Les bénéfices de l'autonomie des universités

Autonomie : les bénéfices pour les universités

Livret "Les bénéfices de l'autonomie des universités"
Paris 8_p15

Les universités autonomes sont responsables de la gestion de leur masse salariale, de leur budget et de leur stratégie scientifique et pédagogique. Elles ont acquis la maîtrise de leurs recrutements, peuvent moduler les rémunérations et sont désormais identifiées comme des interlocuteurs à part entière par les entreprises et les collectivités territoriales. Grâce à l'autonomie, c'est la performance de l'ensemble du système universitaire qui a été améliorée.

Guide - 22.12.2010

 

Un déroulement de carrière amélioré et une professionnalisation accrue  

 L'université de Lorient

Elle organise un plan de formation au management sur deux ans pour les chefs de service.

L'université de Lille 2

 Elle engage une politique de requalification des emplois : 25 emplois ont été transformés en emplois de niveau supérieur.

Zoom sur l'université de Bordeaux 1

  • Harmonisation des modalités de gestion indemnitaire et de carrière des personnels BIATOS quel que soit le corps d'appartenance.
  • Augmentation de 55 % en moyenne des régimes indemnitaires des BIATOS sur la période 2007-2010.
  • Développement d'une politique d'intéressement individuel ou collectif des BIATOS en relation avec les actions de recherche, de formation continue et d'apprentissage.
  • Elaboration d'une « convention collective » d'établissement pour les agents contractuels.

L'université de Lyon 1

Elle met en place un dispositif d'études de situation au travail afin de proposer, aux personnels en difficulté, un plan d'aide dans le cadre des possibilités offertes par l'université.

L'université de Montpellier 1

Elle renforce son encadrement en transformant une partie de ses emplois de catégories B et C en catégorie A.

 

 Une valorisation de l’engagement professionnel et une reconnaissance des responsabilités

L'université d'Aix-Marseille 2

valorise l'engagement et les résultats des ingénieurs techniciens de recherche et de formation, qui peuvent voir passer leurs primes de 3 800 € annuels à 5 800 € annuels.

L'université d'Aix-Marseille 3

Elle attribue une dotation supplémentaire de 50 000 € pour les personnels administratifs et techniques et augmente de 7 % l'enveloppe indemnitaire.

L'université de Belfort-Montbéliard

Elle attribue des compléments indemnitaires à des équipes impliquées dans des projets et pouvant percevoir des « primes d'intéressement » en fonction des objectifs.

L'université de Nancy 1

Elle double l'enveloppe "prime de responsabilité pédagogique" et "prime de charges administrative", augmente de 13 % les primes des personnels BIATOSS et a versé une prime d'activité et d'investissement personnel à un tiers des BIATOSS en 2009.

 

Un développement de l’action sociale et culturelle

L'université d'Aix-Marseille 2

Elle consacre plus de 100 € par agent pour l'action sociale en 2009, et a pour objectif de passer à 300 € par agent en 4 ans (aides d'urgence, avantages en termes de vacances, de loisirs, de restauration collective).

L'université de Créteil (Paris 12)

Elle propose au personnel 10 berceaux à la crèche "1, 2, 3, soleil". Ce service sera complété par la mise en place d'une "halte garderie" ouverte à tous en fonction des places disponibles.

L'université de Franche-Comté

Elle met en place un service d'action sociale et culturelle avec un budget abondé sur fonds propres à hauteur de 80 000 €.

L'université de Nancy 1

Elle double le montant moyen des prestations liées à la culture, attribué par personne, entre 2009 et 2010.

1ère publication : 22.12.2010 - Mise à jour : 4.05.2011

En savoir plus

"L'une de mes premières mesures a été de créer trois vice-présidences fonctionnelles qui n'existaient pas auparavant.  J'ai donc nommé un vice-président aux relations entreprises et à la formation continue, un vice-président à la valorisation de la recherche, et une vice-présidente à l'insertion et à l'orientation. L'idée, c'est d'apporter une meilleure visibilité à l'université."

Luc Johann, président de l'Université de Metz

Télécharger le livret

Télécharger le livret autonomie

En savoir plus

"L'intérêt de cette réforme, c'est justement de donner aux universités de nouvelles marges de manœuvre pour recruter à leur guise, sans passer par l'Etat. Grâce à ce changement majeur, nous pouvons jouer dans la cour des grands, ce que nous faisons en embauchant un professeur de Harvard et une enseignante de la London School of Economics. Christian Hellwig, un jeune professeur allemand de macroéconomie à Ucla, certainement la mégastar de demain, nous a rejoint ;  il souhaitait revenir en Europe. Oxford et d'autres établissements cotés le voulaient. Mais c'est chez nous qu'il a signé !"

Bruno Sire, président de l'université de Toulouse I

Les recherches les plus fréquentes :

© 2013 Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Tous droits réservés