Accueil >  Stratégie >  Stratégie Enseignement supérieur >  Autonomie des universités

Autonomie des universités

La dévolution du patrimoine, complément naturel de l'autonomie des universités

[archive]
Universités

Après le transfert de la masse salariale et le budget global, le transfert du patrimoine constitue une nouvelle étape de l'autonomie des universités. La dévolution du patrimoine est une opportunité offerte aux établissements, sur la base du volontariat, de construire une véritable stratégie immobilière de site, en appui du projet pédagogique et scientifique. L'université d'Auvergne est la première université propriétaire de ses murs, en avril 2011.

Article - 3.05.2011

 

La dévolution du patrimoine est un outil essentiel pour améliorer la gestion du patrimoine qui permet de réhabiliter, de construire et de mieux valoriser le parc immobilier des universités, et de mettre en place une meilleure stratégie immobilière de site.

 

Avant la dévolution du patrimoine

  • Une université qui a besoin de faire des travaux important doit demander à l'Etat son accord sur le principe et pour le financement, pour chaque chantier.
  • Elle ne décide pas seule de la priorité des chantiers, qui est décidée avec l'Etat et les collectivités.
  • Elle n'a pas de visibilité sur le calendrier du financement et de l'exécution des opérations.
  • Une université ne peut acheter, ni un bâtiment, ni un terrain sans avoir l'accord et le financement de l'Etat.
  • Lorsqu'un bien qu'elle utilise et appartenant à l'Etat est vendu, l'université n'est pas certaine de bénéficier du produit de la cession, ni du montant intégral de la vente.
  • Résultat : une utilisation sous-optimale des implantations immobilières, avec un manque de cohérence avec le projet scientifique et pédagogique.

 

Les 5 bénéfices de la dévolution du patrimoine

  • L'université peut lancer librement et financer elle-même tous ses travaux, sans demander à l'Etat comme c'est le cas aujourd'hui.
  • L'université connait plusieurs années à l'avance les moyens financiers dont elle dispose, et peut donc planifier ses projets sur le long terme.
  • L'université peut acheter ou vendre des immeubles ou des terrains et garde 100 % des produits de cession en cas de vente.
  • Elle peut adapter en permanence son parc immobilier à son activité.
  • Elle peut adopter une gestion immobilière durable en prenant en compte les coûts de maintenance ultérieurs.

 

Les étapes vers la dévolution du patrimoine : 2 ans de travail préparatoire

Un groupe d'expérimentation composé de neuf universités candidates (Clermont 1, Poitiers, Toulouse 1, Corte, Paris 6, Paris 2, Marne-la-Vallée, Cergy, Avignon) a été constitué le 28 mai 2009. Elles ont franchi les étapes suivantes :

  • Elaboration de la stratégie immobilière : l'université doit se projeter dans une politique immobilière durable et cohérente avec son projet d'établissement et avec l'ensemble du site universitaire.
  • Pilotage de la gestion immobilière : l'université doit disposer d'une équipe en charge de l'immobilier et des outils de gestion.
  • Périmètre et valeur du patrimoine à transférer : des situations très différentes sur le plan de la propriété (Etat, Collectivités territoriales, bien propres...).
  • Détermination des besoins de mise en sécurité préalable : depuis deux ans, 50 M d'euros ont été versés à cet effet, sans compter les crédits sur Jussieu, Assas, et les crédits C.P.E.R.

 

3 universités ont obtenu la dévolution du patrimoine en 2011

  • Clermont 1, Toulouse 1 et Poitiers : l’université de Poitiers est la 3e université, après Toulouse 1 Capitole et Clermont 1, à bénéficier de la dévolution du patrimoine, étape ultime de l’autonomie.

 

4 autres universités visent une dévolution du patrimoine à partir de 2012

  • Paris 2 : le schéma directeur prévoit un regroupement sur 4 sites principaux.
  • Marne-la-Vallée : l'Opération Campus et la participation au groupe d'expérimentation sur la dévolution du patrimoine permet de mener une réflexion sur l'évolution du patrimoine de l'université, et notamment sur la restructuration du bâtiment Copernic.
  • Cergy-Pontoise : Le schéma directeur immobilier est en cours d'élaboration, en même temps que les projets dans le cadre de l'Opération Campus.
  • Avignon : La réflexion sur les implantations de l'université entre le centre-ville et Agroparc est en cours.

 

2 universités dans un cas particulier

  • Corte : modification législative nécessaire et acceptée par tous;
  • Paris 6 : schéma directeur immobilier voté par le conseil d'administration en juillet 2010 et en cours d'approbation par l'Etat, et dévolution prévue en 2014.
1ère publication : 3.05.2011 - Mise à jour : 21.12.2012

Chiffres clés

Le patrimoine immobilier des établissements d'enseignement supérieur (2010-2011)

  • 18 600 000 m2 de bâti répartis sur plus de 6 350 bâtiments, ainsi répartis:
  • 15 200 000 m2 appartiennent à l'Etat ;
  • 450 000 m2 appartiennent aux établissements ;
  • 2 950 000 m2 restants appartiennent majoritairement aux collectivités territoriales ;
  • 5 900 hectares de foncier non bâti

Patrimoine des établissements

Répartition des surfaces bâties par type d'établissement

Répartition des surfaces bâties par type d'établissement


Répartition des surfaces en fonction de l'activité

Répartition des surfaces en fonction de l'activité

Université d'Auvergne

Université d'Auvergne, première propriétaire de ses murs

C'est la première université qui signe une convention avec l'Etat organisant la dévolution de son patrimoine. Cela va lui permettre d'accélérer la mise en œuvre de ses projets immobiliers puisqu'elle n'aura plus à requérir l'autorisation de l'Etat pour chaque projet, ni à attendre la validation par l'administration du projet à chacune des étapes. Grâce au transfert immobilier, l'université d'Auvergne va pouvoir restructurer ses sites de façon plus efficace et cohérente, tout en améliorant les services aux étudiants.

L'université d'Auvergne, première université propriétaire de ses murs

Les recherches les plus fréquentes :