Accueil >  [ARCHIVES] >  [ARCHIVES] Communiqués

[ARCHIVES] Communiqués

Ouverture de la XIe Conférence internationale sur l'histoire et l'archéologie jordanienne

[archive]
Pétra (Jordanie)

Valérie Pécresse est intervenue en ouverture de la XIe Conférence internationale sur l’Histoire et l’archéologie jordanienne (ICHAJ) placée sous le haut patronage de Son Altesse Royale le Prince Hassan Bin Talal. Cette conférence, qui rassemble du 7 au 12 juin plus de 140 chercheurs de 20 nationalités spécialistes de la  Jordanie à l'Institut national d'histoire de l'art à Paris, permettra de faire le point sur les politiques de conservation et la mise en valeur du patrimoine jordanien. A cette occasion, la ministre s’est engagée à faire de la France un partenaire de la Jordanie pour l’accompagner dans le cadre de la mise en valeur et la préservation de son patrimoine historique.

Actualité - 1ère publication : 7.06.2010 - Mise à jour : 8.08.2012
Valérie Pécresse

Après Oxford, en Grande Bretagne, Amman, Irbid et Pétra en Jordanie, Tübingen en Allemagne, Lyon, en France, Turin en Italie, Copenhague au Danemark, Sydney et Washington c’est Paris qui accueillera pour la première fois du 7 au 12 juin prochain la 11ème conférence internationale sur l’histoire et l’Archéologie de la Jordanie (ICHAJ), placée sous le Haut patronage de Son Altesse Royale le Prince Hassan bin Talal qui en a été l’initiateur en 1980.

La conférence de Paris, dont le thème, élaboré par un comité jordanien s’intitule "Changements et défis" rassemblera 140 chercheurs de 20 nationalités, spécialistes en histoire médiévale, moderne et contemporaine, en archéologie et histoire de l’antiquité et en anthropologie, dont les thèmes d’étude portent sur la Jordanie elle-même ou sur son environnement régional immédiat.

Chacun des ateliers de cette conférence, qui sera ouverte par le Prince Hassan de Jordanie et la ministre du Tourisme et des Antiquités, Madame Maha Khatib, fera le point sur les découvertes et recherches les plus récentes relatives au patrimoine jordanien. Elle fera également une large part aux discussions sur les politiques de conservation et la mise en valeur du patrimoine jordanien.

L’édition et la publication des Actes de la Conférence (Studies in History and Archaeology of Jordan) sera assurée par le Département des Antiquités de Jordanie (10 volumes déjà édités).

Une place significative sera, par ailleurs, consacrée aux nouvelles technologies en matière de recherches historiques et archéologiques et de protection du patrimoine. L’Université de Paris-I-Sorbonne, partenaire de la Conférence, associera étroitement sa filière d’enseignement et de recherche aux travaux de la Conférence.

Les organisateurs de cette 11ème conférence internationale sur l’histoire et l’Archéologie de la Jordanie sont le Département des Antiquités de Jordanie, l’Institut Français du Proche-Orient (IFPO), en particulier son antenne d’Amman, l’Université de Paris-I-Sorbonne et le Centre National de la Recherche Scientifique (C.N.R.S.).

La France, partenaire actif de la Jordanie en matière de recherche archéologique

La France est l’un des partenaires les plus actifs en matière de recherche archéologique et elle est présente sur les sites les plus emblématiques de la Jordanie.

Pays sous mandat britannique entre les deux guerres, la Jordanie n’est véritablement devenue une zone d’action pour les archéologues français qu’à partir de 1976, avec le début du premier programme franco-jordanien à Irak al Amir (Ernest Will, François Larché et Faouzi Zayadine), puis par la création d’une antenne permanente de l’IFAPO à Amman , en 1977.
Depuis plus de trente ans, la France possède donc une « base archéologique » permanente en Jordanie. Toutefois il convient de rappeler que ni pour la France ni pour la Jordanie, l’institution (IFAPO puis désormais l’IFPO) ne peut être dépositaire d’un permis de fouille, au sens large du terme, ce dernier étant toujours, pour les deux pays, délivré au nom d’une personne physique.

En d’autres termes, l’IFPO (tutelle assurée conjointement par le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et par le Ministère des Affaires étrangères et européennes) supporte matériellement, financièrement et administrativement des missions mais n’en dirige aucune. Les nombreuses missions françaises  qui se sont succédées en Jordanie depuis 1977 bénéficièrent - et bénéficient - plus ou moins de l’aide de l’IFPO, mais sont toutes administrativement indépendantes (y compris celles dont les directeurs sont des personnels IFPO). Placées sous la direction d’un chef de mission, leur financement peut être divers même si, dans leur très grande majorité, elles sont surtout supportées par la Commission des Fouilles du MAEE et/ou le CNRS.

Les missions françaises en 2010 en Jordanie


- Azraq, Aïn as Sawda (Claude Vibert-Guigue, CNRS) : étude des blocs de basalte décorés ayant orné un « baldaquin » sur le mur du réservoir de l’oasis. Epoque omeyyade. Financement : CNRS (appel offre Syrie Jordanie) et IFPO.

- Jerash (Jacques Seigne) : fouille et étude du sanctuaire de Zeus Olympien et de ses abords.
Financement : MAEE, Commission des Fouilles, CNRS.
¿ Jerash, restauration du grand temple (responsable d’opération : Chrystelle March, puis Pauline Fournet à partir de septembre 2010). Financement MAEE, SCAC, IFPO, Total
¿ Jerash, étude des installations islamiques de l’hippodrome (responsable d’opération : Fanny Thély). Opération achevée. Vérifications et publication en 2010. Financement IFPO, université, SCAC
¿ Jerash, thermes de Placcus, thermes de l’ouest  (responsable d’opération Thomas Lepaon). Nettoyages et étude. Opération terminée. Préparation de la publication.
Financement : IFPO, Université de Tours.
¿ Jerash, Birketein et les Maioumas (responsable d’opération : Clarisse Lachat, en collaboration avec le D.o.A.). Etude du « sanctuaire des eaux ». Financement : D.o.A., Université, IFPO
¿ Jerash, Nécropole sud (Sandie Poisson). Etude du matériel provenant de deux tombes des II/III° siècles. (en collaboration avec le D.o.A.)
¿ Jerash, Inscriptions funéraires (Marine Ychard). Corpus informatisé et géo référencé des inscriptions funéraires. Financement : CNRS, appel d’offre Syrie Jordanie

- Khirbet es Samra (Jean-Baptiste Humbert, Alain Desreumeau) : étude d’un site romano-byzantino-omeyyade. Petite forteresse transformée en village. Eglises, mosaïques, ...  inscriptions en « syro-palestinien ». Chantier en phase finale. Préparation de la publication.
Financement : Commission des Fouilles, Ecole Biblique et divers

- Khirbet Daussaq (Jean-Paul Pascual) : fouille et étude d’un ensemble balnéaire datable des époques Mamelouke /Ottomane. Sondages en 2009. Devrait être poursuivi en 2010.
Financement : CNRS, IFPO, divers

- Khirbet edh Dharih (François Villeneuve, Zeidoun al Mueissen). Fouille et étude d’un village d’époque nabatéenne/omeyyade. Chantier terminé. Phase préparatoire à la publication (étude du matériel.
Financement : Commission des Fouilles MAEE, CNRS, Université de Paris

- Petra (Christian Augé). La mission de Petra rassemble plusieurs chantiers placés sous la responsabilité de différents chercheurs : temenos du Qasr al Bint (Christian Augé),
Financement : Commission des Fouilles MAEE et CNRS.
¿ Petra, Chapelle d’Obodas (Laurent Tholbecq),
¿ Tombes de Petra (Isabelle Sachet),
¿ Epigraphie safaïtique et autres (Saba Farès, Marie-Jeanne Roche),
¿  Petra (Michel Mouton)

- Wadi Kuffrein (Jean-François Salles). Fouille et étude d’une petite fortification d’époque hellénistique. Fouille achevée en 2009.
Financement :  MAEE ,CNRS,divers

- Prospection des sites de l’Age du Fer dans le sud jordanien (Aurélie Jouvenel). Prospections.
Financement : IFPO

- Corpus des Inscriptions Grecques et Latines, IGLS, Jordanie nord (Pierre-Louis Gatier)
Financement : CNRS, Université de Lyon.

- Corpus des Inscriptions Islamiques de Jordanie (Fredéric Imbert) : projet en sommeil depuis de nombreuses années mais qui pourrait redémarrer en 2010

 

 

1ère publication : 7.06.2010 - Mise à jour : 8.08.2012
Retour haut de page