Les chiffres de la mobilité

La mobilité des chercheurs : quelques chiffres

Graphique fond bleu flèche croissante© Fotolia

La France est un pays d'accueil pour les chercheurs avec 4 doctorants sur 10 ressortissants d'un autre pays en 2012. Cette capacité d'accueil se traduit aussi pour les chercheurs confirmés qu'il s'agisse de séjours de courte durée (moins de 3 mois) ou de plus long terme : près de 4 700 visas scientifiques ont été délivrés en 2012.

Article - 13.11.2013

Accueil de chercheurs étrangers en France

  • S’agissant de l’accueil de doctorants étrangers, après une période de net tassement dans les années 1990 (19 480 doctorants en 1993, 16 720 en 1999), le nombre d’étrangers accueillis en France augmente depuis le début des années 2000 : 27 700 inscrits en 2010-2011 et 27 400 en 2011-2012 (soit plus de quatre doctorants sur dix). Le nombre de  doctorants étrangers augmente plus rapidement que l’ensemble des doctorants inscrits.
  • Parmi les doctorants, le nombre de ressortissants de pays asiatiques croît fortement. Alors qu’ils  étaient environ 10% en 2002, ils représentent désormais plus de 31% des doctorants de nationalité  étrangère derrière les doctorants de pays africains qui représentent 36% des doctorants étrangers.
  • Par ailleurs, la France est le deuxième pays européen, derrière le Royaume-Uni, en terme d’accueil de doctorants originaires de l’Union européenne. Cette capacité d’accueil se traduit également pour les chercheurs confirmés, qu’il s’agisse de séjours de courte durée (inférieurs à 3 mois) ou de plus long terme.
  • 4 686 visas scientifiques ont été délivrés, en 2012, à des chercheurs non ressortissants de l’Union européenne ou de l’espace économique européen : 37% pour des séjours inférieurs à 3 mois et 63% pour des séjours allant au-delà.
  • Les chercheurs étrangers dans le secteur public en France : la proportion d'étrangers parmi les enseignants-chercheurs est de 9,8% en 2011-2012. Parmi les chercheurs des E.P.S.T., 14 % sont de nationalité étrangère en moyenne pour le C.N.R.S., l’INSERM, l’INRA et l’INRIA, et près de 10 % parmi les enseignants-chercheurs.
  • Les chercheurs étrangers dans le secteur privé en France : 5 % des chercheurs en entreprise travaillant en France sont de nationalité étrangère (2009). Près de la moitié d’entre eux est issue de pays membre de l’Union européenne. L’Afrique et l’Asie sont les deux autres principaux continents d’origine de ces chercheurs.
    Le tiers des chercheurs de nationalité étrangère se retrouve dans seulement trois secteurs d’activité de recherche : "informatique et service d’information", "industrie automobile" et "composant, carte électronique, ordinateur et périphérique".


Mobilité sortante des jeunes chercheurs français

  • 20% des 14 000 nouveaux docteurs diplômés en France chaque année, effectue une période post-doctorale dont la durée moyenne peut être estimée à 3 ou 4 ans.
  • Pour la moitié d’entre eux, cette période se déroule à l’étranger, essentiellement aux États-Unis et dans les pays de l’Union européenne. Les disciplines les plus concernées sont les sciences du vivant, suivies de la chimie.

Source : Etat de l'emploi scientifique en France (édition 2013)

1ère publication : 13.11.2013 - Mise à jour : 8.07.2015

Chiffre clé

Chercheur

4 686

Nombre de visas scientifiques délivrés par la France à des chercheurs non ressortissants de l'Union européenne en 2012.

Emploi scientifique en France

L'état de l'emploi scientifique en France - Rapport 2014

Les recherches les plus fréquentes :

© 2013 Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Tous droits réservés