Accueil >  Stratégie >  Stratégie Enseignement supérieur >  Autonomie des universités

Autonomie des universités

Comprendre l'autonomie des universités

Autonomie des universités

L'autonomie c'est plus de libertés et plus de responsabilités pour les universités françaises. Instaurée par la loi du 10 août 2007, l'autonomie libère leurs énergies, renforce leur réactivité et leur donne plus de légitimité face à leurs partenaires : elles peuvent bâtir un projet d'établissement, faire des choix stratégiques, mener une véritable politique de recrutement, gérer un budget global, assurer une nouvelle mission d'insertion professionnelle des étudiants... Le passage à l'autonomie est un véritable tournant et représente un transfert sans précédent : leur budget double et inclut la gestion des emplois et la masse salariale.

Article - 24.05.2007


Libérer les énergies des universités françaises

Concrètement, les universités autonomes disposent de tous les leviers pour organiser leurs formations en fonction des besoins de leurs étudiants et de la situation de l'emploi, faire émerger de nouvelles niches d'excellence scientifique, recruter des chercheurs de haut niveau, valoriser l'engagement des personnels, créer des fondations, développer les coopérations avec les entreprises... Et pour être plus réactives sur la scène internationale.

Il s'agit d'améliorer les conditions de vie et de travail de l'ensemble de la communauté universitaire, de renforcer les formations pour une meilleure réussite des étudiants et de développer l'attractivité des métiers de l'enseignement supérieur et de la recherche.

L'autonomie des universités s'accompagne d'un engagement financier inédit de l'Etat : 50 % d'augmentation du budget de l'enseignement supérieur sur 5 ans, soit au total 15 milliards d'euros de crédits publics supplémentaires pour les universités.

80 universités autonomes sur 83 au 1er janvier 2012

Les universités autonomes au 1er janvier 2012

Grenoble 3, Lille-3, Lyon-2, Montpellier-3, Paris 8, Paris 10, Perpignan, Université de Toulon et du Var (soit 80 universités sur 83).
A noter : les universités de La Réunion et Antilles-Guyane qui deviendront autonomes courant 2012, et celle de Polynésie française en 2013.

Les universités autonomes au 1er janvier 2011

Amiens - Arras - Bordeaux 3 - Bordeaux 4 - Caen - Chambéry - Evry - Grenoble 2  - Le Havre - Le Mans - Lille1 - Nancy 2 - Nîmes - Nouvelle Calédonie - Orléans - Paris 1 - Paris 3 - Paris 4 - Paris 9 - Reims - Rouen - Toulouse 2.
7 établissements d'enseignement supérieur accéderont également aux responsabilités et compétences élargies : l'Ecole normale supérieure de Cachan, l'Ecole nationale supérieure d'ingénieurs de Bourges, l'Ecole nationale supérieure de Chimie de Montpellier, l'Ecole centrale de Nantes, l'Ecole nationale d'ingénieurs de Tarbes, l'Institut national des sciences appliquées de Rouen et Chimie Paris Tech.

Les universités autonomes au 1er janvier 2010

Aix-Marseille 1 - Aix-Marseille 3 - Angers - Avignon - Besançon - Bordeaux 1 - Bordeaux 2 - Brest - Clermont-Ferrand 2 - Compiègne - Dijon - Grenoble 1- Lille 2 - Littoral - Lorient - Lyon 3 - Metz - Montbéliard - Montpellier 2 - Nantes - Nice - Paris 2 - Paris 11 - Paris 12 - Paris 13 - Pau - Poitiers - Rennes 1 - Rennes 2 - Toulouse 3 - Tours - Valenciennes - Versailles-Saint-Quentin.
A ces 33 universités, s'ajoutent 6 établissements d'enseignement supérieur : Ecole normale supérieure d'Ulm, Ecole normale supérieure de Lyon, Ecole normale supérieure Lettres et sciences humaines de Lyon, l'Institut national polytechnique de Grenoble, l'Institut national polytechnique de Lorraine et l'Institut national polytechnique de Toulouse.

Les universités autonomes au 1er janvier 2009

Aix-Marseille 2 - Cergy-Pontoise - Clermont-Ferrand 1 - Corte - La Rochelle - Limoges - Lyon 1 - Marne-la-Vallée - Montpellier 1 - Mulhouse - Nancy 1 - Paris 5 - Paris 6 - Paris 7 - Saint-Etienne - Strasbourg - Toulouse 1 - Troyes.

Des universités attractives pour le monde économique : 39 fondations créées

Les universités peuvent désormais créer une fondation pour renforcer et diversifier leurs ressources propres. En 3 ans, 24 fondations universitaires et 15 fondations partenariales ont vu le jour au sein des universités avec près de 200 projets d'actions au service des étudiants, des enseignants et des chercheurs.

 

Les fondations universitaires

  • Non dotées de la personnalité morale, elles sont créées, sans dotation minimale, par délibération du Conseil d'Administration de l'établissement.
  • Elles sont gouvernées par un conseil de gestion composé de représentants de l'établissement, des fondateurs, de personnalités extérieures et qualifiées et, le cas échéant, de donateurs ;
  • Elles sont destinées aux projets généraux de l'université (bourses, chaires, la mobilité internationale...).

 

Les 24 fondations universitaires (avril 2011)

Aix-Marseille II (fondation santé, sport et développement durable) - Aix-Marseille II (fondation méditerranée traumatisme) -  Aix-Marseille III (fondation universitaire Paul Cézanne) - Avignon (fondation universitaire de l'université d'Avignon et des pays de Vaucluse) - PRES Université de Bordeaux (fondation de l'Université de Bordeaux) - Bretagne Sud - Clermont-Ferrand I - Corse - Institut national polytechnique de Lorraine - INSA de Toulouse - Montpellier I (fondation Entreprendre) - La Rochelle - Montpellier III (fondation Hiérolexique) - Montpellier Sup agro - Nice - Poitiers (fondation Poitiers Université) - Paris V (fondation Paris Descartes) - Paris VI UPMC (fondation universitaire pour la biodiversité et les biotechnologies marines de Banyuls-sur-Mer) - Perpignan - Toulouse III (fondation Catalyses) - Tours François Rabelais - UTBM - Compiègne UTC - Rennes I.

 

Les fondations partenariales

  • Elles sont souvent adossées à un projet particulier et sont dotées de la personnalité morale.
  • Elles sont créées pour une durée déterminée, qui ne peut être inférieure à 5 ans et avec une dotation minimale de 150 000 euros.
  • L'établissement dispose automatiquement de la moitié des sièges du conseil de gestion.

 

Les 15 fondations partenariales (avril 2011)

INSA Lyon - Institut polytechnique de Grenoble - Lyon I - Nice Sophia Antipolis (DreamIT) - Nîmes (I2ML) - Paris VI - Paris Dauphine - Strasbourg - UTC (fondation UNIT) - UTT (fondation partenariale de l'UTT pour la maîtrise des risques, les systèmes complexes et la sécurité globale) - Versailles Saint-Quentin-en -Yvelines (Fondaterra) - Versailles Saint-Quentin-en -Yvelines (Mov'eoTec) - Cergy Pontoise - Bordeaux III (fondation partenariale InnovaSol) - Nantes (fondation de projet de l'université de Nantes).

1ère publication : 24.05.2007 - Mise à jour : 14.05.2012

Livret autonomie des universités

Livret autonomie

Guide pratique

Autonomie des université, c'est quoi ?

Carte des universités autonomes

En savoir plus

La loi du 10 août 2007 sur les libertés et responsabilités des universités (L.R.U.)
Consulter la loi

Les recherches les plus fréquentes :

© 2013 Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Tous droits réservés