Accueil >  [ARCHIVES] >  [ARCHIVES] Communiqués

[ARCHIVES] Communiqués

Faire de Paris la plus belle métropole universitaire du monde

[archive]
Synthèse des investissements immobilier de l'Etat pour les c

Valérie Pécresse a annoncé l’ouverture d’une concertation sur les recommandations du rapport de Bernard Larrouturou, au sujet de l'immobilier universitaire parisien, avec les collectivités locales concernées (Mairie de Paris et Région Ile-de-France, notamment) et avec les différents établissements.

Communiqué - 5.10.2009
Valérie Pécresse

La ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a reçu aujourd’hui le rapport de Bernard Larrouturou, ancien président-directeur général de l’INRIA et ancien directeur-général du C.N.R.S., sur l’enseignement supérieur parisien.

Fin 2008, la mission d’audit de l’immobilier universitaire parisien avait remis à Valérie Pécresse un état des lieux qui mettait en lumière toutes les difficultés découlant de l’éclatement du paysage immobilier universitaire à Paris. La ministre avait alors confié à Bernard Larrouturou, le 6 janvier 2009, une mission sur l’évolution des établissements universitaires parisiens, notamment dans le cadre de la mise en œuvre de la loi sur l’autonomie des universités.

A l’occasion de la remise de ce rapport, Valérie Pécresse a souligné que Bernard Larrouturou avait parfaitement répondu à la mission confiée début 2009 en proposant une vision ambitieuse pour l’évolution de l’enseignement supérieur parisien, sur la base d’un constat largement partagé par tous les acteurs : Paris ne pourra se maintenir comme une des grandes métropoles universitaires mondiales sans un effort exceptionnel de rénovation de son patrimoine immobilier universitaire et d’amélioration de la qualité de vie pour ses étudiants.

Pour engager ce travail, la ministre a retenu 7 propositions et champs d’action principaux  exposés par Bernard Larrouturou, à savoir :

1.  Le regroupement des universités et des écoles parisiennes au sein de Pôles de recherche et d’enseignement supérieur (PRES)
Ces PRES fonctionneront comme des grandes universités confédérales en mutualisant leurs moyens et leurs forces au sein d’un projet pédagogique commun (bannière commune, signature commune des publications, école doctorale unique, relations internationales et services de valorisation mutualisés...). Leur taille devra se situer dans la norme des grands campus internationaux qui comptent entre 3000 et 6000 doctorants. Valérie Pécresse fait confiance à la mobilisation des acteurs pour que les premiers PRES universitaires parisiens soient créés avant la fin de l’année 2009. Elle a rappelé à ce titre que la création des PRES sous la forme d’un établissement public de coopération scientifique est un préalable pour qu’ils disposent d’une dotation en capital au titre de l’Opération Campus. Bernard Larrouturou organisera la concertation avec les acteurs universitaires sur l’articulation PRES/ Campus d’ici à la fin de l’année.

2. Un meilleur accueil des chercheurs étrangers à Paris 
L’attractivité vis-à-vis des chercheurs et enseignants-chercheurs étrangers, et l’engagement dans la construction de l’espace européen de la recherche sont des aspects qu’il est important de renforcer dans la politique d’établissement des universités et écoles parisiennes, plus encore qu’ailleurs en France. Cette politique d’attractivité passe, notamment, par la construction de nouvelles maisons d’hôtes dans Paris ou en proche banlieue et par un effort particulier sur le site emblématique de la montagne Sainte-Geneviève.

3. Une amélioration rapide de la qualité de vie des étudiants à Paris
C’est une priorité majeure qui passe, notamment, par un plan conjoint de développement du logement social étudiant avec la Ville de Paris : l’objectif est d’ouvrir 12 000 nouveaux logements sur Paris entre 2009 et 2020, et de développer plus de 1 000 nouveaux logements à la Cité internationale. La ministre a également souligné que des efforts seront menés sur les conditions matérielles de la vie étudiante au sens large (lieux de travail, logement, restauration, installations sportives), et sur les politiques menées par les établissements d’enseignement supérieur (lieux de vie, formation culturelle, ouverture vers la ville, préparation à la vie professionnelle...).

4. Un plan d’urgence pour la modernisation des bibliothèques universitaires parisiennes
La ministre retient les propositions de Bernard Larrouturou de développer fortement les services d’accès à la documentation numérique, de réfléchir à la mutualisation des fonds bibliothécaires et au stockage optimal de ceux-ci, d’accroître le nombre de places de travail dans les bibliothèques et l’accès libre aux fonds documentaires.

5. Un schéma directeur immobilier concerté pour préparer la dévolution du patrimoine aux universités parisiennes
Valérie Pécresse souhaite lancer dès maintenant une concertation avec les différentes collectivités concernées, notamment la Ville de Paris et le Conseil Régional, pour construire une vision partagée du schéma directeur immobilier de l’enseignement supérieur parisien, et un plan cordonné de financement des investissements immobiliers autour de quelques quartiers universitaires cohérents. A titre de comparaison, dans plusieurs régions de France, les collectivités locales se sont engagées à cofinancer les investissements de l’opération Campus à hauteur d’un euro pour un euro de l’Etat.

Valérie Pécresse  a rappelé que ce plan doit être décliné pour chaque établissement ou PRES avec l’objectif de parvenir en moins de dix ans, pour les huit universités parisiennes, à une quarantaine d’implantations au lieu de plus de cent-vingt aujourd’hui. Elle a pris l’engagement de conserver une vocation d’enseignement supérieur ou de recherche à tous les immeubles situés aujourd’hui au cœur de Paris, et de consacrer au plan de rénovation des campus parisiens tous les produits éventuels de cession des biens immobiliers.

La ministre a précisé que, pour chaque établissement volontaire, l’objectif est d’aller rapidement vers un transfert de la propriété de leur patrimoine en l’accompagnant dans la préparation de cette étape importante du développement de son autonomie, mais qu’il était nécessaire que cette dévolution soit précédée d’une phase de rationalisation des implantations de chaque université et de mise en sécurité des locaux.

6. La création d’un établissement d’aménagement universitaire, à titre transitoire, pour accompagner les universités dans la mise en place de leur schéma immobilier
Valérie Pécresse a souligné que cet établissement d’aménagement universitaire, mis en place à titre transitoire, aura la responsabilité de réaliser les investissements immobiliers interuniversitaires, d’accompagner les universités dans la mise en œuvre de leur schéma directeur immobilier, et de les préparer à la dévolution des biens immobiliers pour celles qui la demanderont.

7. Le renforcement de la coordination entre les académies d’Ile-de-France, avec la création d’un service inter-académique
Ce rapprochement, qui permettra de développer une vision régionale de l’enseignement supérieur et de la recherche en renforçant la coordination des acteurs, est particulièrement important pour améliorer la vie étudiante en Ile-de-France. Ce service sera placé sous la responsabilité du recteur de Paris.

 
Afin de donner rapidement suite à ces propositions, Valérie Pécresse a annoncé l’ouverture d’une période de concertation de deux mois, sur les recommandations du rapport, avec les collectivités locales concernées (Mairie de Paris et Région Ile-de-France notamment) et avec les différents établissements. Cette concertation sera conduite par le recteur de l’académie de Paris et Bernard Larrouturou. Elle doit permettre de présenter d’ici décembre un schéma directeur concerté de l’immobilier universitaire parisien, afin de mettre en cohérence et de conjuguer les efforts financiers de l’Etat et des collectivités locales autour d’une liste d’opérations prioritaires clairement identifiées.

Enfin, le rapport de Bernard Larrouturou propose que l’Etat consacre à la rénovation de l’enseignement supérieur parisien des moyens qui vont au-delà des dotations annoncées pour Paris et Aubervilliers dans le cadre de l’Opération Campus. Valérie Pécresse précise que les décisions du gouvernement pour les projets présentés seront prises à l’issue de la phase de concertation, et en fonction de l’engagement des différents acteurs. Elle souligne que l’Etat a d’ores et déjà prévu de consacrer près de 4 milliards d’euros à l’immobilier universitaire sur la période 2007-2013 en Ile-de-France, dont les 700 M€ de l’opération Campus à Paris.

1ère publication : 5.10.2009 - Mise à jour : 6.10.0009

Les recherches les plus fréquentes :

© 2013 Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Tous droits réservés