Accueil >  [ARCHIVES] >  [ARCHIVES] Communiqués

[ARCHIVES] Communiqués

Lancement de la seconde vague d'appel à projets Bio-informatique

[archive]
Investissements d'avenir 465x310

Laurent Wauquiez, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche et René Ricol, Commissaire général à l'Investissement lancent la seconde vague de l'appel à projets "Bio-informatique" dans le cadre de l'action "Santé et Biotechnologie" du Programme d'Investissements d'Avenir.

Communiqué - 1ère publication : 27.07.2011 - Mise à jour : 27.07.0011
Laurent Wauquiez

A la frontière des disciplines biologiques, mathématiques et informatiques, cet appel à projet "Bio-informatique" doit permettre d'approfondir nos connaissances des mécanismes biologiques à l'aide de modèles mathématiques, d'algorithmes et de logiciels.

Les avancées en sciences du vivant nécessitent des expérimentations toujours plus complexes et le traitement de données volumineuses. L'apport de la modélisation permet de simuler des processus biologiques, et permet donc d'apporter une réponse à cette complexité.

L'appel à projets vise à faire converger trois approches complémentaires :

  • La simulation des processus biologiques,
  • Le développement du concept de "biologie in silico",
  • Le développement de logiciels et d'outils pour prévenir les impacts sur l'environnement de produits ou de technologies issus de l'activité humaine.

Les sciences mathématiques et informatiques doivent permettre d'offrir des modèles virtuels des systèmes vivants, et ceci, de l'échelle de la cellule à celle de l'écosystème et de la biosphère. Les sciences biologiques doivent quant à elles offrir un cadre expérimental à la simulation et à la validation du caractère prédictif de ces modèles. Les financements devront donc contribuer à la mise en place d'équipes pluridisciplinaires et créer un effet structurant à long terme. Les projets attendus devront aussi contribuer au développement de nouveaux produits et de nouveaux logiciels en rassemblant au sein de consortium des équipes de recherche académiques et des entreprises.

Les porteurs de projets auront jusqu'au 27 octobre 2011 pour soumettre leur projet sur le site de l'Agence Nationale de la Recherche (A.N.R.)
Comme pour la première vague, les projets seront évalués par un jury international qui appréciera notamment l'ambition et l'excellence scientifique, l'association avec la recherche privée et les retombées économiques potentielles. Les projets conforteront les priorités de la stratégie nationale de recherche et d'innovation, et s'inscriront dans le cadre des feuilles de route élaborées par les alliances thématiques de recherche.

La première vague de l'action "Bio-informatique", dont les lauréats ont été rendus publics le 18 mai 2011, a déjà conduit à la sélection de 7 projets, qui bénéficieront d'un montant de 10 millions d'euros de crédits d'ici à 2020, issus à la fois de crédits consommables et des intérêts générés par le placement d'une dotation non consommable.

Le projet ANCESTROME sur l'évolution des espèces dans leur environnement et le projet BIP : BIP qui tente de structurer la compréhension des protéines afin de trouver de nouveaux principes actifs, sont mus par une volonté de développement multi-échelles.
Parmi ces projets, le projet MIHMES a pour but de comprendre et modéliser la propagation des épidémies et des infections animales, parfois transmissibles à l'homme, et de créer des outils informatiques d'aide à la gestion des crises alimentaires et sanitaires.
En utilisant des solutions informatiques, le projet BACNET tente de prédire les propriétés des bactéries pathogènes pour progresser dans la prévention des maladies microbiennes.

BRAINOMICS, pour sa part, utilise des méthodes statistiques sur des donnés complexes afin de mieux appréhender le fonctionnement du cerveau, à partir de données issues de la génétique, de la génomique et de la micro-imagerie.

Le projet ICEBERG par son utilisation des techniques du logiciel couplées à une modélisation en temps réel du processus de l'évolution à court terme des gènes, propose une alternative aux tests cliniques sur les animaux. Enfin, en associant des physiciens, des neurobiologistes et des informaticiens, le projet PHEROTAXIS entend développer un modèle global des processus olfactifs pour créer des nez artificiels capables, par exemple, de détecter des pollutions.

 

1ère publication : 27.07.2011 - Mise à jour : 27.07.0011

contact

Cabinet de Laurent Wauquiez: 

01 55 55 84 32

Cabinet de René Ricol:

01 42 75 64 43

A.N.R.:

01 78 09 80 70

Retour haut de page