Concours national d'aide à la création d'entreprises de technologies innovantes : 1er dispositif d'amorçage en France

Logo concours

La 12ème édition du concours national d’aide à la création d’entreprises de technologies innovantes a distingué 174 lauréats. 37% des projets sont consacrés aux sciences du vivant et aux biotechnologies, 30% à l’informatique et aux technologies de l’information, et 46% intègrent la dimension environnementale. Avec 23 millions d’euros de dotations, ce dispositif est le premier financement d’amorçage en France.

Actualité - 30.06.2010

174 lauréats pour cette édition 2010 du Concours national d’aide à la création d’entreprises de technologies innovantes. Avec 23 millions d'euros de dotations, ce dispositif est le premier financement d’amorçage en France.

À cette occasion, la ministre a rappelé que ce concours n’est que la première étape d’un dispositif complet de soutien à l’innovation, qui a été considérablement renforcé depuis 2007, avec :

  • Le statut de Jeune Entreprise innovante, qui concerne 2 373 entreprises en 2009 ;
  • La réforme du crédit impôt recherche avec notamment la pérennisation du remboursement anticipé pour les  P.M.E. (le CIR est désormais utilisé par la quasi-totalité des entreprises ayant une activité de R&D en France)
  • Les instruments financiers d’OSEO : 2929 aides à l’innovation en 2009
  • Les mesures de mobilisation de capital en faveur des PME de croissance : mesure ISF-PME, renforcement des fonds d’amorçage décidé dans le cadre des investissements d’avenir, et création du Fonds Stratégique d’Investissement et de son programme FSI-PME.

 

Cette année, 101 lauréats ont été sélectionnés dans la catégorie "en émergence" -  ils recevront en moyenne 30,000 euros à titre personnel pour confirmer la pertinence de leur concept – et 73 lauréats dans la catégorie "création-développement" - ils recevront, après création de leur entreprise, une subvention moyenne de 225,000 euros pour financer leur programme d’innovation.

La ministre a souligné que les lauréats du concours avaient suivi les évolutions du système français de recherche et d’innovation, avec notamment :

  • Une percée des thématiques identifiées comme prioritaires par la Stratégie Nationale de Recherche et d’Innovation ;
    - 36,8% des projets sont consacrés aux sciences du vivant et aux biotechnologies contre seulement 21% en 2007 ;
    - 29,9% des projets sont consacrés à l’informatique, au logiciel et aux technologies de l’information et de la communication ;
    - tous domaines confondus, 46% des projets intègrent un impact positif sur l’environnement.
  • Une progression significative de la valorisation des résultats de la recherche : près de 60% des projets s’appuient sur des résultats de la recherche publique, contre 38% en 1999 ;
  • Une tendance accrue des docteurs à entreprendre : 53% des projets sélectionnés sont portés par des docteurs

Depuis 1999, ce sont près de 1200 entreprises à fort contenu technologique et des emplois hautement qualifiés qui ont été créés avec le soutien du concours, et ce avec un taux de survie de plus que satisfaisant (95% des entreprises sont encore en activité après 3 ans ; 88% des entreprises ont dépassé le seuil critique des  5 ans).

1ère publication : 30.06.2010 - Mise à jour : 30.07.2012

Les recherches les plus fréquentes :

© 2013 Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Tous droits réservés