Accueil >  [ARCHIVES] >  [ARCHIVES] Communiqués

[ARCHIVES] Communiqués

Mobilisation de l'enseignement supérieur et des entreprises pour répondre aux besoins de recrutement dans la filière du nucléaire

[archive]

La France doit faire face à des besoins de recrutement dans la filière du nucléaire. Ainsi, dans le cadre de la relance nucléaire voulue par le Président de la République, Valérie Pécresse, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, a installé le comité de coordination des formations aux sciences et techniques nucléaires, chargé de s'assurer de l'adéquation entre offre de formation, nombre d'étudiants dans les filières et demande des industriels du secteur en personnel qualifié.

Communiqué - 1ère publication : 6.10.2008 - Mise à jour : 6.10.0008
Valérie Pécresse

La France doit faire face à des besoins de recrutement dans la filière du nucléaire. Bien que les offres de formations soient aujourd'hui suffisantes dans l'enseignement supérieur, elles manquent de candidats : les besoins de la filière en bac + 5 et plus sont évalués à au moins 1 200 par an en 2010, dont 200 étrangers dans le cadre des contrats d'export, à comparer aux 300 diplômés en 2008.

Dans le cadre de la relance nucléaire voulue par le Président de la République, Valérie Pécresse, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, a installé le comité de coordination (Comité de coordination des formations aux sciences et techniques nucléaires), chargé de s'assurer de l'adéquation entre offre de formation, nombre d'étudiants dans les filières et demande de personnel qualifié.

Ce comité se réunira deux fois par an. Présidé par Bernard Bigot, Haut commissaire à l'énergie atomique, il rassemble des représentants des entreprises du secteur, d'établissements d'enseignement supérieur, et des organismes de recherche concernés (Commissariat à l'énergie atomique, Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire et Agence Nationale pour la gestion des Déchets Radioactifs).

Les membres du comité auront notamment à étudier les actions à mettre en place afin d'inciter les jeunes à s'investir dans ce domaine. A l'initiative de Valérie Pécresse, leurs réflexions s'articuleront autour de quatre grands axes :

Une plus grande coordination des offres de formation du nucléaire :

 

  • Recensement des besoins des entreprises et des offres de formation de techniciens et adaptation de l'offre de formations courtes professionnalisantes;
  • Création d'une structure partenariale de coordination et de mutualisation des offres de formation professionnelle continue, avec le concours des universités et des entreprises du secteur, en s'appuyant sur l'Institut national des sciences et techniques nucléaires (INSTN, rattaché au Commissariat à l'énergie atomique) ;
  • Mise en place de formations à distance, et de formations des formateurs, en français et en anglais, en soutien à la politique d'exportation de la filière nucléaire et en collaboration avec l'Agence France nucléaire international (AFNI) ;

 

Plus de lisibilité de l'offre de formation :

 

  • Création d'un master international commun sur l'énergie nucléaire réunissant établissements académiques et industriels franciliens de la filière nucléaire (EDF, Suez, Areva, CEA, Paristech, Supelec, Université Paris XI, Ecole centrale) ;
  • Création d'un label national pour attester l'adéquation des formations avec les besoins du secteur nucléaire ;

 

Plus de visibilité des besoins d'emploi :

 

  • Lancement d'une campagne de communication en 2009 sur les formations et les carrières dans le domaine nucléaire ;
  • Publication, par les industriels du secteur, des perspectives d'embauches par type de métier ;

 

Plus d'attractivité pour les carrières du nucléaire :

 

  • Amélioration de l'attractivité des carrières dans le domaine nucléaire par des salaires d'embauche attractifs et des perspectives de d'évolution de carrière dans l'ensemble des domaines du secteur énergétique, et plus largement industriel, en France et à l'étranger ;
  • Mise en place de bourses pour les étudiants (licence, master et doctorat) financées par les industriels ;
  • Consacrer une partie des financements publics de thèses au domaine du nucléaire.

 

 

1ère publication : 6.10.2008 - Mise à jour : 6.10.0008

contact

Contact presse

Retour haut de page