Accueil >  Ministère >  Historique et patrimoine

Historique et patrimoine

Paul Langevin (1872-1946) : physicien français

Ce jour-là : 23 janvier 1872, naissance à Paris
Einstein-Langevin

Physicien français renommé, Paul Langevin (Paris 1872 - Paris 1946) est connu pour ses travaux sur le magnétisme, l'introduction de la théorie de la relativité d'Albert Einstein en France, ou encore la mise au point du sonar pendant la guerre de 14-18. Pédagogue passionné, adepte d'une école publique donnant sa chance à tous, il est aussi un citoyen engagé.

Article - 1ère publication : 23.01.2019 - Mise à jour : 15.03.2019

"Mon père qui avait dû, malgré lui, interrompre ses études à l’âge de dix-huit ans, m’a inspiré le désir de savoir ; lui et ma mère, témoins oculaires du siège et de la sanglante répression de la Commune, m’ont, par leurs récits, mis au cœur l’horreur de la violence et le désir passionné de la justice sociale."

Paul Langevin (1945)

Biographie

Né après la Commune, dans une famille républicaine, Paul Langevin entre à 16 ans à l’Ecole supérieure de physique et de chimie industrielles de Paris. Il suit les cours de Pierre Curie qui lui conseille de s’orienter vers la recherche et l’enseignement plutôt que vers un métier d’ingénieur.

Reçu premier à l’Ecole normale supérieure en 1894 et lauréat du concours d'agrégation des sciences physiques en 1897, il obtient une bourse pour travailler pendant un an dans un prestigieux laboratoire de physique à Cambridge.
En 1902, il devient docteur ès-sciences de la Faculté de sciences de Paris. En 1904, il fait un rapport sur la physique des électrons. L’année suivante, depuis la Tour Eiffel et l’Observatoire du Pic du Midi, il mène des expériences sur les ions de l’atmosphère.
Après le décès de Pierre Curie, en 1906, il le remplace au poste de professeur d’électricité générale à l’Ecole supérieure de physique et de chimie industrielles de Paris. Il deviendra directeur de cette école en 1925, un poste qu’il conservera jusqu’à sa mort.

Il est nommé professeur de physique générale et expérimentale au Collège de France en 1909.

Paul Langevin est lauréat de la médaille Hughes en 1915, et, à partir de 1920, il dirige le Journal de Physique et du Radium. En 1931, il participe au 4e cours universitaire de Davos, avec de nombreux autres intellectuels français et allemands. 

À cause de ses opinions antifascistes, il est incarcéré le 30 octobre 1940 par la Gestapo à la prison de la Santé. Il est libéré quarante jours plus tard et assigné à résidence à Troyes, qu'il quitte clandestinement en mai 1944 pour rejoindre la Suisse. 

Il décède le 19 décembre 1946. Ses cendres sont transférées au Panthéon, à Paris, en 1948.

Ses travaux

La théorie du magnétisme publiée en 1905

Après sa thèse sur l'ionisation des gaz, les premiers travaux de Paul Langevin portent sur la nature microscopique du magnétisme. Par sa théorie sur le magnétisme, publiée en 1905, il participe à l’avènement de la physique moderne. Ses travaux sur le magnétisme lui valent la médaille Copley en 1940.

L’équation de Langevin

En 1908, il propose une équation qui passe à la postérité sous le nom d’équation de Langevin, pour décrire la marche aléatoire des particules en suspension dans un liquide, que l'on appelle généralement mouvement brownien.

La relativité restreinte (paradoxe des jumeaux)

Einstein-Langevin-1928
Albert Einstein et Paul Langevin en 1922
© Henri Manuel/ESPCI Paris

En 1906, Paul Langevin prend connaissance de la théorie de la relativité restreinte d'Einstein et devient le promoteur de cette nouvelle théorie en France.
En 1910, il enseigne pour la première fois, la relativité dans ses cours au Collège de France. Il est l'auteur du paradoxe des jumeaux, expérience de pensée mettant en évidence les effets de la relativité restreinte, qu'il présente au congrès de Bologne et à la Société française de philosophie en 1911.
En 1922, il invite Einstein au Collège de France pour une série de conférences sur la relativité.

Mise au point du sonar pendant la guerre de 14-18

Pendant la Première Guerre mondiale, Paul Langevin met au point, avec l’ingénieur Constantin Chilowski, le sonar destiné à détecter les sous-marins grâce à la réflexion des ondes ultrasonores. Il est utilisé par la marine de guerre pour détecter les sous-marins et les mines. Il est utile aussi pour la pêche ainsi qu’en navigation pour mesurer la profondeur.



Des États-Unis, Einstein tente d'intercéder pour Langevin incarcéré par la Gestapo : "L'ambassadeur William C. Bullitt m'a informé que le cas de mon distingué collègue et ami, le professeur Paul Langevin à Paris, était actuellement étudié par votre comité. Le professeur Langevin est sans aucun doute l'un des plus grands physiciens français vivants ; ses contributions à la physique moderne sont du plus grand intérêt. Ses mérites en tant qu'enseignant ne sont pas moins éminents ; les plus brillants physiciens français de la jeune génération se sont formés sous sa direction. Le professeur Langevin est un grand humaniste et a toujours combattu l'injustice et le fascisme. Il a besoin et mérite amplement qu'on lui offre un statut de réfugié dans ce pays [les États-Unis]."

Einstein-Langevin
Paul Langevin (au centre) avec Albert Einstein (à droite)

Bibliothèque nationale de France

1ère publication : 23.01.2019 - Mise à jour : 15.03.2019

Militant et humaniste

Paul Langevin est un militant pacifiste et antifasciste. Il signe, en 1898, la pétition en faveur de Dreyfus. Il préside la Ligue des droits de l’homme de 1944 à 1946. Il participe à la Société des Nations créée après la Première Guerre mondiale et prend une position nette contre les armes chimiques et biologiques.


Distinctions

Prix Saintour (1901), Prix de l'Académie des Sciences (1907), Médaille Hughes (1915), Prix Clément Félix (1918), Prix Lassere (1924), Prix La Caze de l'Académie des sciences (1924), Médaille Copley (1940), Grand-croix de la Légion d'honneur (1946), Commandeur de l'ordre de l'Empire britannique.

Le plan Langevin-Wallon : un texte majeur dans l’histoire de l’éducation

plan langevin wallon

C’est un projet global de réforme de l'enseignement et du système éducatif français élaboré entre 1946 et 1947 par une commission ministérielle présidée par le physicien Paul Langevin, puis par le psychologue Henri Wallon, tous deux membres du Parti communiste. Ce plan a pour finalité l’égalité des chances, chacun devant accéder à la branche scolaire à laquelle ses facultés le prédisposent. Il propose notamment l’orientation en fonction des aptitudes ou encore un vaste tronc commun pour tous les enfants. Ce plan reste l’un des textes de référence en matière d’éducation.





Retour haut de page