La coopération internationale en matière de recherche

La politique de coopération internationale

Chercheur© CNRS - Hubert Raguet

La France décline sa stratégie nationale de recherche et d'innovation (S.N.R.I.) à l'international afin de renforcer son positionnement dans le domaine de la recherche.

Article - 23.12.2011

Cinq axes stratégiques

La stratégie nationale de recherche et d'innovation (S.N.R.I.) dégage cinq axes forts en matière de coopération internationale scientifique et technologique.

Renforcer le rôle de la France et de l'Europe dans les enceintes scientifiques mondiales

  • Présence française dans les organisations multilatérales,
  • Développement de capacités d'analyse, d'évaluation stratégique, d'anticipation et de prospective,
  • Déploiement d'une expertise à l'international,
  • Optimisation du rôle du Forum stratégique européen pour la coopération internationale S&T (S.F.I.C.),
  • Programmation conjointe.

Accroître l'attractivité de la France pour les chercheurs

  • Améliorer les conditions d'accueil des chercheurs étrangers,
  • Améliorer les conditions de retour des chercheurs français expatriés.

Développer la politique de valorisation de la recherche publique et privée à l'international

  • Promouvoir la professionnalisation des acteurs de la valorisation,
  • Favoriser les partenariats de recherche public-privé à l'international,
  • S'impliquer dans la définition de nouveaux modèles économiques fondés sur le marché international des droits des brevets.

Intensifier les coopérations avec nos partenaires scientifiques internationaux

En particulier  les pays émergents (Brésil, Chine, Inde, Russie), le Japon et la Corée du Sud.

Mettre la recherche au service du développement

  • Contribuer au renforcement des capacités de recherche et d'innovation des pays en développement,
  • Mobiliser la communauté scientifique au-delà des organismes dédiés et se doter d'une organisation propre à entretenir le réseau de partenariats et le pilotage politique bi-ministériel de ce secteur,
  • S'appuyer sur la recherche au service du développement pour alimenter et reformuler les questionnements scientifiques de la recherche française.

Le rôle du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche

Le Service de la stratégie de la recherche et de l'innovation a mis en place un dispositif de concertation afin d'élaborer des plans d'orientation stratégique correspondant aux domaines d'intervention prioritaires en concertation avec les acteurs de la recherche publique et privée française. Il comprend deux niveaux :

Le Groupe de Concertation Transversal "International" (G.C.T.I.) est le comité de suivi de la stratégie internationale de recherche et d'innovation. Il a pour mission de sélectionner les projets proposés à la mise en œuvre et de valider les travaux des groupes de travail.

Y sont notamment représentés pour le MESR tous les secteurs scientifiques du S.S.R.I., le SETTAR, la DREIC, la D.G.E.S.I.P. ainsi que les organismes de recherche, la C.P.U., la Cdéfi, les agences (A.N.R., Oséo), des pôles de compétitivité mondiaux ou à vocation mondiale, d'autres ministères (affaires étrangères, industrie, écologie, agriculture...). Le G.C.T.I. se réunit deux fois par an.

Des groupes géographiques correspondant aux différents projets (Chine, Inde, pays développés d'Asie, Brésil, Russie), déclinent le travail du G.C.T.I. Ces projets géographiques organisent leurs travaux au sein d'ateliers thématiques. Sont représentés dans ces groupes des organismes de recherche, des pôles de compétitivité, le M.E.S.R., les autres ministères intéressés, la C.P.U., la Cdéfi et les agences.

 

1ère publication : 23.12.2011 - Mise à jour : 25.07.2012

Les recherches les plus fréquentes :

© 2013 Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Tous droits réservés