La coopération internationale en matière de recherche

La coopération bilatérale

Chercheuse© Photothèque C.N.R.S./F. Jannin

Les actions bilatérales sont des canaux de coopérations scientifiques parmi les plus productifs, aussi bien en Europe que dans le reste du monde. C'est notamment le cas avec les États-Unis qui sont le premier pays avec qui la France coopère. Les établissements d'enseignement supérieur et de recherche (universités, organismes de recherche, grandes écoles) conduisent des politiques de coopération internationale qui s'appuient à la fois sur les actions à l'international de leurs unités de recherche et sur les orientations stratégiques définies au niveau national.

Article - 21.05.2011

 

Les coopérations entre chercheurs sont d'abord réalisées à l'initiative des chercheurs eux-mêmes. La très grande majorité des coopérations sont financées directement par les laboratoires. Les collaborations internationales spontanées des chercheurs sont accompagnées par leurs organismes de tutelle qui signent des accords formels avec leurs homologues étrangers. La stratégie des établissements se traduit notamment par la création de programmes de recherche conjoints, de structures de recherche mixtes avec des organismes de recherche étrangers, et de bureaux de représentation.

Les ministères français accompagnent ces coopérations en encourageant les associations de chercheurs français avec leurs collègues étrangers par des programmes incitatifs. La France s'engage également à un niveau significatif dans les dispositifs internationaux au soutien de la recherche scientifique, que ce soit au sein de sa participation aux très grands instruments de recherche, ou aux programmes internationaux de financement de la recherche au niveau fondamental, appliqué ou en soutien des pays du Sud.

Les services de l'État interviennent pour renforcer des coopérations jugées stratégiques ou pour en initier de nouvelles. Le ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche, souvent associé au ministère des affaires étrangères et européennes, lance des appels à projets pour stimuler des coopérations dans des champs thématiques originaux.

Le cadre législatif et réglementaire

La coopération scientifique et technologique internationale est généralement encadrée par des accords de coopération bilatéraux, voire multilatéraux, entre Etats, agences de financement ou bien établissements de recherche et/ou d'enseignement supérieur.

La France signe des accords bilatéraux de coopération scientifique et technique avec ses partenaires les plus importants. Ils sont mis en œuvre via des commissions mixtes que le ministère chargé des affaires étrangères et européennes pilote côté français.

Le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche signe des accords de partenariats spécifiques portant sur une thématique particulière ou des dispositifs tels que la mobilité.

Les agences de financement (A.N.R., Oséo), les organismes de recherche et les établissements d'enseignement supérieur agissent aussi à l'international dans le cadre d'accords passés avec leurs homologues étrangers.

Les structures et réseaux de recherche

La recherche repose largement sur des alliances internationales entre laboratoires.
Les organismes français de recherche ont développé différents outils de structuration de la recherche dans un contexte international afin de consolider leur coopération avec leurs partenaires étrangers, par exemple :

  • les laboratoires virtuels internationaux (laboratoires internationaux ou européens associés du C.N.R.S. et de l'INSERM ; équipes associées de l'INRIA...) ;
  • les laboratoires conjoints ou non, implantés à l'étranger (laboratoires mixtes internationaux de l'I.R.D. ; réseau des Instituts Pasteur ; centres de recherche du CIRAD ; unités mixtes internationales du C.N.R.S. ; unités INSERM...) ;
  • les réseaux de recherche (Groupements de recherche internationaux ou européens - G.D.R.I. et G.D.R.E. du C.N.R.S.).

Les programmes de recherche

Le financement des coopérations scientifiques et technologiques internationales se structure notamment autour de grands programmes soutenus au niveau national, européen ou international.

Programmes bilatéraux et multilatéraux de l'Agence nationale de la recherche

L'Agence nationale de la recherche (A.N.R.), depuis sa création en 2005, a noué des partenariats avec des homologues du monde entier. Ces accords se traduisent par l'ouverture d'appels à projets conjoints (Blanc international, A.N.R.-D.F.G., Carnot-Fraunhofer...) sur des domaines d'intérêt commun. 

Programmes bilatéraux des organismes de recherche

Les organismes de recherche développent également leurs propres programmes internationaux, par exemple le C.N.R.S. avec les Programmes interdisciplinaires de collaboration scientifique (PICS).

Programmes régionaux

Le ministère des Affaires étrangères et Européennes soutient la coopération entre les équipes de recherche française et les équipes de certaines régions dans le monde dans des domaines scientifiques particuliers. C'est le cas, par exemple, en Asie avec les programmes BIO-ASIE et STIC-ASIE , en Amérique du Sud avec STIC-AMSUD, Math-AMSUD.

Les programmes de mobilité des chercheurs et des enseignants-chercheurs

La mobilité est un élément clé de la coopération scientifique, tant au moment de l'amorçage des collaborations que dans leur structuration et leur approfondissement. C'est pourquoi les programmes de mobilité occupent une place centrale dans les dispositifs de soutien. Ils contribuent à renforcer l'attractivité de la France à l'international.

Le ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche et le ministère des affaires étrangères et européennes collaborent étroitement avec leurs homologues étrangers pour favoriser la mobilité des chercheurs français à l'étranger et des chercheurs étrangers en France.


Partenariats Hubert Curien
Les partenariats Hubert Curien (P.H.C.) s'inscrivent dans le cadre de la politique de soutien aux échanges scientifiques et technologiques internationaux du ministère des Affaires étrangères et européennes et sont mis en œuvre avec le soutien du ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche.

L' Agence nationale de la recherche développe des programmes en ce sens :

  • Retour post-doctorants (P.D.O.C.)
  • Chaires d'excellence
  • Jeunes Chercheuses et Jeunes Chercheurs

L'Union européenne finance des programmes de mobilité destinés autant aux jeunes chercheurs qu'aux chercheurs confirmés :

1ère publication : 21.05.2011 - Mise à jour : 3.10.2014

Prix scientifiques

Prix scientifique franco-allemand Gay-Lussac Humboldt 

Présentation du prix Gay-Lussac Humboldt

Attribution du prix Gay-Lussac Humboldt 2012

 

Prix d'Amsterdam
Présentation du prix d'Amsterdam

 

Prix scientifique franco-néerlandais Descartes Huygens
Présentation du prix Descartes Huygens

Appels d'offre

Programme ACCESS (pays d'Europe centrale et orientale)

Programme PARCECO (pays d'Europe centrale et orientale)

Les recherches les plus fréquentes :

© 2013 Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Tous droits réservés