Chiffres clés et principaux résultats des taux d'insertion professionnelle des diplômés de master

Le taux d’insertion des diplômés de Master de 2007, mesuré 30 mois après l’obtention de leur diplôme, s’élève à 91,4% au niveau national, avec des disparités selon les domaines (87% pour l’ensemble Lettres, Langues, Arts, 90% pour les Sciences humaines et sociales, 92% pour l’ensemble Droit, Economie, Gestion et pour les Sciences, Techniques et Santé).

Ce taux est défini comme étant la part des diplômés occupant un emploi, quel qu’il soit, sur l’ensemble des diplômés qui sont sur le marché du travail (on exclut donc de l’analyse ceux qui sont encore en études et ceux qui sont sans emploi mais déclarent ne pas en chercher)..

Article - 15.10.2010

 

 

Taux d'insertion des diplômés de master par domaine

Taux d'insertion des diplômés de master par demaines

 

 

Des conditions d’insertion variables selon la discipline étudiée


Si le taux moyen est de 91,4%, les différentes disciplines présentent des conditions d’insertion variables.

 

 Taux d'insertion selon la discipline
Taux d'insertion suivant la discipline

 

Le domaine « Droit – Economie – Gestion » est assez homogène en terme d’insertion, avec des taux allant de 91% (économie) à 92,6% (gestion) comme en termes de taux d’emplois stables ou de pourcentage de cadre ou professions intermédiaires parmi les emplois occupés. Les disparités entre disciplines se relèvent essentiellement au niveau des employeurs de ces diplômés (forte proportion de fonction publique en droit, d’entreprises privées en gestion).

Le domaine « Lettres, Langues, Arts » (LLA) se caractérise par des conditions d’insertion moins bonnes que les autres domaines : un taux d’insertion plus faible que la moyenne (87% contre 91,4%), un taux de temps partiel nettement plus élevé (16% contre 6%), une part de cadres et professions intermédiaires et un taux d’emplois stables plus faibles.

Les Sciences humaines et sociales se caractérisent par une très forte hétérogénéité entre disciplines. Le taux d’insertion est très élevé en psychologie (94%), mais il s’agit souvent (39%) d’emplois à temps partiel et moins de deux tiers des emplois sont des emplois stables. A l’inverse, le taux d’insertion est relativement faible en histoire et géographie, pour un taux de temps partiel presque deux fois plus élevé que la moyenne et un taux de cadres et professions intermédiaires inférieur à la moyenne.

Deux disciplines des sciences et technologies se distinguent par des taux d’insertion particulièrement élevés : informatique (plus de 96%) et sciences de l’ingénieur (93%). Les emplois occupés sont souvent des emplois de cadres ou professions intermédiaires (90% en sciences de l’ingénieur et 92% en informatique) et les taux de temps partiel sont faibles. Les conditions d’insertion sont plus difficiles en sciences de la vie et de la terre, avec un taux d’insertion inférieur de quatre points à la moyenne du domaine et de trois points à la moyenne d’ensemble.
L’agrégat des « sciences fondamentales » présente un taux d’insertion légèrement inférieur à la moyenne (90%), en raison du faible taux d’insertion constaté pour les diplômés de chimie (86% contre 94% en mathématiques et 93% en physique). Comme pour l’informatique et les sciences de l’ingénieur, les emplois occupés sont souvent des emplois de cadres ou professions intermédiaires (86%) et les taux de temps partiel sont faibles (2%).

 

Deux emplois sur trois dans des entreprises privées


Les deux tiers des emplois s’excercent dans les entreprises privées, avec de très fortes disparités selon les domaines : 27% des emplois en psychologie, 35% en histoire et géographie et à l’inverse, 85% des emplois occupés par les diplômés de gestion, 88 % des emplois occupés par des diplômés de sciences de l’ingénieur et 92% des emplois occupés par des diplômés en informatique.

Un diplômé sur six (16,4%) travaille pour une des trois fonctions publiques, mais, parmi ceux-ci, moins d’un sur trois (5% sur 16%) a le statut de fonctionnaire. Près de la moitié sont en CDD ou vacataires. La fonction publique est un débouché important pour les diplômés de droit (30%), histoire et géographie (38%), psychologie (35%), sciences de la vie et de la terre (20%).

 

Principaux employeurs

Principaux employeurs

 

Enfin, si l’on raisonne en termes de secteurs d’activité économique, les débouchés varient fortement d’un domaine à l’autre, même si les services sont partout très majoritaires.
L’industrie accueille 12% des diplômés, pour plus de la moitié des diplômés de sciences et technologies, mais aussi des diplômés de gestion (près d’un quart des diplômés de master recrutés dans l’industrie) et de LLA.
Les activités financières et assurances recrutent essentiellement en droit, économie et surtout gestion (42% des recrutements de la branche).

 

Les débouchés, par secteurs d'activité économique

  

Débouchés par secteur d'activité économique

 Document à télécharger : Insertion professionnelle des diplômés de l'université

Principaux résultats de l’enquête Master 2009

 

 

1ère publication : 15.10.2010 - Mise à jour : 10.03.2011

Les recherches les plus fréquentes :

© 2013 Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Tous droits réservés