Accueil >  Enseignement supérieur >  Établissements

Établissements

Assemblée générale de la Conférence des grandes écoles : discours de Frédérique Vidal

AG CGE 04-06-2019

Frédérique Vidal s'est exprimée en ouverture de l'assemblée générale de la Conférence des grandes écoles (C.G.E.) mardi 4 juin 2019.

Discours - Publication : 5.06.2019
Frédérique Vidal

SEUL LE PRONONCE FAIT FOI

Je suis heureuse d'être parmi vous aujourd'hui pour votre assemblée générale annuelle à laquelle je n'avais malheureusement pas pu me rendre l'année dernière. Nous nous étions vus en 2017 et j'ai bien évidemment eu l'opportunité d'échanger avec beaucoup d'entre vous depuis. Je reconnais de nombreux visages dans la salle et cela ne relève pas du hasard : la C.G.E. et les écoles que vous représentez sont engagées au service de notre enseignement supérieur et de notre recherche, et je sais que vous contribuez chaque année largement aux discussions qui entourent les politiques portées par mon ministère. Votre expertise et votre dynamisme nous sont précieux et je tiens d'emblée à vous dire toute ma gratitude pour cette collaboration. Car si vous exprimez parfois vos inquiétudes et appelez de temps à autre à la vigilance, je sais que vous cherchez à construire et à vous inscrire dans les grands défis que notre enseignement supérieur et notre recherche doivent relever.

Pour n'en citer que quelques-uns : ces derniers mois, vous avez ainsi permis à la loi relative à l'orientation et à la réussite des étudiants de s'ancrer durablement dans le paysage de l'enseignement supérieur français et vous avez soutenu le déploiement de Parcoursup. Je connais également les efforts déployés par plusieurs de vos établissements pour pouvoir rejoindre la plateforme dans les meilleurs délais et je me réjouis de votre engagement pour faciliter l'orientation de nos lycéens.

Ces dernières semaines, vous avez également pleinement participé à l'élaboration du projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche annoncé par le Premier ministre en février dernier. Vos contributions aux réflexions de chacun des trois groupes de travail que nous avons constitués sont toujours bienvenues car nous avons besoin du concours des écoles et de leurs équipes de recherche qui ne manquent ni d'audace (quand il faut innover), ni d'idées (quand il faut se rendre visible et attractif).

Ces derniers temps, enfin, et le sujet est d'actualité, vos écoles ont participé aux politiques de site qui se construisent partout sur notre territoire. Je sais que ces discussions ne sont pas toujours placées sous le signe de l'évidence ; mais je crois qu'elles progressent parce qu'à nos côtés, et aux côtés des universités, vous savez que l'avenir de l'enseignement supérieur et de la recherche sur nos territoires ne peut se construire sans renforcer nos liens de coopération et d'interdépendance, dans l'intérêt de chacun. Qu'un IDEX ou Isite soit ou non en jeu, vous participez à ces discussions dans l'optique de chercher des terrains d'entente avec les universités et les organismes de recherche à même de répondre aux objectifs de notre système d'enseignement supérieur en termes d'excellence, de compétitivité internationale, mais aussi de capacité à répondre aux besoins des territoires et de nos concitoyens.
Bien sûr, chacun d'entre vous avez à coeur de défendre vos spécificités et vos marques distinctives.

Bien sûr, encore, les organismes de recherche et les universités cherchent à défendre les leurs.

Mais, vous comme eux, avez su les dépasser. Pour cela, il fallait de la maturité, de l'audace et une compréhension éclairée de ce qui se joue aujourd'hui. Vous le savez, les universités, les écoles et les organismes de recherche ont désormais un "destin lié". Toutes et tous savent que ce qui se passe dans des continents plus jeunes que le nôtre les dépassera rapidement si l'on se contente d'un immobilisme au confort illusoire. Car bien davantage aujourd'hui qu'hier, il importe "de faire UN".

Ce n'est pas simple. Je le sais. Mais c'est ainsi que, comme je le répète souvent, chacun prendra le meilleur de ce que fait son voisin et cessera de verser dans la caricature de ce qu'est "une école", "une université" ou "un organisme de recherche".

Alors, certes, des efforts sont nécessaires. Des "pas de côté" doivent être réalisés. Des "petites révolutions culturelles" doivent être tentées. Mais, justement, il s'agit bien là de "tentatives". Je l'ai voulu ainsi pour ne pas immédiatement lier le sort de chacun. L'ordonnance du 12 décembre dernier est un texte d'expérimentation. Alors, je vous le dis un peu solennellement aujourd'hui : expérimentez, bousculez les lignes qui vous paraissent pouvoir l'être et apprenez à construire ensemble une stratégie commune.

Ce n'est qu'à ce prix que l'on construit une véritable université de rang mondial telle que le jury international IDEX-ISITE l'attend mais, plus important encore, telle que le M.E.S.R.I. l'attend. Car nous ne créerons pas d'établissements expérimentaux qui ne caractériseraient pas une réelle ambition de créer, ensemble, un établissement unique. Bien entendu, cet établissement unique peut laisser une place particulière aux composantes qui, en son sein, conservent la personnalité morale. Mais, ce qu'il importe de montrer est que la stratégie d'excellence construite par tous les acteurs du regroupement sera effectivement celle qui sera suivie au sein de tout l'établissement expérimental.

Les politiques de site ne sont cependant pas le seul sujet d'actualité que je souhaitais aborder avec vous aujourd'hui.

Toute aussi important est celui de l'égalité des chances et de la diversité sociale qui doit irriguer l'ensemble de nos établissements, y compris les plus prestigieux car ils servent souvent, à tort ou à raison me direz-vous, de points de comparaison pour tous les autres.

Pour cette raison, j'ai décidé de m'emparer pleinement de cette question qui me paraît à la fois majeure et urgente.

Vous le savez comme moi, ces derniers mois, la France a connu une crise sociale importante, dont je ne vais pas ici retracer les tenants et les aboutissants.

Je voudrais simplement dire ceci : depuis plusieurs mois, le chef de l'Etat et le gouvernement ont pris le temps d'écouter le mécontentement de nombreux Français, mais se sont surtout engagés à agir pour transformer notre pays et cela implique de remettre en question nos usages sans jamais renoncer à nos valeurs.

Parmi celles-ci, nous trouvons l'innovation et l'excellence académique, ainsi que l'ouverture et la diversité sociale. Nos écoles doivent en effet être le reflet de notre pays et participer à la formation de ceux qui, demain et sur l'ensemble de nos territoires, devront relever les grands enjeux du monde contemporain.

Ne comptez, cependant, pas sur moi pour sombrer dans la caricature en disant que la reproduction sociale est implacable et qu'une petite caste parisienne kidnappe l'avenir du pays. Ne comptez pas non plus sur moi pour désavouer nos élites et les charger de tous les maux. Le pays a besoin de cette jeunesse qualifiée, capable et intègre.

Je sais que des efforts importants en faveur de la mixité sociale ont déjà été déployés dans nos écoles depuis une quinzaine d'années et que plus de la moitié de vos établissements accueillent au moins 30% de boursiers. Les écoles d'ingénieurs en comptent, elles, près d'un quart (23,8%) et les écoles de commerce 14%.

Ces efforts, donc, sont réels. Mais je veux le dire devant vous avez la plus grande fermeté : ils ne sont pas suffisants. Avec 38% de boursiers dans l'enseignement supérieur, la plupart des grandes écoles sont encore loin du compte.

Nous savons tous, évidemment, que les inégalités ne se structurent pas entre 17 et 20 ans et que le manque de diversité dans les grandes écoles est aussi la conséquence de phénomènes d'autocensure ou de difficultés à s'orienter et à accéder à l'information. Chacun doit néanmoins agir, à son échelle, et il nous revient aussi de tendre la main aux lycéens les plus méritants.

La question qui doit nous mobiliser est donc évidemment celle de l'entrée dans nos écoles. Peut-on, effectivement, sélectionner de manière égale, c'est-à-dire indifféremment, de jeunes gens aux conditions et aux opportunités radicalement différentes ? Peut-on parler d'une véritable égalité des chances quand on voit que les jeunes issus de milieux populaires ou éloignés des grands centres restent sous-représentés dans nos écoles, et ce malgré de nombreux dispositifs d'accompagnement ?

Peut-on estimer comparables les efforts qu'ont dû déployer, pour y entrer, celles et ceux qui sont issus d'un milieu dans lequel "faire une grande école" est une évidence et celles et ceux qui ignorent même que cette grande école existe et peut les accueillir ? Doit-on absolument se désintéresser des nombreux caps qu'ont eu socialement à franchir tous ceux que rien ne destinait à intégrer une grande école ? Le franchissement de ces caps ne dit-il pas "quelque chose" de celle ou de celui qui y est parvenu ?

On le sait tous plus ou moins confusément : il y a une faille dans notre modèle méritocratique et refuser de la voir finirait par le condamner dans son ensemble.

Le mérite, ce n'est pas être une "bête à concours" ou une "encyclopédie vivante". Le mérite peut aussi être ailleurs. Il est dans l'engagement et la volonté de chacun. Il est dans la capacité d'un lycéen issu d'un milieu socialement fragile à se distinguer et à s'engager dans ses études malgré les difficultés que d'autres ne connaîtront jamais. Cette volonté et cette capacité à convaincre que "l'on a aussi sa place là où ne nous attendait pas" ne suffisent peut-être pas à réussir un concours. Mais ne sont-elles pas, au fond, parmi les qualités les plus importantes que l'on attend de nos futurs décideurs ? Pourquoi, alors, ne sont-elles pas prises en compte lors de nos modes de sélection ? Pourquoi nos concours ne participent-ils pas à la correction des inégalités et à l'effacement des biais sociaux ?

Afin de réfléchir à ces questions aussi majeures que préoccupantes, j'ai donc souhaité confier la mission de formuler des recommandations ambitieuses pour l'avenir, chacun en ce qui le concerne, à plusieurs directeurs d'école, que je remercie d'avoir accepté cette tâche : les directeurs des E.N.S. et le président de l'Ecole polytechnique - que je missionne avec ma collègue Florence Parly. Signe que la démarche doit aller au-delà des écoles publiques, j'ai également sollicité les directeurs des trois écoles de commerce franciliennes, H.E.C., l'ESSEC et E.S.C.P. Europe, sous la coordination de la chambre de commerce et d'industrie Paris-Ile-de-France, qui ont accepté de se joindre à ces réflexions dans le respect de leurs spécificités. Après un premier point d'étape à la mi-juillet, je souhaite qu'ils me remettent un rapport final en septembre qui nous permettra de rapidement déployer de premières mesures.

L'objectif de cette mission est simple : il s'agit d'augmenter significativement la part d'étudiants issus de milieux populaires dans nos grandes écoles. Pour cela, après un travail d'évaluation et de concertation essentiel, nous fixerons des objectifs précis. Les établissements seront naturellement libres de déployer les politiques les mieux adaptées à leurs écoles, mais je crois que - sur ce sujet plus qu'aucun autre - nous avons des obligations de résultat et je souhaite que chacun s'engage à sa mesure, partout en France.

Dans cette optique, je souhaite que la réflexion qui s'ouvre soit sans tabous. Et en particulier, vous le savez, sans tabous vis-à-vis du concours, trop souvent vu comme l'alpha et l'oméga de l'entrée dans vos écoles. En la matière, il me semble essentiel de pouvoir s'interroger sur le recours à des voies d'admission dédiées, susceptibles de valoriser une diversité de talents et de compétences, mais auxquelles on pourrait notamment accéder via une préparation dont les écoles prendraient en tout ou partie la charge, afin de garantir le niveau académique des candidats. A l'instar du cycle préparatoire aux études supérieures (C.P.E.S.) de P.S.L., ne peut-on pas imaginer des cycles propres à la préparation de ces voies spécifiques, qui permettraient de révéler tout le potentiel de ces jeunes ?

Comme sur chaque sujet qui la concerne, la C.G.E. est évidemment amenée à jouer un rôle déterminant dans les travaux que je viens d'annoncer et je tiens à remercier chaleureusement votre présidente, Anne-Lucie Wack, de l'intérêt qu'elle a déjà manifesté pour cette mission. L'expérience de la C.G.E. en matière de dispositifs pour la diversité sociale dans nos écoles est effectivement éprouvée et nous comptons naturellement sur l'expertise de votre commission dédiée à ces sujets. Créée dès 2005, et je salue Vincenzo Esposito Vinzi qui en assure l'animation et qui saura s'inspirer des meilleures pratiques dans le travail conjoint aux trois écoles de management, cette commission a notamment permis l'adoption d'une "charte en faveur de l'égalité des chances" (2010) ainsi que la rédaction d'un Livre blanc de l'ouverture sociale des grandes écoles. Le nouveau baromètre que vous préparez sur cette question sera d'ailleurs une synthèse utile. Sa dernière édition témoignait déjà de l'engagement de vos établissements puisque nous y apprenions que plus de la moitié d'entre eux disposaient d'une équipe dédiée à la mixité sociale et que vos écoles y consacraient près de 200 000 euros en moyenne chaque année, en plus des nombreux dispositifs financiers d'exonération ou de bourses qui existent pour les étudiants issus de milieux modestes.

Mais vous êtes même allés au-delà en multipliant les voies d'accès aux établissements et, notamment, la voie universitaire historiquement plus diverse socialement que celle des classes préparatoires. En 2015, vous accueilliez ainsi 40% d'étudiants, en moyenne, par des "admissions parallèles" et plusieurs d'entre vous ont même développé des systèmes de prépas intégrées ou de bachelors qui laissent ensuite l'accès aux programmes "grande école".

Votre mobilisation doit ainsi être saluée et, même, amplifiée. Il est temps - et la situation politique du pays ne laisse aucune place au doute - de franchir un nouveau seuil dans l'ouverture sociale de nos établissements.

Il y a quelques semaines, le Président de la République a souhaité une réforme ambitieuse de la fonction publique, mais sa réflexion engage en vérité l'enseignement supérieur et notre système de formation dans son ensemble. Je m'entretiens régulièrement avec Frédéric Thiriez et nous souhaitons agir de concert pour revitaliser notre modèle méritocratique. Lui comme moi souhaitons dépasser la logique du recrutement strictement sur concours et réellement enrichir nos liens avec les universités.


Comme l'ENA, et je souhaite ainsi conclure, les grandes écoles françaises sont un levier de transformation sociale et politique du pays. Au-delà de l'impératif républicain d'accès aux meilleures formations et de l'épanouissement de notre jeunesse, le monde de l'entreprise appelle lui-aussi de ses voeux des cadres qui puissent endosser les plus hautes responsabilités et apporter de nouvelles compétences, notamment relationnelles et motivationnelles.

Il nous faut ainsi augmenter significativement la part d'étudiants issus de milieux populaires dans nos écoles sans jamais fragiliser leurs spécificités, leur positionnement international ou leur excellence universitaire.

Nous aurons besoin, pour cela, de votre soutien et de toutes vos expériences. C'est au prix de cette collaboration, et je sais que la C.G.E. sera une nouvelle fois au rendez-vous, que nous pourrons renouveler notre enseignement supérieur et donner encore davantage de légitimité et d'attractivité à nos grandes écoles.

Publication : 5.06.2019

Contact presse

Retour haut de page