Accueil >  [ARCHIVES] >  [ARCHIVES] Discours

[ARCHIVES] Discours

Intervention de Valérie Pécresse pour la remise du prix « le goût des sciences » au musée du Quai Branly

[archive]

Valérie Pécresse a remis les prix de la 1ère édition du prix «Le goût des Sciences», qui clôture la 18e édition de la Fête de la Science. Lancé en 2009, le Prix « Le goût des sciences » vise à valoriser la communauté scientifique et ses travaux, rendus accessibles pour le grand public.

Discours - 1ère publication : 21.11.2009 - Mise à jour : 21.10.0011
Valérie Pécresse

Monsieur le Président, cher Stéphane Martin,
Mesdames et Messieurs les membres du jury,
Mesdames, Messieurs,

C’est une grande joie pour moi d’être à vos côtés cet après-midi dans ce musée du Quai Branly et de clore avec vous cette 18ème édition de la Fête de la Science.

Vous le savez tous, l’amphithéâtre dans lequel nous sommes réunis porte le nom d’un immense penseur français, l’une des plus grandes figures intellectuelles de notre temps : Claude Lévi-Strauss.

Je souhaitais commencer cette cérémonie de remise de prix en lui rendant hommage, lui qui consacra sa vie entière à transmettre aux autres le savoir et qui garda le souci permanent de rendre la science accessible à tous. Lui qui, pour cette raison même, fit rayonner son talent autant dans le monde des sciences que dans celui des lettres. Des sciences, parce qu’il inventa l’anthropologie, la sociologie contemporaine et le structuralisme. Des lettres, parce qu’il ne sacrifia jamais la clarté à la rigueur scientifique : Tristes tropiques a tant fait pour la cause de l’anthropologie !

Alors, c’est vrai, on ne pouvait espérer meilleures auspices pour cette cérémonie. Car vulgariser les progrès de la science, c’est là aussi, vous le savez, toute l’ambition de la Fête de la Science.

Je dis vulgariser au sens étymologique, c'est-à-dire au sens le plus noble et le plus juste du terme.

Vulgariser au sens de démocratiser les savoirs, pour que tous puissent profiter du travail de nos scientifiques et pour donner à chacun les outils pour comprendre le monde de demain. Car là où les citoyens ne sont pas avertis par la science des grands enjeux qui les concernent, comme le réchauffement climatique, les avancées de la recherche en génétique ou encore les conséquences du vieillissement de la population, il ne peut y avoir de démocratie véritable. La démocratie en effet n’existe pleinement que lorsqu’elle est animée par des citoyens informés qui décident et votent en toute connaissance de cause.

Vulgariser c’est donc aussi intégrer les sciences à la culture générale dans une logique d’ouverture et de décloisonnement des savoirs. Car toutes les disciplines scientifiques, de la physique aux sciences sociales en passant par la biologie, concourent à expliquer, à déchiffrer le monde qui nous entoure. A une époque où les sciences paraissent de plus en plus complexes et impénétrables pour le sens commun, il est donc nécessaire, plus que jamais, d’inventer de nouveaux moyens pour communiquer les découvertes de nos savants.

Enfin, vulgariser c’est donner à tous le goût des sciences, la soif d’apprendre et de chercher. C’est promouvoir ainsi les carrières scientifiques auprès des lycéens et des étudiants, pour susciter des vocations et participer au renouvellement du vivier dont la recherche aura besoin ces prochaines décennies.

Alors que nous nous apprêtons à investir massivement dans la recherche et l’innovation, nous aurons besoin de tous ces jeunes chercheurs et jeunes chercheuses pour relever les défis ambitieux auxquels nous invite le Grand Emprunt.

A en juger par le succès rencontré, année après année, par la Fête de la Science, cette volonté d’ouvrir à tous le monde des sciences rencontre un engouement de plus en plus fort.

Cette année encore, ce sont plus d’un million de visiteurs qui étaient attendus, tout au long de la semaine, dans les opérations organisées partout en France : les débats, les conférences, les rencontres organisées entre chercheurs et lycéens, mais aussi les visites de laboratoires, les expositions et les ateliers ludiques.

Je voudrais remercier tous ceux qui ont contribué à ce succès : les chercheurs et les enseignants bien sûr mais aussi les musées, les conservatoires, les entreprises, les bénévoles du milieu associatif et tous ceux qui, en région, ont fait vivre les Villages des Sciences.

Au total, ce sont plus de 13 500 intervenants scientifiques et 7 000 enseignants qui ont animé ces manifestations dans quelques 3 500 établissements scolaires et 73 Villages des Sciences !

Grâce au succès de ces initiatives, les mentalités sont en train d’évoluer. Les échanges entre le monde scientifique et la société civile deviennent plus fréquents et plus naturels. Et toute l’année, un nombre croissant de chercheurs font l’effort, au-delà de leur expertise, de partager leur savoir et de donner aux autres les clés de la connaissance.

Nos chercheurs bénéficient d’ailleurs d’une excellente image auprès des Français puisque, selon un sondage réalisé ce mois-ci pour le compte de mon ministère, plus de 70 % de nos concitoyens conseilleraient à leur enfant ou à leurs proches de devenir chercheur.

C’est pourquoi, avec le prix « le goût des sciences », j’ai souhaité récompenser ceux qui s’inscrivent dans cette démarche. Pour encourager, tout au long de l’année, tous ceux qui s’efforcent d’allier l’excellence scientifique et la faculté de communiquer à un très large public le goût et l’intérêt de la science. Pour que tous les chercheurs aient le souci de rendre intelligible leur travail et pour encourager ceux qui les aident dans cette ambition, comme les enseignants et les journalistes spécialisés. 

Et je sais pourtant que c’est là une tâche difficile et périlleuse puisqu’il s’agit d’expliquer sans simplifier, de rendre accessible sans banaliser, bref d’intéresser à la science sans jamais renoncer à présenter les exigences qu’elle comporte.

C’est pourquoi il fallait, pour départager les candidats, un jury très ouvert, très diversifié, capable d’examiner les qualités à la fois pédagogiques et scientifiques des concurrents.

Permettez-moi donc de saluer les membres qui composent ce jury. Ce sont tout à la fois des scientifiques et universitaires de grand renom, des directeurs de la recherche d’entreprises, des journalistes scientifiques, des auteurs reconnus et des spécialistes du public « jeunesse ».  

Je veux les remercier, tous, de leur soutien et d’avoir fait de cette première édition du prix « le goût des sciences » un réel succès. Je sais qu’entre les présélections, les sélections, la désignation des finalistes et enfin, bien sûr, le choix du lauréat, la tâche n’a pas été facile. C’est que les candidatures étaient nombreuses et d’une qualité souvent remarquable.

Pour encourager toutes ces initiatives, nous avions, vous le savez, décidé de décliner le prix en trois catégories distinctes. Car il y a plusieurs manières de vulgariser la science et aucune d’entre elles ne doit être négligée.

Avec le prix du livre « généraliste » nous récompensons un ouvrage clair et bien écrit qui permet aux profanes de comprendre les avancées de la science et leur impact sur le monde environnant.

Avec le prix « la science expliquée aux jeunes », nous avons voulu nous concentrer sur un public particulier, les enfants, pour encourager les initiatives qui visent à les familiariser avec les questions scientifiques et surtout leur donner le goût des disciplines jugées parfois, à tort, trop difficiles pour leur âge.

Enfin le troisième prix récompense un chercheur ou une équipe de chercheurs qui a trouvé les moyens ingénieux et efficaces de diffuser à un large public ses travaux de recherche.

Mesdames et Messieurs, ces distinctions honorent ceux qui ont choisi de relever un défi qui, à mes yeux, est absolument essentiel : réconcilier la science et la société. Elle encourage également tous ceux qui, encore anonymes, entretiennent au quotidien le goût pour les savoirs et les vocations scientifiques.

Pour cette raison, j’aimerais, avant de remettre les prix aux lauréats, féliciter l’ensemble des candidats. Je ne formerai qu’un seul vœu : qu’ils soient, l’année prochaine, encore plus nombreux à rendre la tâche du jury toujours plus ardue. 

Je vous remercie.

Pages à consulter

Communiqué de presse

Remise du prix "Le goût des sciences"

Dossier de presse

Dossier de presse "Le goût des sciences" à télécharger

 

Prix 2009 "le goût des sciences"

Présentation du prix, déroulement de la sélection, liste des nommés, etc.

Prix 2009 Le goût des sciences"

1ère publication : 21.11.2009 - Mise à jour : 21.10.0011
Retour haut de page