Les lauréates du Prix Irène Joliot-Curie 2009

Vignette prix IJC 2009

Promouvoir la place des femmes dans la recherche et mettre en lumière les carrières exemplaires de femmes de science, tels sont les objectifs du Prix Irène Joliot-Curie. Point sur le palmarès 2009.

Prix - 30.06.2009

C.N.R.S.Créé en 2001 par le ministère de l'Enseignement supérieur et à la Recherche, le Prix Irène Joliot-Curie bénéficie du soutien de la Fondation d'entreprise EADS depuis 2004. Son ambition : promouvoir la place des femmes dans la recherche et la technologie en France et mettre en lumière les carrières exemplaires de femmes de science qui allient excellence et dynamisme.

Le Jury a distingué Michèle Leduc (Prix Femme scientifique de l’année), Virginie Bonnaillie-Noël (Prix Jeune femme scientifique), Malika Haimeur (Prix Parcours femme entreprise) et l’Association française des femmes diplômées des universités (Prix Mentorat). Chaque lauréate reçoit 10 000 euros.

 

Michèle Leduc : "la recherche est le plus beau des métiers"

 

Prix Femme Scientifique de l'Année 2009Michèle Leduc, docteur en sciences physiques, a obtenu le Prix de la « Femme scientifique de l’année ». Directrice de recherche au CNRS et directrice de l’Institut francilien de recherche sur les atomes froids, elle agit également en faveur des femmes dans la recherche via l’association « Femmes et sciences » dont elle est membre fondateur.
Michèle Leduc, pour qui "la recherche est le plus beau des métiers", a un domaine de prédilection : les atomes ultrafroids. Cela consiste à produire des échantillons de matière gazeuse diluée à des températures extrêmement froides, de l’ordre du milliardième de degré au dessus du zéro absolu. "Les horloges les plus précises actuellement sont des horloges à atomes froids", explique-t-elle.
Après avoir étudié les propriétés de l’hélium et les fluides quantiques polarisés à basse température, développé de nouveaux lasers pour l’infrarouge et lancé des études sur l’imagerie médicale par IRM avec du gaz polarisé d’hélium inhalé, Michèle Leduc dirige aujourd’hui, avec Claude Cohen-Tannoudji, une équipe de chercheurs. Elle organise également des rencontres entre jeunes chercheurs européens, chinois, indiens, australiens...
Le Prix "Femme scientifique de l’année" récompense une femme ayant apporté une contribution personnelle remarquable dans le domaine de la recherche publique ou privée en France.

Présentation vidéo de Michèle Leduc

 

Virginie Bonnaillie-Noël : "Les maths c’est ludique"

 

Prix Jeune Femme Scientifique 2009"Je voulais faire des mathématiques depuis toute petite", précise Virginie Bonnaillie-Noël qui a reçu le Prix de la "Jeune femme scientifique". Résultat : doctorat en mathématiques, École Normale Supérieure de Cachan, agrégation de mathématiques option modélisation et calcul scientifique, D.E.A. à l’Université Paris-Sud.
Chargée de recherche au , affectée à l’Institut de recherche en mathématiques de Rennes (IRMAR), Virginie mène des recherches, d’une part, sur le suivi de fissures, d’autre part sur la supraconductivité : "Cela concerne, par exemple, le train entre l’aéroport de Shangaï et la ville de Shangaï, qui se déplace sans toucher les rails".
En parallèle, Virginie transmet aux lycéens sa passion pour la recherche et intervient pour des missions sur la parité, en collaboration avec des associations comme "Femmes et sciences", "Femmes et mathématiques" ou encore "Femmes ingénieurs".
Le Prix "Jeune femme scientifique" met en valeur et encourage une jeune femme qui se distingue par un parcours et une activité exemplaires dans la recherche française.

Présentation vidéo de Virginie Bonnaillie-Noël

 

Malika Haimeur : "Il faut réaliser ses rêves et s’en donner les moyens"

 

Prix Parcours Femme EntrepriseLe Prix « Parcours femme entreprise » a été attribué à Malika Haimeur. Cette ingénieure-chimiste dirige depuis avril 2007 les sites Sanofi-Aventis de Mourenx (Pyrénées-Atlantiques) et de Sisteron (Alpes de Haute-Provence) qui est l’un des plus importants de la région PACA dans le domaine de la chimie pharmaceutique. Malika a la responsabilité de près d’un millier de personnes, et gère, entre autres, les achats, les expéditions et la sécurité des sites.
Son parcours : un baccalauréat scientifique, une maîtrise de chimie, puis des études à l’Institut de pétrochimie et de synthèse organique industrielle (aujourd’hui I’École Centrale de Marseille). Son diplôme d'ingénieur en poche, elle intègre, en 1984, un poste dans un laboratoire de développement des procédés chimiques du groupe Rhône-Poulenc à Décines.
Malika constate que les femmes sont peu présentent dans les milieux industriels alors qu’elles représentent la moitié des effectifs des écoles de chimie. Pourquoi ? Selon elle, cela relève d’abord de l’autocensure. Pour elle tout est possible : "Il faut réaliser ses rêves, mais il faut s’en donner les moyens".
Le Prix "Parcours femme entreprise" récompense une femme qui a su mettre son excellence scientifique et technique au service d'une carrière vouée à la recherche en entreprise ou qui a contribué à créer une entreprise innovante.

Présendation vidéo de Malika Heimeur

 

L’Association française des femmes diplômées des universités (AFFDU) : 'l’éducation des filles est la clé de la promotion des femmes"

 

AFFDULe prix "Mentorat" a été décerné à l’AFFDU. C’est en 1920, sous l’impulsion des premières femmes diplômées des universités, qu’a été créée cette association. Il s’agissait alors de favoriser l’accès des filles à l’enseignement supérieur et de promouvoir la place des femmes instruites dans une société régit exclusivement par les hommes.
Aujourd’hui, l’AFFDU rassemble des femmes diplômées de l’enseignement supérieur, de toutes disciplines, engagées dans des carrières très diverses, universitaires ou non, autour de l’idée que "l’éducation des filles est la clé de la promotion des femmes".
L’association poursuit sa mission de formation des femmes à travers l’organisation de colloques et d’actions de sensibilisation ; elle mène des actions de « mentorat », attribue des bourses à des jeunes femmes en fin de doctorat et les aide à trouver leur place dans la société pour atteindre des postes à responsabilité.  "Notre action est encore nécessaire, insiste Evelyne d’Auzac, présidente de l’AFFDU, car l’égalité hommes-femmes n’est pas du tout acquise".
Le Prix "Mentorat" distingue une personne physique ou morale à l'origine d'une initiative remarquable d'accompagnement d'une ou plusieurs jeunes femmes dans leur cursus de jeunes chercheuses ou le début de leur carrière scientifique.

Présentation vidéo de l'AFFDU

1ère publication : 30.06.2009 - Mise à jour : 14.08.2012

Dossier de presse

Les recherches les plus fréquentes :

© 2013 Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Tous droits réservés