La mobilité des chercheurs et des enseignants-chercheurs

La mobilité des chercheurs

Europe : Savant et représentation d'atomes © Commission européenne

Il existe différents types de mobilité : la mobilité géographique entrante et sortante, de France, européenne ou internationale ; la mobilité sectorielle, entre les secteurs public et privé, voire au sein même du secteur public ; et la mobilité thématique, entre les disciplines de recherche et de formation.

Article - 22.01.2014

Sur le plan géographique, la mobilité des chercheurs dans ses dimensions européenne et internationale s'inscrit dans le cadre de l'espace européen de la recherche (E.E.R.).

Partant du constat que l'excellence européenne en recherche et innovation est trop souvent dispersée (80 % de la recherche publique en Europe est menée au niveau national, principalement dans le cadre de programmes de recherche nationaux ou régionaux) et par conséquent mal exploitée, la Commission européenne propose en janvier 2000 la création d'un espace européen de la recherche (E.E.R.).

Son principal objectif vise la coopération et la coordination des activités nationales de recherche afin d'améliorer la compétitivité de l'Europe. Cette compétitivité se fera, entre autres, grâce à la circulation des connaissances qui passe notamment par la mobilité géographique (transnationale) et/ou sectorielle (partenariats et passerelles entre les secteurs public et privé) des chercheurs.

Concrètement il s'agit d'encourager les personnes les plus talentueuses à faire carrière dans la recherche en Europe, d'inciter l'industrie à investir davantage dans la recherche européenne concourant à atteindre l'objectif de l'U.E. de consacrer 3 % du P.I.B. à la recherche, et de contribuer fortement à la création d'une croissance et d'emplois durables.

Afin d'accélérer le développement de l'espace européen de la recherche (E.E.R.), la Commission européenne lance en 2007 (suite au Livre vert et à une consultation publique) cinq nouvelles initiatives. L'une est consacrée aux carrières et à la mobilité des chercheurs, mise en œuvre dès 2008, dans "un partenariat européen pour les chercheurs : favoriser les carrières et la mobilité" entre les Etats membres de l'Union, leurs partenaires (entreprises, les universités et les organismes de recherche...) et la Commission européenne.

Les instruments européens favorisant la mobilité des chercheurs

Le programme "Actions Marie Sklodowska-Curie" du programme Horizon 2020 (2014/2020)  permet le financement de la mobilité de chercheurs.

EURAXESS, portail européen pour la mobilité des chercheurs.

Les engagements de l'Union pour l'Innovation récemment adoptés reprennent les objectifs du Partenariat en les inscrivant dans la perspective générale de l'Union européenne à l'horizon 2020.

Les établissements d'enseignement supérieur et de recherche en France participent à cette construction de l'E.E.R., en accueillant des chercheurs étrangers et en engageant les Français à effectuer une mobilité.

La stratégie de ressources humaines pour les chercheurs dans l'espace européen de la recherche

Mains et mappemonde europeElle vise la reconnaissance au niveau européen de la qualité de la stratégie des ressources humaines des institutions de recherche. Cet outil commun réaffirme le rôle moteur des institutions de recherche pour attirer les chercheurs en Europe ; il s'appuie sur les principes énoncés dans la charte européenne du chercheur et le code de conduite pour le recrutement des chercheurs (C&C) proposés en 2005 au niveau de l'U.E. et adoptés par un nombre grandissant d'institutions.

La charte européenne du chercheur définit les rôles, les responsabilités et les droits des chercheurs et de leurs employeurs ou bailleurs de fonds. Le code de conduite pour le recrutement des chercheurs a, quant à lui, pour objet d'améliorer en particulier les procédures de sélection en les rendant plus équitables et plus transparentes. Ces outils proposent entre autres diverses méthodes d'évaluation de l'activité des chercheurs, d'organisation des carrières et une définition européenne du métier de chercheur.
Les organismes qui adoptent sur la base du volontariat la charte et le code, s'engagent à faire évoluer leurs pratiques de gestion de ressources humaines pour atteindre les objectifs fixés par ces textes et qui renvoient à la construction de l'espace européen de la recherche. Ils bénéficient de l'accompagnement de la Commission européenne dans leur démarche.

En savoir plus sur la charte et le code

En France, outre la conférence des présidents d'université, les signataires, au nombre de 36, sont tout autant des établissements d'enseignement supérieur que des organismes de recherche.

Pour les établissements d'enseignement supérieur et les organismes de recherche qui s'y engageront, la reconnaissance européenne de la qualité de la stratégie des ressources humaines (R.H.) sera un facteur d'attractivité, notamment en validant l'excellence des processus R.H. de l'établissement.

1ère publication : 22.01.2014 - Mise à jour : 17.09.2014

Programmes de mobilité

Le ministère en charge del'Enseignement supérieur et de la Recherche et le ministère des Affaires étrangères et Européennes collaborent étroitement avec leurs homologues étrangers pour favoriser la mobilité des chercheurs et enseignants-chercheurs français à l'étranger et des chercheurs étrangers en France.

En savoir plus sur les programmes de mobilité

Les recherches les plus fréquentes :

© 2013 Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Tous droits réservés