Accueil >  Ministère >  Historique et patrimoine

Historique et patrimoine

René Descartes (1596-1650) : mathématicien, physicien et philosophe français

Ce jour-là : 31 mars 1596, naissance à La Haye-en-Touraine
Descartes

Mathématicien, physicien et philosophe, René Descartes est né le 31 mars 1596 à la Haye-en-Touraine (rebaptisée Descartes en 1961) dans une famille de petite noblesse (son père est conseiller au Parlement de Bretagne). Il est mort à Stockholm, en Suède, le 11 février 1650. Descartes est célèbre pour avoir exprimé dans son Discours de la méthode le cogito "Je pense, donc je suis". Il est considéré comme l'un des fondateurs du mécanisme et est à l’origine de la géométrie analytique.

Article - Publication : 29.03.2019

Un talent affirmé pour les choses mathématiques

À l'âge de 8 ans, René Descartes entre au collège des jésuites de la Flèche, nouvellement fondé par Henri IV, où il reçoit une éducation stricte et solide. Son goût et son talent pour les choses mathématiques y sont déjà affirmés.

Après son droit à l'université de Poitiers, Descartes décide de voyager, désireux de découvrir le monde. Il se rend d’abord en Hollande, où il s’engage, en 1618, dans l’armée du prince d’Orange, puis dans l’armée du duc Maximilien de Bavière. Renonçant à la carrière des armes, il voyage à travers l’Europe de 1620 à 1628 et élabore des travaux multiples, découvrant notamment en 1626 la loi de la réfraction des rayons lumineux. C'est à cette époque qu'il rédige les Règles pour la direction de l'esprit, ouvrage inachevé qui expose l'essentiel de sa méthode.

Séduit par l’esprit de tolérance qui règne en Hollande, Descartes s’y installe en 1628 et y restera 20 ans, entièrement occupé à sa tâche philosophique. En 1633, il achève un Traité du monde et de la lumière, ouvrage dans lequel il défend la thèse de l’héliocentrisme. Mais apprenant la condamnation de Galilée pour avoir soutenu le mouvement de la terre, Descartes renonce à publier son traité, notamment pour ne pas se heurter à l’église à laquelle il est soumis par la foi.

"Je pense, donc je suis"

En 1937, Descartes publie un texte philosophique intitulé Discours de la méthode pour bien conduire sa raison et chercher la vérité dans les sciences, en français (à l’époque, le latin est la langue commune des savants en Europe). C’est dans la quatrième partie du Discours de la Méthode, que figure la célèbre formule : "Je pense, donc je suis" (en latin : cogito ergo sum).

Le Discours de la méthode sert de préface à 3 traités scientifiques mettant en application cette méthode :

  • La Dioptrique (optique géométrique et lois de la réfraction)
  • Les Météores (météorologie)
  • La Géométrie (où il explique comment relier la géométrie et le calcul, et crée la géométrie analytique).


Le Discours de la méthode pose quatre règles indispensables à la connaissance :

  • se méfier de tout et en premier lieu des sens (règle du doute),
  • décomposer un problème en ses différents éléments (règle de l'analyse),
  • réagencer chaque élément du plus simple au plus complexe (règle de la synthèse ou induction),
  • vérifier que le raisonnement n'a rien oublié (règle de l'énumération ou déduction).

Descartes se consacre ensuite à ses Méditations métaphysiques qui sont publiées en latin en 1641 (la première traduction française paraîtra en 1647) et occasionnent d’intenses discussions et polémiques.

En septembre 1649, il se rend à Stockholm à l'invitation de la reine Christine de Suède. Lui qui aime dormir dix heures par nuit doit donner des leçons de philosophie à 5 heures du matin... et l’hiver est exceptionnellement glacial. De santé fragile, il contracte une pneumonie et décède le 11 février 1650, à 53 ans.

Sa pensée inspire Spinoza qui va publier, en 1673, Principes de la philosophie de Descartes.

Publication : 29.03.2019

œuvres majeures de Descartes

  • Règles pour la direction de l'esprit (1629)
  • Traité du monde et de la lumière (1633, publié en 1664)
  • Discours de la méthode (1637)
  • La Dioptrique (1937)
  • Les Météores (1937)
  • La Géométrie (1937)
  • Méditations métaphysiques (1641)
  • Correspondances avec Élisabeth (1643-1649 - échange de lettres entre René Descartes et la princesse Élisabeth de Bohême, fille du roi Frédéric de Bohême)
  • Principes de la philosophie (1644)
  • Des passions de l’âme (1649)

Discours de la methode

Discours de la méthode

"Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée : car chacun pense en être si bien pourvu, que ceux même qui sont les plus difficiles à contenter en toute autre chose, n’ont point coutume d’en désirer plus qu’ils en ont. En quoi il n'est pas vraisemblable que tous se trompent ; mais plutôt cela témoigne que la puissance de bien juger, et de distinguer le vrai d'avec le faux, qui est proprement ce qu'on nomme le bon sens ou la raison, est naturellement égale en tout homme ; et qu'ainsi la diversité de nos opinions ne vient pas de ce que les uns sont plus raisonnables que les autres, mais seulement de ce que nous conduisons nos pensées par diverses voies, et ne considérons pas les mêmes choses. Car ce n'est pas assez d'avoir l'esprit bon, mais le principal est l'appliquer bien."
Discours de la méthode (première partie)

Retour haut de page