Accueil >  Stratégie >  Stratégie transversale >  Climat et développement durable

Climat et développement durable

Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) : 3 décennies de travaux sur le climat

47e plénière du GIEC - Paris, 13 au 16 mars 2018
LOGO 30 ANS DU GIEC

La France accueille la 47e assemblée plénière du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) qui célèbre cette année ses 30 ans. L’événement se tient du 13 au 16 mars 2018, à l’UNESCO à Paris, en présence de 500 délégués de plus d’une centaine d’Etats-membres, d’organisations intergouvernementales et d’ONG. L’occasion de faire le point sur l’avancement des négociations internationales et sur les défis pour la communauté scientifique dans les années à venir.

Actualité - 1ère publication : 14.03.2018 - Mise à jour : 16.03.2018

La France renforce son soutien au GIEC

Nicolas Hulot, ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire, Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, et Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, ont participé, le 13 mars 2018, à la journée de célébration des 30 ans du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC).

A cette occasion, les ministres ont annoncé que la France allait soutenir le GIEC en portant sa contribution à 1 million d’euros par an jusqu'en 2022.

  • Nicolas Hulot. : "Le GIEC, c’est  la science et la conscience de la lutte contre le changement climatique. La France s’engage, avec ses financements et ses chercheurs, à ce que cette coopération scientifique inédite qui a permis notamment d’aboutir sur l’accord de Paris, soit protégée et reste une référence".
  • Jean-Yves Le Drian : "Vous avez été le fer de lance de la prise de conscience mondiale face au réchauffement climatique. Vous êtes devenus la conscience scientifique et intellectuelle de notre engagement politique à lutter contre cette menace [...] Vos travaux doivent être soutenus à la mesure de ce qu'ils représentent pour notre avenir commun".
  • Frédérique Vidal : "L’histoire du GIEC, est celle d’une interface fertile entre la science et la politique qui n’a cessé de gagner en pertinence et en efficacité pour installer peu à peu le savoir à sa juste place : celle d’éclaireur universel de l’initiative collective [...] L'œuvre de synthèse du GIEC tire sa légitimité et son pouvoir non pas de l’uniformisation de la pensée mais bien d’une diversité en pourparlers permanents. Les pays en développement ont la même voix au chapitre que les pays développés ; la mixité progresse : s’il n’y avait que 2% de femmes parmi les auteurs du 1er rapport, elles en représentent aujourd’hui presque 30%."

Qu’est-ce que le GIEC ?

C’est un lieu d’expertise collective visant à synthétiser les travaux
menés dans les laboratoires du monde entier.

  • Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC)  a été créé il y a 30 ans à la demande des pays du G7 par deux institutions des Nations unies : l’Organisation météorologique mondiale (OMM) et le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE). Il réunit 195 Etats membres.

  • Missions du GIEC : évaluer l’état des connaissances sur l’évolution du climat, ses causes, ses impacts ; et identifier les possibilités de limiter l’ampleur du dérèglement et de s’adapter aux changements attendus.

  • Les rapports du GIEC dressent un état des lieux régulier des connaissances les plus avancées. Cette production scientifique est fondamentale pour informer et alerter les décideurs et la société civile.

  • En France, de nombreuses équipes de recherche travaillent sur des sujets en lien avec le changement climatique, impliquant des centaines de scientifiques. Plusieurs dizaines d’entre eux contribuent aux rapports du GIEC.

Prix Nobel de la Paix 2007, le GIEC produit une synthèse régulière des connaissances sur le réchauffement climatique dont le résumé est approuvé par l'ensemble des Etats. Ces travaux, qui ont établi le rôle des activités humaines dans le réchauffement, ont conduit à faire avancer les négociations mondiales pour limiter les gaz à effet de serre, avec pour résultat l'accord de Paris de 2015.

Les enjeux de la 47e plénière du GIEC

Renforcer de façon pérenne la situation financière du GIEC fragilisé par le retrait des financements américains.

  • L’augmentation de la contribution française auprès du GIEC, portée à 1 million d’euros par an jusqu’en 2022, concrétise l'engagement du Président de la République pris lors de la COP23 et confirmé lors du One Planet Summit de soutenir la science du climat.
  • Avec l’aide financière d’autres Etats, le GIEC devrait donc être en mesure de conduire ses travaux jusqu'en 2022. Attendu pour cette date, le prochain rapport d’évaluation servira de base scientifique au premier bilan global prévu en 2023 par l’Accord de Paris afin de mesurer les efforts accomplis par la communauté internationale dans la lutte contre le changement climatique et relever l’ambition globale des Etats.

Réfléchir à l’alignement éventuel des cycles des rapports du GIEC sur celui de l’accord de Paris.

Préparer la prochaine session d’octobre 2018, consacrée à l’adoption du rapport sur la limitation du réchauffement à 1,5°C. 

La France fortement engagée sur les questions climatiquesla France  saisit l’opportunité de la célébration du 30e anniversaire du GIEC pour réaffirmer la pertinence du dialogue entre science et politique pour éclairer les choix collectifs, et montrer la façon dont le GIEC accompagne concrètement les négociations climatiques.La tenue à Paris de cette réunion, à l'occasion du 30e anniversaire du GIEC, quelques mois après le One Planet Summit , démontre l’engagement constant de la France sur les questions climatiques et marque son appui résolu aux travaux du GIEC, matérialisé par un soutien financier sans précédent.

1ère publication : 14.03.2018 - Mise à jour : 16.03.2018

LES INTERVENANTS

Le GIEC

Il fournit aux gouvernements une évaluation des travaux scientifiques dans le domaine du climat dans trois domaines principaux :

  • les mécanismes du changement climatique ;
  • les impacts du changement climatique et les adaptations possibles ;
  • les mesures et politiques de réduction des émissions.

Prochain rapport en 2022

Les rapports du GIEC sont la principale source scientifique sur laquelle s’appuient les négociations climatiques au
sein de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques.

Le 5e et dernier rapport a été publié en 2014, le 6e rapport sera publié en 2022.

L’ONERC

Créé en 2001, l’Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique (ONERC) est en liaison avec le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Sa mission : collecter et diffuser les informations sur les risques liés au réchauffement climatique, formuler des recommandations sur les mesures à envisager pour limiter les impacts du changement climatique.

Make Our Planet Great Again

Make our planet great again
  • A la suite de la décision des Etats-Unis de sortir de l’Accord de Paris, le Président de la République a lancé un appel aux chercheurs et aux enseignants, aux entrepreneurs, aux associations et aux ONG, aux étudiants à se mobiliser et à rejoindre la France pour mener la lutte contre le réchauffement climatique.

Make Our Planet Great Again

  • Les appels d’offres concernant les programmes de financement de mobilité d’étudiants et de chercheurs sont ouverts depuis le 12 mars 2018 pour les établissements.
  • Les étudiants peuvent candidater du 5 au 20 avril, une fois la période d’appels d’offres institutionnels close (12-30 mars).

En savoir plus (sur Campus France)

One Planet Summit

La France a organisé, le 12 décembre 2017 à Paris, le One Planet Summit. Ce sommet international sur le financement de la lutte contre les changements climatiques a réuni de nombreux chefs d’État et de gouvernement.


Le site oneplanetsummit.fr
Les 12 engagements #OnePlanet

Retour haut de page

Les recherches les plus fréquentes :