Accueil >  [ARCHIVES] >  [ARCHIVES] Communiqués

[ARCHIVES] Communiqués

La valorisation de la recherche publique

Laboratoire-de-physique-de-la-matière-condensée© CNRS Photothèque/CHEZIEREAlexis

Valérie Pécresse a présenté une communication en conseil des ministres relative à la valorisation de la recherche publique. La promotion d’une recherche publique ouverte sur la société et l’économie est en effet au cœur des réformes engagées.

Communiqué - 13.01.2010
Valérie Pécresse

Le constat est largement connu : si la France se maintient dans le peloton de tête des grandes nations scientifiques, au 6ème rang mondial pour les publications scientifiques, elle tarde à être un grand pays d’innovation.

L’excellence de notre recherche n’est pas en cause. Mais l’articulation entre les laboratoires publics et les entreprises n’est pas assez ancrée dans les pratiques, comme en témoignent les performances insuffisantes en matière de dépôts de brevets, de recherche partenariale ou de création de start-up. Le manque à gagner se chiffre en centaines de milliers d’emplois, et le manque d’innovation bride le potentiel de croissance de l’économie tout entière.

Comme la stratégie nationale de recherche et d’innovation l’a bien relevé, la recherche publique doit jouer le jeu de l’innovation ouverte dans une économie de la connaissance où il vaut mieux partager que garder pour soi ses découvertes.

Promouvoir des écosystèmes d’innovation dynamiques

Depuis 2007, des réformes profondes ont été engagées pour lever les verrous et promouvoir des écosystèmes d’innovation dynamiques : 

  • en développant la recherche partenariale : avec les pôles de compétitivité, les instituts Carnot, ou le doublement du crédit impôt recherche en cas de recherche confiée à un laboratoire public ;
  • en simplifiant la gestion des brevets, avec le mandat unique de gestion pour les unités mixtes de recherche, alors que plus de 70% des brevets publics sont détenus en copropriété ;
  • en encourageant des alliances thématiques entre organismes de recherche pour simplifier les interfaces avec les entreprises ;
  • en facilitant la mise en relation entre laboratoires publics et privés, grâce à un portail, ouvert depuis décembre 2009, qui a vocation à devenir un véritable Meetic de la recherche.

 

Des mesures qui commencent à porter leurs fruits 

  • Les entreprises reconnaissent que la situation s’améliore : le nombre de laboratoires communs a augmenté de 50% depuis 2005 et plusieurs accords majeurs de collaboration ont été signés dans les trois derniers mois (accord Renault-CEA dans les batteries électriques, engagement pris par les industriels de santé, renouvellement du laboratoire Microsoft-INRIA).
  • Les laboratoires publics sont prêts à aller plus loin et ont commencé à regrouper toutes leurs équipes sur les grands sites universitaires, étape indispensable avant la création de sociétés de valorisation véritablement professionnelles.


L’emprunt national : un formidable accélérateur pour aller au bout des réformes

Une enveloppe de 3,5 milliards d’€uros sera directement consacrée à l’amélioration du potentiel d’innovation. 

  • Les sociétés de valorisation en cours de création sur les grands sites universitaires seront dotées en capital pour constituer de véritables guichets uniques de proximité pour les entreprises.
  • Un petit nombre de clusters d’innovation technologique seront fortement soutenus pour lutter à armes égales dans la compétition mondiale de l’innovation.
  • Les instituts Carnot seront renforcés pour jouer un rôle d’entraînement pour l’ensemble de la recherche publique, comme l’Allemagne l’a montré.

 

Grâce à cet investissement sans précédent, la France va se donner les moyens de retirer tous les bénéfices de son investissement en matière de recherche et augmenter durablement le potentiel de croissance de son économie.

 

1ère publication : 13.01.2010 - Mise à jour : 31.07.2012

Les recherches les plus fréquentes :

© 2013 Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Tous droits réservés