La coopération internationale en matière d'enseignement supérieur

Les instruments de coopération internationale

Enseignement

Les programmes et instruments ministériels d’incitation à la coopération internationale en matière d’enseignement supérieur visent plusieurs objectifs : favoriser l’émergence de cadres institutionnalisés de coopération ; soutenir les initiatives prises par les universités, les écoles d’ingénieurs et les instituts universitaires de technologie ; ou encore encourager les partenariats et les échanges entre établissements universitaires et de recherche français et étrangers.

Article - 15.05.2011

Les programmes et les instruments ministériels d’incitation à la coopération internationale en matière d’enseignement supérieur sont nombreux. Ainsi le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche (M.E.S.R.), en lien avec les opérations menées par le M.A.E.E. à travers le programme 185 "Rayonnement culturel et scientifique" poursuit l’objectif prioritaire de favoriser l’émergence de cadres institutionnalisés de coopération et de créer des synergies entre les actions à l’international des différentes conférences représentatives des établissements français (C.P.U., C.D.E.F.I., A.D.I.U.T., C.D.I.U.F.M.).

D’autres actions incitatives, menées sur la base des crédits du programme 150 et du programme 172, sont principalement mises en œuvre par la direction des relations européennes, internationales et de la coopération (DREIC). Au service d’une politique ministérielle de pilotage d’objectifs nationaux de coopération universitaire, elles permettent de soutenir les initiatives prises par les universités, les écoles d’ingénieurs et les instituts universitaires de technologie.

De plus, l’activité de recherche, étroitement liée à l’enseignement universitaire, est aujourd’hui de plus en plus internationalisée : la capacité à attirer les meilleurs professeurs et chercheurs étrangers est devenue un enjeu essentiel pour maintenir la qualité et le dynamisme de la recherche d’un pays.
Dans cette perspective, l’objectif est d’encourager les partenariats et les échanges entre établissements universitaires et de recherche français et étrangers afin d’offrir aux chercheurs étrangers des opportunités au sein de notre système d’enseignement supérieur.


Les principaux programmes d’incitation à la coopération en matière d’enseignement supérieur

Les formations doctorales conjointes

Les formations doctorales conjointes (co-tutelles de thèses) et des diplômes en partenariat international plus particulièrement avec les universités de quelques pays européens, visent à promouvoir des formations bilatérales de haut niveau, fortement intégrées et impliquant une mobilité étudiante.
Les projets binationaux sélectionnés, soit par des institutions binationales telles que l’Université franco-allemande et l’Université franco-italienne, soit par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et son homologue étranger, après appels à candidatures et évaluation, reçoivent un soutien financier de la France (M.E.S.R. et M.A.E.E., le plus souvent à parité) et du pays partenaire.
Les pays engagés dans ce programme sont l’Allemagne, l’Autriche, l’Espagne, la Grèce, l’Italie, la Pologne, le Portugal, la République tchèque et l’Ukraine. Un programme devrait être lancé avec la Turquie.
Cette volonté d’encourager des mobilités européennes de qualité conduit également le M.E.S.R. et/ou les Conférences représentatives à conclure des conventions facilitant la reconnaissance des diplômes entre les pays européens qui y sont prêts (Allemagne, Autriche, Espagne, Pologne, Portugal, Suisse, République tchèque).

Les réseaux universitaires entre la France et les pays partenaires (en lien avec des programmes de coopération du M.A.E.E.)

La création avec la Conférence des présidents d’universités (C.P.U.) de réseaux doctoraux, contribue à cette politique (Chine), de même que la mise en place de filières universitaires francophones au sein de grandes universités étrangères (Vietnam, Égypte...).

Des coopérations renforcées avec des réseaux d’établissements permettent d’approfondir des partenariats (programme COFECUB au Brésil, programmes ECOS Nord avec Mexique, Colombie et Venezuela et ECOS Sud avec Argentine, Chili et Uruguay, Réseau Raul Porras Barrenechea avec le Pérou, formations universitaires en Algérie, création d’un consortium universitaire franco-indien...).

L’objectif de renforcement des coopérations universitaires avec l’Amérique du Nord se traduit notamment par une participation au Fonds franco-canadien pour la recherche, par une relance de la coopération universitaire avec le Québec (création du Conseil franco-québécois de coopération universitaire), par l’augmentation des soutiens à la Commission franco-américaine d’échanges universitaires et culturels et par un programme conjoint de formation d’enseignants du second degré.

Les formations d’ingénieurs "à la française"

En Amérique latine, le programme BRAFITEC permet, depuis 2002-2003, des formations croisées d’élèves-ingénieurs brésiliens et français. Son modèle s’étend au Mexique (MEXFITEC), à l’Argentine (ARFITEC) et au Chili (CHILFITEC). Un programme d’accueil d’étudiants colombiens dans les Écoles d’ingénieurs françaises est en cours de finalisation.

En Asie, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche aide au démarrage de l’exportation des formations d’ingénieurs :

  • sous la forme de création 'd’antennes' d’établissements à l’étranger : Ecole centrale à Pékin ; école d’ingénieurs aéronautiques à Tianjin ; Université de technologie à Shanghai (adossée au réseau des U.T.), Institut franco-chinois de l’énergie nucléaire de l’université Sun Yat Sen de Canton ;
  • sous la forme de coopérations entre consortia d’établissements français et étrangers via, par exemple, le programme de formation d’ingénieurs d’excellence au Vietnam (P.F.I.E.V.). A noter, également, l’aide à la création d’une université scientifique d’élite en Inde (IIT-Rajasthan) en 2008, ou d’une université des sciences et technologie à Hanoi en 2009 (U.S.T.H.).

Les formations universitaires professionnalisées

Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche contribue, par des subventions, à l’action internationale des instituts universitaires de technologie qui développent des partenariats dans différents pays, plus particulièrement avec la Chine, la Colombie, le Mexique, le Venezuela.
Leurs actions se caractérisent par l’accueil d’étudiants de ces pays dans le cadre de programmes spécifiques et débouchent sur des partenariats plus structurés d’ingénierie entre systèmes d’enseignement supérieur court professionnalisant.

Publication : 15.05.2011

Partenariats internationaux de formation

Circulaire n° 2006-202 du 8-12-2006

relative aux modalités de délivrance des diplômes dans le cadre du dispositif LMD (B.O. n° 47 du 21 décembre 2006).

 

Décret n°2005-450 du 11 mai  2005

relatif à la délivrance de diplômes en partenariat international.

Les recherches les plus fréquentes :

© 2013 Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Tous droits réservés