Investissements d'Avenir par thèmes

Technologies de rupture : un investissement massif au service de l'excellence

Institut d'électronique, de microélectronique et de nanotechnologie

Fort de ses technologies de rupture, l'Institut d'électronique, de microélectronique et de nanotechnologies de Villeneuve d'Asq a remporté deux Equipex. Ses équipes ont développé un fort partenariat avec les entreprises de la région Nord-Pas de Calais.
 

Actualité - 2.02.2012

L'institut d'électronique, de microéléctronique et de nanotechnologie  (I.E.M.N.) de Villeneuve d'Ascq, porteur des équipements d'excellence lauréats de la seconde vague, LEAF et EXCELSIOR. démontre de façon concrète et visible de l'investissement dans les secteurs d'avenir, dans la recherche, arme le pays pour la bataille mondiale du savoir et de l'innovation.

Le site de l'I.E.M.N. a remporté deux Equipex grâce à la convergence de trois facteurs clés de réussite : un positionnement sur les technologies de rupture, des partenariats très forts avec les entreprises de la région, la formation aux métiers de demain.

Un positionnement sur les technologies de rupture :

  • LEAF, doté de 2,6 millions d'euros : constitue une technologie de rupture dans le domaine de l'électronique flexible pour un marché estimé à plusieurs milliards d'euros d'ici 10 ans qui va révolutionner notre conception et utilisation des appareils électroniques.
  • De nombreuses applications seront possibles : les réseaux de capteurs sans fil (transmission de données environnementales), les puces de sécurité (ex : billets de banque), les micro-drones (surveillance et imagerie en environnement hostile), la transmission d'information (téléphone, tablettes souples), les textiles intelligents (incorporant par exemple des dispositifs de surveillance des paramètres vitaux du corps humain), les implants ou patchs humains à vocation thérapeutique (délivrance contrôlé de médicament) ou à vocation réparatrice (rétine artificielle).
  • EXCELSIOR, doté de 3,25 millions d'euros, dans le domaine des nanosciences pour observer la matière à l'échelle du nanomètre (10-9 mètre). Le défi est de concevoir les instruments qui n'existent pas encore, les futurs moyens expérimentaux qui équiperont les centres industriels des secteurs de la nanoélectronique.

Des partenariats très forts avec les entreprises de la région :

12 entreprises sont partenaires de LEAF. L'I.E.M.N. héberge un laboratoire commun avec ST microelectronics, il interagit avec les pôles de compétitivité régionaux. Ces partenariats fructifieront en autant d'innovations, d'emplois, et de progrès sociétaux :

  • L'I.E.M.N. comptabilise sur les 4 dernières années le dépôt de 50 brevets et a notamment accompagné la création de 3 startups.
  • L'électronique flexible pour l'ultra-portabilité des appareils électroniques (pliable, léger, petit) pour les implants biomédicaux, les textiles techniques, les dispositifs de communication ultralégers. 

La formation aux métiers de demain :

Le programme de formation des ingénieurs et chercheurs dans les secteurs de l'électronique, des nanotechnologies et des télécommunications a une composante innovante qui fait la différence sur sa voilure internationale : l'I.E.M.N. et le GeorgiaTech ont développé un programme d'échanges d'étudiants, opérationnel dès l'automne 2007 qui permet aux étudiants d'obtenir un double diplôme, le Master Micro et Nano Technologies de l'Université de Lille 1 et le Masters of Science in Electrical and Computer Engineering du Georgia Institute of Technology.

Ces résultats confirment l'excellence scientifique de l'I.E.M.N.. Il est déjà l'un des meilleurs laboratoires de sa catégorie en Europe, et les résultats qu'il enregistre à la première vague y font naturellement écho. Les nouveaux équipements que l'Etat va permettre à ses équipes d'acquérir vont lui permettre de renforcer son rayonnement international, étendre ses collaborations académiques et industrielles, attirer les meilleurs scientifiques du domaine.

Ces résultats viennent compléter substantiellement les résultats de la vague 1 qui ont conforté deux lignes forces du Nord-Pas de Calais : sa recherche médicale autour de l'imagerie cellulaire  et de la médecine personnalisée, sa recherche technologique dans le domaine du ferroviaire.

 

 

 

 

 

 

 

 


 

1ère publication : 2.02.2012 - Mise à jour : 9.05.2012

Les recherches les plus fréquentes :

© 2013 Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Tous droits réservés