Accueil

Bibliothèques universitaires : élargissement des horaires d'ouverture

[archive]
89 bibliothèques universitaires ouvrant plus de 60 heures

Le renouveau des bibliothèques universitaires comprend l’élargissement massif des horaires d’ouverture. Au total, 31 bibliothèques labellisées "NoctamBU" ouvrent plus de 65 heures par semaine.

Actualité - 17.02.2010

Plus de bibliothèques ouvertes plus tard

Les bibliothèques universitaires (B.U.) en France : repères et chiffes clés

On compte sur l'ensemble du territoire 480 implantations de bibliothèques différentes, avec une moyenne de 7 sites par université.

Outre les bibliothèques spécifiques à une université, on compte 11 bibliothèques inter-universitaires, qui sont ouvertes aux étudiants de plusieurs universités, mais qui sont gérées par une seule université. Au total, il y a en France 91 000 places assises dans les bibliothèques universitaires.

Sur ces 480 implantations, 268 comprennent 100 places et plus.

Le plan Bibliothèques universitaires est centré sur la volonté d'améliorer concrètement, là où les étudiants en ont le plus besoin, les différents services proposés, que ce soit en termes d'horaires d'ouverture, d'accès à la documentation et aux ouvrages, et de cohérence en matière de la gouvernance des bibliothèques.

Permettre à toutes les universités d'ouvrir au moins 2 de leurs bibliothèques pendant les vacances de Pâques

Afin de répondre aux besoins des étudiants et de leur permettre de bénéficier des meilleures conditions de travail possible, le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche a souhaité donner les moyens aux universités pour leur permettre d'adapter les horaires d'ouverture des bibliothèques dès les prochaines vacances.

Ainsi, depuis 2010, pendant les vacances universitairse,  les universités ouvrent au moins deux de leurs bibliothèques à hauteur des standards d'ouverture européens, à savoir au moins 65h par semaine. Ce sont ainsi 200 sites qui sont ouvert pendant les vacances universitaires, et ce jusqu'à 20h au minimum.

34 bibliothèques labellisées "NoctamBU"

Un soutien prioritaire à l'extension des horaires d'ouverture, 34 bibliothèques labellisées "Noctambu"

Sur l'ensemble du territoire, les horaires d'ouverture d'un nombre significatif de bibliothèques de plus de 100 places ont été étendus.

Ce sont ainsi 89 bibliothèques universitaires de plus de 100 places qui ouvrent plus de 60 heures par semaine, ce qui représente 33000 places sur les 91 000 places que comptent l'ensemble des établissements français.

Sur ces 89 bibliothèques, 34 sont labellisées NoctamBU : ce sont les bibliothèques qui ouvent 65h et plus, 65 heures d'ouverture étant le standard européen.

Situation géographique des 82 bibliothèques dont les horaires d'ouverture atteignent ou dépassent 60 heures hebdomadaires

Les 89 bibliothèques universitaires ouvrant plus de 60 heures par semaine

 

Document à télécharger

Liste des B.U. ouvrant plus de 65 heures par semaine et tableau des 10 B.U. qui vont étendre leurs horaires d'ouverture dans les prochaines semaines

 

Plus d'ouvrages en accès libre grâce au développement du numérique

La mise en place d'un dispositif de coordination des achats de documentation électronique pour définir les besoins prioritaires par discipline

Afin de permettre aux acteurs de l'enseignement supérieur et de la recherche de bénéficier des nouvelles possibilités du numérique, un dispositif national de coordination des achats de documentation électronique scientifique est mis en place par le ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche en concertation avec les universités et les organismes de recherche.
Ce dispositif permettra de définir avec les chercheurs les besoins prioritaires dans toutes les disciplines. Il s'appuiera sur les opérateurs reconnus, comme l'Association Couperin, l'ABES ou l'InIST, etc.
Il permettra ainsi deux avancées importantes :

  • d'une part, il s'agira de rationaliser et de mettre en cohérence les commandes, afin de viser un ralentissement de la progression des coûts d'acquisition et une meilleure adaptation de l'offre éditoriale ;
  • d'autre part, ce dispositif offrira une égalité et une continuité d'accès aux ressources entre chercheurs d'une même discipline
    Le ministère apportera une aide d'impulsion à ce dispositif et proposera, pour une plus grande efficacité, à d'autres ministères et à des acteurs privés de s'y associer.

Un accès public élargi et facilité notamment pour la documentation scientifique et les collections des bibliothèques

Afin d'élargir au plus grand nombre l'accès aux savoirs et à la documentation scientifique, les collections patrimoniales des bibliothèques universitaires et la documentation scientifique, dans le respect des droits d'auteur, feront l'objet d'un plan prioritaire de mise en accès public.

Il sera présenté par un nombre limité d'opérateurs communs et reconnus, comme l'Agence Bibliographique de l'Enseignement Supérieur, qui candidatera aux appels à projet dans le cadre du Grand Emprunt. L'Etat a prévu une enveloppe de 750 M€ à cet effet dans le cadre de l'Emprunt National.

Une politique documentaire renforcée à tous les niveaux

Afin de renforcer la politique documentaire des établissements, trois séries de mesures seront prises à chaque niveau pertinent : celui de l'établissement, du Campus et au niveau national.

 

Une exigence en ce qui concerne la poltique documentaire de chaque établissement

Parmi les premières priorités dans les contrats signés tous les 4 ans pour fixer les objectifs des universités, devront figurer l'organisation et la gouvernance des bibliothèques universitaires, avec des objectifs concernant la rationalisation du fonctionnement des différents centres de documentation d'une même université.
La démarche d'évaluation des politiques documentaires par l'AERES sera également renforcée et l'AERES élaborera d'ici l'été une nouvelle méthode d'évaluation.

 

Une exigence en ce qui concerne la politique documentaire de chaque campus

Au-delà des établissements, c'est sur tout un Campus que doit se faire la réflexion sur la politique documentaire.
A cet égard, les 5 à 10 campus d'excellence qui seront sélectionnés dans le cadre du Grand Emprunt devront proposer une organisation et une gouvernance des bibliothèques universitaires suivant des standards d'excellence. Le cahier des charges pour l'appel à projets pour les campus d'excellence comprendra ces exigences. Seront notamment remarqués :

  • les horaires d'ouvertures étendus,
  • les projets de mise en réseau de tous les services de documentation du Campus,
  • la mutualisation et le partage des ressources,
  • le développement de "bibliothèques universitaires du XXIème siècle",
  • et les projets de délocalisation des collections à distance pour créer plus de places de lecture.

Par ailleurs, les établissements en cours de contractualisation et le cas échéant les Pôles de Recherche et d'Enseignement Supérieur (PRES) devront être force de proposition en ce qui concerne la politique documentaire de site : le ministère leur demandera de lui envoyer d'ici la rentrée 2010 un bilan des ressources documentaires sur chaque site et une étude stratégique concernant leur organisation.

 

Enfin une exigence en ce qui concerne la politique documentaire nationale

Au-delà de chaque établissement et de chaque campus, une cohérence nationale est nécessaire. Les universités ont déjà et vont avoir davantage encore, dans le cadre de ce plan, les moyens, juridiques, financiers, immobiliers pour conduire des stratégies documentaires au service de leurs stratégies de recherche et de formation. Pour que ces stratégies soient les plus efficaces possibles, il convient de développer les outils des mutualisations possibles au niveau local, de renforcer ou de créer des instruments de mutualisation nationale entre enseignement supérieur et recherche.

Ainsi, les directions de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche du Ministère, et l'Inspection Générale des Bibliothèques sont mandatées pour élaborer d'ici septembre 2010, en collaboration avec la Conférence des Présidents d'Universités, une stratégie nationale visant la coordination nationale de la gestion documentaire, avec une priorité accordée à la mutualisation des fonds documentaires.

 

Des bibliothèques plus fonctionnelles


Qui dit bibliothèques plus fonctionnelles dit notamment réflexion sur la gouvernance des bibliothèques, sur la rationalisation des implantations, sur le stockage des ressources, mais aussi sur un « nouveau modèle » de bibliothèque, plus flexible et adapté aux besoins et aux évolutions du XXIème siècle.

 

Des mécanismes pour inciter les universités à regrouper et étendre les locaux de bibliothèques

Outre l'incitation dans le cadre de l'appel à projet des Campus d'excellence de l'emprunt national, sera créé dans le cadre de l'opération campus parisienne, un mécanisme financier d'incitation permettant de financer les réaménagements des espaces d'archivage en espaces d'études pour les bibliothèques universitaires qui ont fait le choix de délocaliser les collections peu consultées. Cette proposition sera développée à l'occasion des conclusions sur le rapport Larrouturou, qui seront rendues dans quelques jours.


Le développement du stockage à distance pour libérer de l'espace accessible dans les bibliothèques universitaires

Cette mesure, nécessaire à l'heure du développement du numérique, est particulièrement nécessaire sur les Campus où le foncier ne permet pas d'agrandir les locaux existants. C'est le cas du campus lyonnais, qui présente une capacité de 3 millions de volumes de capacité. Cette problématique devra être posée particulièrement en Ile-de-France. Là encore, les conclusions du rapport Larrouturou permettront de revenir sur ce point mais, dès à présent, le triplement de la capacité de stockage du Centre Technique des Livres de l'Enseignement Supérieur sera envisagé. Son surcoût sera pris en charge par les opérations campus en Ile-de-France ; à cet égard, le rectorat de Paris et le CTLES ont déjà commencé les études pour le projet.

L'amélioration de la gouvernance des bibliothèques interuniversitaires

Afin de permettre aux bibliothèques d'évoluer et de s'adapter rapidement aux nouveaux besoins et aux nouvelles organisations des universités, il sera nécessaire de refondre la réglementation des services inter-établissements de coopération documentaire (SICD), qui ne permettent pas de donner aux bibliothèques universitaires la gouvernance nécessaire pour ce faire.
Ainsi, les directions de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche du Ministère, et l'Inspection Générale des Bibliothèques élaboreront en concertation avec la CPU un projet de réforme d'ici la rentrée 2010.

La promotion de nouveaux modèles de bibliothèques davantage centrés sur les usagers et favorisant des liens renforcés entre pédagogie et documentation, entre documentation et recherche

L'inspection générale des bibliothèques sera chargée de conduire ce travail de prospective et d'anticiper. Pour ce faire, elle devra élaborer un guide présentant les caractéristiques et les avantages des "bibliothèques du XXIème siècle" et étudier les projets susceptibles d'émerger dans les grandes villes universitaires. Le rapport de l'Inspection Générale des Bibliothèques sur les « learning center » constitue un premier élément de ce travail. 

 

1ère publication : 17.02.2010 - Mise à jour : 1.02.2016

Les recherches les plus fréquentes :

© 2013 Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Tous droits réservés