Partenariats Institutionnels et socio-économiques en Nouvelle-Calédonie

STI_Nouvelle_Caledonie

La Nouvelle-Calédonie, pour favoriser les partenariats entre les établissements d'enseignement supérieur, les organismes de recherche, le milieu socio-économique et institutionnel, s'est dotée de structures ayant pour objectifs de répondre aux préoccupations du développelment du territoire selon le schéma d'aménagement et de développement 2025. L'ADECAL Technopole, crée en 2011 a pour mission de développer le transfert de technologie dans le domaine de l'agriculture, l'aquaculture avec l'émergence de filières. Dans le secteur industriel, le CNRT Nickel et son environnement favorise la recherche technologique en étroite collaboration avec les industriels de la mine.


Article

L'ADECAL Technopole

ADECAL

ADECAL La Technopole de Nouvelle-Calédonie (ADECAL Technopole) a été créée fin 2011 pour répondre à une volonté partagée des pouvoirs publics, des acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche et du monde de l’entreprise de faire de l’innovation un levier de développement et de diversification de l’économie calédonienne.

D’un point de vue opérationnel, l’ADECAL Technopole est aujourd’hui constituée de 3 Pôles thématiques : écosystèmes terrestres, écosystèmes marins et Agroalimentaire. L'ADECAL Technopole intègre également une structure transversale pour le soutien à l’innovation.

- Pôle terrestre

Ce pôle est dédié à l’accompagnement du développement des filières « apiculture », « grandes cultures », « maraichage » et « tubercules tropicaux ».

Quatre centres d’expérimentation sont rattachés à ce pôle :

  • CPA "Centre de promotion de l’apiculture" basé à Boghen avec une antenne sur l’île de Lifou
  • CREA "Centre de Recherche et d’Expérimentations Agronomiques" basé à Nessadiou
  • CTEM "Centre Technique d’expérimentation en Maraichage" basé à Nessadiou avec une antenne sur l’île Maré
  • CTT "Centre de Tubercule Tropicaux" basé à Poindimié avec une antenne sur l’île Maré


-  Pôle marin

Ce pôle, dédié au développement des filières en aquaculture marine depuis 2012, est constitué de trois centres d’expérimentation :

  • CTA "Centre Technique Aquacole" Saint Vincent, basé à Boulouparis, a centré ses activités sur la filière crevetticulture,
  • CCDTAM "Centre Calédonien de Développement et Transfert en Aquaculture Marine" est doté d’un laboratoire basé à Koné et d’une ferme pilote basée à Touho. Ce centre axe ses activités sur la pisciculture,
  • CTMA "Centre Technique Micro-Algue" constitué de deux laboratoires à Nouméa et à Koné. Ce centre travaille sur la sélection et la caractérisation des souches locales et production à l’échelle pilote.


- Pôle Agroalimentaire

Ce pôle a été crée en 2017 pour la valorisation des ressources agricoles et marines locales par le biais de l’innovation et le transfert de technologie avec des collaborations avec les CRITT de la Réunion et de la Rochelle. Ce pôle axe ses activités sur l’identification des centres de compétences locaux, la veille normative, conseil en développement (nutrition) et R&D en agroalimentaire.

L’équipe de la Technopole, qui comprend environ 70 personnes, est implantée sur 10 communes des 3 Provinces de Nouvelle-Calédonie, et s’appuie sur un réseau de partenaires publics et privés, locaux, nationaux et internationaux.

Le C.N.R.T. "Nickel & son Environnement"

CNRT_NickelAfin de promouvoir l’activité minière tout en conservant un patrimoine naturel exceptionnel et une qualité de l’environnement compatible avec un développement économique durable et solidaire, le CNRT Nickel répond scientifiquement, par une recherche appliquée à forte capacité de transfert et de formation, à la demande de connaissance et d’expertise des responsables politiques et économiques du territoire, des provinces et des entreprises minières.

Dans une approche consensuelle, sont définis des appels à projets dans les 3 axes thématiques complémentaires que sont « Nickel et technologie », « Nickel et société » et « Nickel et environnement naturel ».

La formule GIP présente l’avantage d’associer, dans une structure publique unique, différents partenaires publics et privés. Sa dotation repose pour 1/3 sur la contribution de l’Etat, et pour un autre 1/3 sur celles des collectivités publiques territoriales (Gouvernement, Province Sud, Province Nord et Province des Iles Loyauté) . A ces fonds d’origine publique s’ajoutent les contributions provenant des industriels ( SLN, Vale Inco NC et KNS). Le montant global de ces contributions pour les 5 ans est de 5 M€.

Publication : 1.02.2018
Retour haut de page

Les recherches les plus fréquentes :