Actualité Recherche

Allocution de Geneviève Fioraso en clôture du congrès du réseau Curie

Geneviève Fioraso : clôture du congrès du réseau Curie

Geneviève Fioraso s'est exprimée en clôture du Congrès du réseau Curie. La ministre a réaffirmé toute l'importance qu'elle accorde à la mission de transfert de technologies ainsi qu'au développement des partenariats entre la recherche publique et privée. 

Discours - 6.06.2012
Geneviève Fioraso

Chers amis,

C'est avec un grand plaisir que j'ai accepté de clore votre congrès du Réseau Curie. Je vous remercie de me donner l'opportunité de m'adresser à vous, même si je n'ai pu être à vos côtés, ce que je regrette, dans cette période particulièrement chargée.
Je sais combien ce congrès est important pour tous les acteurs du transfert de la recherche publique. Pour avoir assisté à l'une de vos manifestations à Grenoble il y a quelques années, je connais votre engagement et votre dynamisme.

Je tiens à vous réaffirmer toute l'importance que j'accorde à la mission de transfert, portée par le ministère de la recherche et l'investissement public et partenarial. Je la soutiendrai sous ses formes les plus diverses, à commencer par l'élévation du niveau de formation des jeunes pour leur permettre de s'adapter aux mutations économiques et sociétales qu'ils connaîtront tout au long de leur vie professionnelle. Le transfert passe aussi par la diffusion des connaissances entre la recherche publique et la recherche privée, dans une démarche à la fois conjointe et itérative, où chacun apprend de l'autre et où la créativité naît du décloisonnement. Enfin, au cœur de vos métiers, il y a la création d'entreprises innovantes, issues de la recherche publique, à l'origine d'emplois à haute valeur ajoutée mais aussi à fort impact social, environnemental, sanitaire, sociétal, en fonction des domaines d'application visés.

Je connais vos contraintes et vos attentes et je mesure à quel point votre mission est difficile, car elle est intimement liée à un environnement dont nous ne maîtrisons pas tous les paramètres et je ne pense pas seulement à l'accès aux financements dans une période où le capital- risque se fait rare.  Le passage de l'invention à l'innovation est rarement linéaire, il demande du temps, de l'énergie, l'audace de porteurs prenant des risques et ayant le goût de l'entreprenariat, un contexte économique favorable, l'adéquation aux usages et besoins du marché.

Tout cela passe par des dispositifs simples, lisibles, efficaces, mis en œuvre par des professionnels ayant le sens du projet et des partenariats. C'est le sens même de votre engagement. Les dispositifs, ce sont les outils dont les territoires, les régions, l'Etat, l'Europe se sont dotés au fil des années. Ils sont nombreux, trop nombreux de l'avis général, et les Investissements d'Avenir, aux objectifs souvent louables, n'ont fait que renforcer le mille-feuilles existant, au détriment de la lisibilité et de l'efficacité nécessaires. Cette complexité explique d'ailleurs la difficulté de mise en œuvre concrète, sur le terrain des dispositifs des I.R.T., S.A.T.T., I.E.E.D., I.H.U., IDEX, ainsi que des procédures juridiques très lourdes des Partenariats Public Privé.

Pourtant, plus que jamais, ces partenariats entre la recherche publique et privée doivent être encouragés, au bénéfice de la création d'emplois et d'applications bénéfiques à la société et génératrices de valeur. Il n'est donc pas question de retarder les projets en cours, mais au contraire de permettre leur mise en œuvre dans des conditions à la fois équilibrées entre le public et le privé, chacun dans sa mission, et libérées de la lourdeur et de la complexité qui les rendent inaccessibles aux start-ups, P.M.E. et entreprises de taille intermédiaire, précisément celles qui ont le plus besoin d'être irriguées en innovation pour gagner en compétitivité, créer des emplois et exporter.

Les chantiers en cours, notamment celui des Sociétés d'accélération de transferts technologiques, seront menés dans cet esprit pragmatique, de recherche de simplification, d'adaptation aux écosystèmes régionaux et aux stratégies de site. Un travail important a été engagé par les acteurs de terrain et il ne sera pas remis en cause : la stabilité des dispositifs est indispensable à l'engagement des contributeurs et à la réussite des initiatives. C'est donc en dialogue, en toute transparence et en respectant l'ensemble des partenaires engagés que nous mènerons tous ces projets. La question de la propriété intellectuelle, au cœur des procédures de transfert, sera examinée avec la même rigueur et le même souci d'équilibre entre le public et le privé, encore une fois chacun dans ses missions.

La clôture de ce congrès est donc, en réalité, l'ouverture d'un dialogue et d'une concertation, au service de l'efficacité et de la cohérence globale d'un dispositif de transfert aujourd'hui trop dispersé, en respectant les initiatives des écosystèmes et en élargissant leur efficacité et leur cohérence au niveau européen, pour atteindre la taille critique nous permettant de faire face à un contexte mondial très compétitif. Pour avoir abordé ce sujet avec mes collègues lors du dernier conseil européen compétitivité la semaine dernière, à Bruxelles, je peux vous assurer de notre détermination commune à mutualiser ce qui constitue l'un des leviers indispensables à la croissance que l'Europe appelle de ses vœux.

1ère publication : 6.06.2012 - Mise à jour : 7.06.2012

Allocution de clôture du congrès du réseau Curie

Contact presse

Marie-Hélène Beauvais

01 55 55 84 32

Les recherches les plus fréquentes :

© 2013 Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Tous droits réservés