peut aussi être une source d’inspiration pour les nouvelles générations de chercheurs. Paradoxalement, les technologies les plus innovantes les y encouragent en réalité. La matière inédite que le Big Data offre aux scientifiques, son volume incommensurable de données à traiter afin d’en extraire des savoirs nouveaux, ne sont pas sans rappeler quelque part les montagnes de minerai que Marie Curie s’employait à fractionner, la pénibilité en moins évidemment et les outils innovants en plus.

Il ne faudrait pas croire que cet esprit d’aventure resta confiné entre les murs du mythique hangar de la rue Lhomond ou du laboratoire de l’Institut du radium. En réalité, l’aventure se déploya bien au-delà. C’est au cœur même de la société et de la nation que l’épopée scientifique se prolongea. C’est cette idée de la science au service de la société que nous devons aussi retrouver collectivement.


Car Marie Curie incarne aussi la continuité entre science et société.

L’une des voies privilégiée de diffusion de la science au sein de la société, c’est bien sûr l’enseignement. Avant d’être chercheur, Marie Curie a enseigné comme institutrice privée en Pologne, puis chargée des conférences de physique à l’Ecole normale supérieure des jeunes filles à Sèvres. Mais bien sûr, ce que la postérité a particulièrement gardé en mémoire c’est ce 5 novembre 1906, lorsque le tout Paris se presse à la Sorbonne pour entendre la leçon inaugurale de Marie Curie, qui succède à son époux décédé quelques mois auparavant. En tant qu’enseignante, elle entend, comme le raconte Eve Curie dans la biographie qu’elle lui consacre, "perfectionner les méthodes" et encourager les travaux dirigés. N’était-ce pas là déjà une anticipation de l’innovation pédagogique ? Une chose est sûre : elle souhaitait contribuer à l’éclosion des vocations scientifiques, qu’elle considérait comme "un trésor rare [...] sur lequel il faut veiller avec sollicitude", reprochant à la société de ne pas y être suffisamment sensible. Voilà encore des mots qui conservent aujourd’hui tellement de pertinence. 

Au-delà du monde académique c’est dans le monde économique que la science s’est diffusée grâce à Marie Curie. Les découvertes des époux Curie se sont en effet traduites, avec leur concours, en applications industrielles. Alors bien sûr, il serait anachronique de parler de transfert. Et pourtant ! Pierre et Marie Curie ont bel et bien réussi à créer des passerelles solides entre la science et le monde économique.

Il y a donc maints chemins pour servir la science et Marie Curie semble les avoir tous empruntés. Jusqu’au plus exigeant : le don de soi. Puissent son abnégation et son audace, doublée d’une rigueur scientifique exemplaire, inspirer tous les chercheurs du XXIème siècle !

Je vous remercie. 

Publication : 7.11.2017
Retour haut de page

Les recherches les plus fréquentes :