Parcoursup, la plateforme d'admission dans l'enseignement supérieur

Rapport du Comité éthique et scientifique de Parcoursup

visuel-comite-ethique-parcoursup

Le rapport du Comité éthique et scientifique de Parcoursup (CESP) a été rendu public le 16 janvier 2019. Il s’inscrit dans une logique de transparence qui est au cœur de la loi ORE et de la démocratisation de l’accès à l’enseignement supérieur.

Rapport - Publication : 16.01.2019

A l’issue de la première année de mise en place de la plateforme Parcoursup, le Comité éthique et scientifique de Parcoursup – instance indépendante veillant au bon fonctionnement et à l’efficacité de la plateforme –, vient de remettre son rapport au Parlement.

S’agissant de l’appréciation du système, le Comité se montre prudent et note que "l’évaluation de Parcoursup ne sera réellement possible que dans les années à venir, à l’aune de l’évolution des taux de réussite des étudiants". Quant aux pistes d’amélioration formulées, elles visent à "rendre plus lisible pour les candidats et leur famille le système de la plateforme et le déroulement des procédures locales".

  • Dans son rapport, le comité présente tout d’abord les différences entre APB et Parcoursup et examine comment ces elles ont été concrétisées et vécues par les divers acteurs (enseignants, gestionnaires, candidats, familles) pendant toute la campagne, de février à septembre 2018.

  • Il rappelle ensuite les bonnes pratiques en matière de numérique, tant en ce qui concerne la publication des données que l’élaboration d’indicateurs de suivi. La publication documentée de l’algorithme national est saluée. Concernant les procédures locales des commissions d’examen des vœux et leur transparence, compte tenu de leur nombre et de leur diversité, le comité invite les établissements à élaborer un rapport annuel.

  • Délais de la procédure d'affectation : le comité suggère des aménagements techniques visant à accélérer le calendrier des affectations et la lisibilité du processus en conservant l'esprit d'orientation progressive à la base du fonctionnement de la plateforme.

  • Equité sociale et territoriale entre les candidats : le comité note que l’instauration de quotas de boursiers constitue un outil de progrès social et propose de le renforcer. Il revient aussi sur les quotas de non-résidents et évoque le cas des bacheliers professionnels et des étudiants en réorientation.

  • Enfin, le comité souligne l'opportunité que représentent les données collectées par Parcoursup pour développer des travaux de recherche et d'évaluation sur l'enseignement supérieur français.

  • A noter également, les deux premiers avis du CESP portant respectivement sur l’accès des chercheurs aux données de Parcoursup (traitement ORISUP) et sur l’algorithme national.

Le Comité éthique et scientifique Parcoursup (CESP)

Installé en février 2018, il est placé auprès de la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.

C’est une instance indépendante permettant de questionner régulièrement l’ensemble des éléments de la procédure Parcoursup.

Il s'assure notamment que les règles informatiques qui régissent son fonctionnement sont claires, conformes aux normes en vigueur et transparentes et propose des pistes d’amélioration répondant en particulier aux attentes des usagers.

En savoir plus sur le CESP

Publication : 16.01.2019

"Le comité a entendu faire preuve dans son rapport d’humilité. Parcoursup a eu le grand avantage de permettre une personnalisation des décisions d’affectation des candidats. Il a mobilisé comme jamais la communauté enseignante du secondaire et du supérieur qui ont entretenu un dialogue tout au long de la procédure. Le système a ses grandeurs incontestables. Il a aussi ses faiblesses qui devront être corrigées au fur et à mesure des retours d’expérience."

Extrait du rapport du CESP

Retour haut de page