Venir étudier en France

"Bienvenue en France": la stratégie d'attractivité pour les étudiants internationaux

visuel Choose France

Le Premier ministre, Edouard Philippe, a annoncé en présence de Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, et de Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Europe des Affaires étrangères, une série de mesures visant à attirer davantage d'étudiants étrangers en France. Cette stratégie d'attractivité repose notamment sur une politique de visas simplifiée et sur la mise en place de frais d'inscription différenciés pour les étudiants extra-européens. Objectif : accueillir un demi-million d’étudiants étrangers d’ici 2027 et favoriser le départ à l’étranger de davantage d’étudiants, dans le cadre des échanges universitaires ou d’une mobilité diplômante.

Actualité - Publication : 19.11.2018

La France est le 4e  pays d’accueil des étudiants internationaux au monde, après les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie, et le 1er pays d’accueil non-anglophone.

Malgré ses nombreux atouts (établissements prestigieux, qualité de la formation, excellence scientifique, rayonnement culturel, histoire prestigieuse, qualité de vie...), le nombre d’étudiants en mobilité y progresse beaucoup moins  vite que dans certains pays qui développent des stratégies d’attractivité offensives pour attirer davantage d’étudiants (Allemagne, Russie, Chine, Canada ...).

La France accuse notamment un retard dans les politiques d’accueil, les procédures administratives sont complexes, notamment la politique de visas, et les étudiants rencontrent des difficultés à formuler leurs demande d’aides sociales auprès des CROUS et de la CAF. Par ailleurs, l’absence d’un véritable programme d’accueil uniformisé sur le modèle de ce qui est pratiqué dans des pays voisins comme le Royaume-Uni ou les pays du Nord de l’Europe, contribue à renforcer ce sentiment d’isolement des étudiants en mobilité internationale et particulièrement des étudiants non francophones.

Objectif : 500 000 étudiants étrangers en 2027

Avec la stratégie "Bienvenue France", la France se fixe un double objectif : accueillir un demi-million d’étudiants étrangers à l'horizon 2027 (on en compte actuellement 324 000) et favoriser le départ à l’étranger de davantage d’étudiants, dans le cadre des échanges universitaires ou d’une mobilité diplômante. Si les jeunes Français plébiscitent le programme Erasmus (plus de 40 000 sont partis en échange en 2015), ils partent moins étudier à l’étranger que leurs voisins.   

Simplifier la politique de visas

Dès la rentrée 2019 une stratégie de simplification de la politique des visas sera lancée, en lien avec le ministère de l’Intérieur : priorité aux étudiants internationaux, guichet unique, dématérialisation de la procédure, titre de séjour spécifique pour revenir en France.

Doubler les formations en français langue étrangère et en anglais

Les établissements qui mettront en place des modules intensifs de français langue étrangère à destination des étudiants étrangers non francophones pourront bénéficier des crédits ouverts au titre du Fonds d’amorçage Bienvenue en France, qui sera créé par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation et doté dès 2019 de 10 millions d’euros de budget.
En parallèle, l’offre d’enseignement à distance en français langue étrangère sera renforcée et enrichie, et la création de diplômes d’établissements destinés aux étudiants et scientifiques réfugiés, qui comportent une large part de français langue étrangère, sera éligible au soutien par le Fonds d’amorçage Bienvenue en France.

Créer un label qualité d’accueil

Le label "Bienvenue en France" sera attribué aux établissements qui remplissent des conditions d’accueil élevées. Il pourra être attribué aux établissements dès 2019. 70 établissements sont candidats à l’obtention du label.

Appliquer des frais différenciés et tripler les bourses d’études

A compter de la rentrée 2019, les étudiants extra-européens qui s’inscrivent pour la première fois dans un cycle supérieur de formation en France devront acquitter des frais d’inscription différenciés, qui apporteront plus d’équité : 2 770€ en licence et 3 770€ en master et doctorat, soit moins du tiers du coût réel de la formation.
En parallèle, il est prévu de démultiplier les exonérations et de tripler les bourses. Au total, un étudiant international sur quatre pourra bénéficier d’une exonération ou d’une bourse.

Accroître notre présence et notre rayonnement à l’étranger

Des moyens sont mobilisés pour accompagner le déploiement hors de France des campus et des formations des universités et des écoles françaises. Il faut construire, en partenariat avec les acteurs locaux, une offre française de formation supérieure à l’étranger, qui renforcera encore l’attractivité de l’enseignement supérieur français. Il s’agit de démultiplier les capacités de formation à l’étranger et de renforcer la politique d’aide au développement.

Lancer une campagne de communication mondiale

Pour mettre en place la stratégie Choose France, le Gouvernement s’appuiera sur une campagne de communication mondiale dès 2019, sous l’égide de Campus France dont l'objectif sera de susciter l’envie de venir étudier en France.

Publication : 19.11.2018

Renforcer l'attractivité de la France

  • Une stratégie d’attractivité pour les étudiants internationaux
  • Accueillir un demi-million d’étudiants étrangers d’ici 2027
  • Favoriser le départ à l’étranger de davantage d’étudiants (échanges universitaires ou mobilité diplômante).

chiffres clés

  • 212 millions : effectifs d’étudiants dans le monde
  • Plus de 290 millions en 2025
  • 5,5 millions d’étudiants en mobilité à travers le monde
  • 9 millions en 2025
  • 324 000 étudiants internationaux dont 245 000 en mobilité diplômante (2016)
  • La France : 4e pays d’accueil des étudiants internationaux, 1er pays d’accueil non anglophone
  • 7 000 boursiers du gouvernement français étudiant actuellement en France
  • 37 000 étudiants suivent à l’étranger une offre française d’enseignement supérieur
  • 140 implantations françaises à l’étranger
Retour haut de page