Accueil >  [ARCHIVES] >  [ARCHIVES] Communiqués

[ARCHIVES] Communiqués

Investissements d'avenir : 200 millions d'euros pour les 10 lauréats de l'appel à projets "Cohortes"

[archive]
Investissements d'avenir 465x310

Les 10 projets lauréats de l'appel à projets "Cohortes" du programme "Investissements d'avenir" ont été présentés par Valérie Pécresse et René Ricol, commissaire général à l'investissement. Inscrit dans  l'action "Santé et Biotechnologies", l'appel à projets  "Cohortes"  est doté de 200 millions d'euros et assure un financement sur la durée.

Communiqué - 25.01.2011
Valérie Pécresse

Valérie Pécresse, ministre de l'Enseignement supérieur et de la recherche, et René Ricol, commissaire général à l'investissement, ont dévoilé les 10 projets lauréats de l'appel à projets "Cohortes". Inscrit dans l'action "Santé et Biotechnologies", l'appel à projets "Cohortes" est doté de 200 millions d'euros et assure un financement sur la durée.

 

Les cohortes constituent l'un des instruments de référence de la recherche en santé publique. Elles permettent d'étudier les déterminants biologiques, sociaux, comportementaux, économiques et environnementaux de la santé, mais également, de comprendre l'évolution des maladies et d'étudier l'interaction entre facteurs génétiques et environnementaux. A terme, ces études à grande échelle permettront d'optimiser les politiques de santé publique et les pratiques médicales, et de positionner la France au meilleur niveau international.

 

44 projets de cohortes ont été reçus pour cet appel lancé en juin 2010. Sur la base des évaluations et recommandations d'un jury international, présidé par le Professeur Nino Künzli, Directeur du "Swiss Tropical and Public Health Institute" de Bâle, les 10 meilleurs projets ont été retenus.

 

Les intérêts de la dotation de 200 millions d'euros permettront de financer la constitution et le suivi des 10 cohortes sur une période de 9 à 10 ans. Ils se répartissent ainsi :

  • > 10 M€ pour 3 projets
  • de 5 à 10 M€ pour 3 projets
  • < 5M€ pour 4 projets

 

Ces 10 projets de cohortes seront des instruments de référence pour la recherche en santé publique. Ils constitueront des bases de données essentielles pour des programmes de recherche ambitieux aussi bien en sciences médicales, avec notamment RADICO sur les maladies rares, ou Cryostem sur le rejet de greffe, qu'en épidémiologie avec une dimension en sciences humaines et sociales comme pour le projet I-share qui permettra d'étudier les comportements à risque chez les jeunes adultes (30.000 étudiants suivis sur au moins 10 ans).

 

D'autres grandes pathologies très répandues sont aussi concernées comme la sclérose en plaque avec le projet OFSEP ou le cancer du sein avec le projet CANTO. Sur les grandes questions de santé publique, le projet E4N permettra, pour la première fois à grande échelle, de suivre la santé d'une population à travers trois générations (femmes, filles et petites filles).

 

Ces projets vont aussi garantir à terme, des approches préventives, diagnostiques et thérapeutiques qui permettront d'améliorer la qualité de vie des patients et la prévention de certaines pathologies comme le projet Psy-CoH qui suivra sur 10 ans 2000 patients jeunes, atteints de 3 maladies psychiatriques majeures (schizophrénie, psychose maniaco-dépressive (" trouble bipolaire "), syndrome d'Asperger) ou encore HOPE-EPI qui permettra d'identifier les risques environnementaux et les risques génétiques liés au cancer de l'enfant.

 

De nature très variée, les cohortes bénéficieront à tous les chercheurs du territoire et même au-delà des frontières :

  • certaines ont su associer de nombreux sites, à l'image du projet OFSEP qui s'appuie sur 28 centres de référence et 16 réseaux ville-hôpital;
  • d'autres seront partagées, tant aux niveaux national, qu'européen ou international comme CKD-rein qui s'intègre à un programme de recherche international sur l'organisation des soins, ou CoBlance sur les cancers de vessie.

 

Les projets retenus profiteront aussi au tissu industriel, comme par exemple le projet CANTO qui associera à terme des laboratoires de recherche publics et privés afin de développer des indicateurs pour l'approche clinique des traitements anti-cancer.

 

Enfin, Valérie Pécresse et René Ricol souhaitent que ces dotations de l'Etat aient un effet de levier, et rappellent qu'elles ont vocation à être complétées par des cofinancements de la part des collectivités locales, et des partenaires privés.

1ère publication : 25.01.2011 - Mise à jour : 16.08.0011

Composition du Jury

Le jury était composé de 23 membres, présidé par le Professeur Nino Künzli, Vice-Directeur du «Swiss Tropical and Public Health Institute» de Bâle et spécialiste de grandes cohortes populationnelles au niveau européen. Le jury était vice-présidé par le Professeur Gert Matthijs directeur du laboratoire de diagnostic moléculaire au Centre de génétique humaine de Louvain en Belgique, et spécialiste en génétique humaine, notamment sur les maladies rares.

100 experts internationaux ont participé au processus d'évaluation.

contact

Ministère de l'Enseignement supérieur
et de la recherche
 : 01 55 55 84 32

Commissariat Général
à l'Investissement
 : 01 42 75 64 43

investissements-avenir.gouv.fr

Les recherches les plus fréquentes :

© 2013 Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Tous droits réservés