Accueil >  [ARCHIVES] >  [ARCHIVES] Communiqués

[ARCHIVES] Communiqués

Le prix scientifique franco-allemand Gay-Lussac-Humboldt fête ses 25 ans

[archive]
Alexander Von Humboldt

A l'occasion du 45ème anniversaire du traité d'amitié franco-allemand, la ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche adresse ses félicitations aux scientifiques français et allemands, lauréats du prix Gay-Lussac-Humboldt. Elle remettra les prix avec son homologue allemande, Annette Schavan, et le Professeur Helmut Schwarz, Président de la Fondation Alexander von Humboldt, lors d'une cérémonie le 29 février 2008 à Paris, qui clôturera le Troisième Forum de la coopération franco-allemande en recherche consacré aux stratégies des politiques de recherche.

Communiqué - 22.01.2008

Décerné pour la première fois il y a 25 ans, le Prix scientifique franco-allemand Gay Lussac Humboldt récompense d'éminents scientifiques allemands et français ayant, d'une part, contribué par l'excellence de leurs travaux et la qualité de leur engagement au renforcement de la coopération scientifique franco-allemande et, d'autre part,  faisant état de projets prometteurs pour l'avenir de cette coopération.

Les cinq scientifiques allemands lauréats du prix Gay-Lussac Humboldt 2008

- Prof. Dr. Friedhelm BECHSTEDT (né en 1949), théorie de la matière condensée, Institut de théorie et d'optique des solides à l'Université Friedrich Schiller de Iéna (candidature présentée par le Laboratoire des solides irradiés de l'Ecole polytechnique).

Directeur de l'Institut de théorie et d'optique des solides d'Iéna, Friedhelm Bechstedt est internationalement reconnu pour ses travaux dans les différents domaines de la physique de la matière condensée : semi- conducteurs, surfaces, interfaces et nano-structures. Auteur de près de 400 articles publiés dans des journaux de premier plan, il a notamment  contribué à des avancées majeures par ses recherches sur la simulation numérique des structures électroniques et propriétés optiques des nanostructures et des surfaces cristallines.
Les nombreuses collaborations qu'il a nouées en France, avec l'Institut des NanoSciences de l'Université Pierre et Marie Curie, avec le Laboratoire de physique des solides de l'Université Paul Sabatier, comme avec différents laboratoires de l'Ecole Polytechnique ont permis d'obtenir d'excellents résultats et de former de nombreux jeunes chercheurs. Le Prix Gay-Lussac devrait permettre à Friedhelm Bechstedt de développer des coopérations notamment dans le domaine de la spectroscopie théorique.

- Prof. Dr. Jörg HACKER (né en 1952), microbiologie, Institut de biologie moléculaire des infections, Université de Wurtzbourg (candidature présentée par l'Institut Pasteur).

Directeur (responsable) du Centre de recherche sur les infections de l'Université de Wurtzbourg, coordonateur du réseau d'excellence européen EuroPathoGenomics après avoir coordonné le programme de séquençage du génome d'Escherichia coli, Jörg Hacker est notamment reconnu pour être l'auteur du concept d'« ilot de pathogénicité », concept fondamental pour comprendre la construction génomique des pathogènes. Auteur d'environ 250 articles, publiant au plus haut niveau international (Nature Struc. Biol., Science, PNAS, EMBO Reports), mais aussi infatigable organisateur de conférences et de rencontres visant à regrouper et fortifier la microbiologie européenne, Jörg Hacker a conduit en partenariat avec des équipes françaises des études portant sur les Yersinia et les Légionelles. (Institut Pasteur) et sur  des colibacilles commensaux (Toulouse).
Le Prix Gay-Lussac Humboldt lui permettra de poursuivre ces collaborations et, dans ses nouvelles fonctions de directeur de l'Institut Robert Koch, de co-organiser avec l'Institut Pasteur le congrès Génomes 2008 et le congrès Legionnella 2009.


- Prof. Dr. Johannes MASING (né en 1959), droit public, Faculté de droit de l'Université Albert-Ludwig de Fribourg en Brisgau (candidature présentée par l'Institut de recherche Carré de Malberg de l'Université Robert-Schuman - Strasbourg 3).

Titulaire d'une chaire de droit public à l'Université de Fribourg après l'avoir été à l'Université d'Augsbourg, Johannes Masing est l'auteur de travaux internationalement remarqués en matière de droit public, et notamment de droit constitutionnel et de droit administratif, y compris dans leurs dimensions historiques et européennes, ainsi que dans le domaine du droit de la régulation. La majeure partie de ses publications intègre de façon centrale une réflexion comparative, concernant notamment les droits français et allemand.
Cofondateur avec Olivier Jouanjan (Strasbourg) du Cercle franco-allemand pour le droit public, professeur invité des Universités de Lyon 3, Paris 1 et Paris 2, Johannes Masing développera, à la faveur du Prix Gay-Lussac Humboldt, un projet de recherche sur les juridictions constitutionnelles des deux pays. Outre l'Université Robert-Schuman (Strasbourg), les universités de Paris 1, Paris 2, Aix-Marseille et Montpellier 2 sont concernées.


- Prof. Dr. Jorg RÜPKE (né en 1962), histoire des religions anciennes de la Méditerranée, Faculté de philosophie et des sciences religieuses de l'Université d'Erfurt (candidature présentée par le Centre Gustave Glotz et l'Ecole pratique des hautes études).

Professeur de sciences religieuses comparées au sein de l'un des plus importants centres européens d'histoire des religions qu'il a contribué à créer, Jörg Rüpke est un spécialiste incontesté de l'histoire des religions romaines, intégrant des approches philologiques et épigraphiques. Auteur de 5 ouvrages et directeur ou co-directeur d'une quarantaine d'autres, souvent traduits, il a publié plus de 140 articles quasiment tous dans les meilleures  revues de la discipline.
Porteur de nombreux projets de recherche internationaux, en particulier avec la France, il a notamment conduit avec l'Ecole pratique des hautes études des programmes de recherche sur le sacrifice, la divination et les rites de mort. Il a contribué à créer un Groupe de recherche européen sur la représentation du divin dans les sociétés grecque et romaine. Le Prix Gay-Lussac Humboldt favorisera une recherche commune sur l'histoire des rituels et des modes de la communication iconographique et sémantique des religions romaines.


- Prof. Dr. Hans-Joachim WERNER (né en 1950), chimie théorique, Institut de chimie théorique, Université de Stuttgart (candidature présentée par le Laboratoire de chimie théorique de l'Université de Marne-la-Vallée).

Directeur de l'Institut de chimie théorique de l'Université de Stuttgart, Hans-Joachim Werner est l'initiateur, mondialement reconnu, de méthodes de calcul extrêmement performantes pour caractériser la structure électronique des molécules dont tous les électrons ne sont pas appariés (à savoir les états excités, les états de spin de la matière, les molécules d'intérêt biologique...). Les applications de ces méthodes sont très nombreuses, de la chimie atmosphérique (calculs sur le trou d'ozone et le devenir des polluants) à la chimie des molécules interstellaires. Lauréat du Prix Leibniz en 2000, Hans Joachim Werner a collaboré étroitement avec des équipes françaises, dont en particulier le laboratoire de chimie théorique de Marne-la-Vallée avec les chercheurs duquel il a cosigné pas loin de 70 publications. Grâce au Prix Gay-Lussac, il poursuivra ces partenariats sur la structure électronique de systèmes moléculaires de grande taille et, avec l'Observatoire de Paris-Meudon, sur les systèmes moléculaires en relation avec le milieu interstellaire.

Les cinq lauréats français  du prix Gay-Lussac Humboldt 2008

- Abdelhak DJOUADI, Laboratoire de physique théorique, Université de Paris 11 - Orsay (candidature présentée par l'Institut de physique de l'Université de Bonn).

Reconnu internationalement pour ses travaux dans le domaine des calculs perturbatifs en théorie des champs quantiques relativiste en général, Abdelhak Djouadi a apporté de précieuses contributions aux calculs de précision dans les modèles électrofaibles ainsi que dans les prévisions du taux d'apparition du boson de Higgs dans le grand collisionneur hadronique du CERN (LHC) dans le cadre du modèle Standard de la Physique des Particules ainsi que dans ses extensions super symétriques.


- Vladimir KAZAKOV, Laboratoire de physique théorique, Ecole normale supérieure, Paris (candidature présentée par l'Institut Max-Planck de physique gravitationnelle, Potsdam).

Vladimir Kazakov est un spécialiste internationalement reconnu de la théorie des modèles des matrices résolues avec exactitude. Il a apporté des contributions essentielles à l'étude non perturbatrice des théories de jauge et des cordes. Il a récemment obtenu des résultats très novateurs dans le champ des théories des supercordes exactement résolues au niveau classique. Lors de son séjour en Allemagne, il devrait en généraliser les résultats pour le cas très important des supercordes quantiques.


- Jean JACOD, Institut de mathématique de Jussieu, Université Pierre et Marie Curie - Paris 6 (candidature présentée par l'Université technique de Munich).

Jean Jacod occupe une position de premier plan dans le domaine de l'étude des processus à temps continu qui a des applications dans le domaine de la physique, des sciences du vivant et de la finance. Durant son séjour en Allemagne, Jean Jacod poursuivra l'étude des propriétés de ces processus et en particulier de la détection des sauts d'un processus.


- Patrice PAVIS, Département théâtre, Université Paris 8 (candidature présentée notamment par l'Université de Munich).

Patrice Pavis est, de sa génération, l'un des meilleurs connaisseurs du théâtre contemporain : ses publications sur la sémiotique du théâtre, l'analyse des performances et le théâtre au croisement des cultures ont contribué à jeter les bases des études sur le théâtre et le spectacle contemporains. A l'Université Ludwig Maximilian de Munich, il conduira un projet de recherche interdisciplinaire portant en particulier sur la question de la convergence entre arts visuels contemporains et performance.


- Clément SANCHEZ, Laboratoire de chimie de la matière condensée, Université Pierre-et-Marie-Curie - Paris 6 (candidature présentée par l'Institut Max-Planck des colloïdes, Potsdam).

Clément Sanchez est l'un des chimistes des matériaux les plus renommés. Son nom est attaché aux domaines de la « chimie douce », des nanomatériaux hybrides organiques-inorganiques à structures hiérarchiques avec des applications pratiques. Conjointement à ses activités de recherche, d'enseignement et de direction de son laboratoire, il joue un rôle important au sein d'une plate-forme européenne de recherche et contribue aux discussions dans différentes associations scientifiques.

 

Par  ailleurs,  en  2007, la Fondation Humboldt a attribué, en partenariat avec la Communauté Helmholtz pour la  science, le Prix de la recherche Helmholtz-Humboldt à Marie-Louise Saboungi, du Centre de recherche sur la matière  divisée  CNRS-Université d'Orléans, dont la candidature était présentée par l'Université de Hanovre et l'Institut Hahn-Meitner (Berlin).

Marie-Louise   Saboungi est l'un des pionniers les plus reconnus internationalement dans l'usage des méthodes de diffusion des neutrons et des  rayons  X.  Ses recherches sur les nano-composites avec des composants biologiques  illustrent  l'interdisciplinarité qu'elle a prônée durant sa carrière. Lors de son séjour en Allemagne, elle devrait se consacrer aux études de la structure microscopique et de la dynamique des polymères par les techniques reposant ces méthodes.

La Fondation Humboldt a également attribué un Prix Bessel à Ruben MINASIAN du Service de physique théorique du CEA dont la candidature était présentée l'Institut Max-Planck de physique gravitationnelle (Potsdam).

Ruben. Minasian est parvenu à des résultats remarquables dans le cadre de ses travaux sur la théorie des cordes. Il a créé un un équipe leader dans ce domaine à Paris. Ses contributions novatrices sont désormais des outils de base pour les spécialistes de la question. Il travaillera, lors de son séjour en Allemagne, sur le problème de la généralisation géométrique de la théorie des cordes.

Le Prix Gay-Lussac a été notamment attribué aux Français Jean-Marie Lehn (1983), Guy Ourisson (1988), Maurice Godelier (1990), Claude Cohen-Tanoudji (1991), Michel Fromont (1993), Alain Aspect (1999),  Yannick Mellier (2006) et aux Allemands Wolf Lepenies (1984), Heinrich Ruterjans (1995), Karl Wieghardt (1995) Werner Hildenbrand (1997), Florian Holsboer (1997), Achim Müller (2002).

 

1ère publication : 22.01.2008 - Mise à jour : 22.01.2013

contact

Contact Presse

Brochures

Affiche Prix scientifique Gay-Lussac-Humboldt 2008

Les recherches les plus fréquentes :

© 2013 Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Tous droits réservés