Les Assises de l'enseignement supérieur et de la recherche

Communication de Geneviève Fioraso au Conseil des ministres du 11 juillet 2012

  • Assises Enseignement supérieur et Recherche
  • Stratégie
  • Assises-esr
Geneviève Fioraso, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche

Lors de sa communication au Conseil des ministres mercredi 11 juillet 2012, Geneviève Fioraso a annoncé la tenue des Assises de l'enseignement supérieur et de la recherche. Les trois objectifs prioritaires en seront : la réussite des étudiants, la réorganisation de la Recherche et la révision de la gouvernance des établissements et des politiques de sites et de réseaux.

Article - 11.07.2012
Geneviève Fioraso

Le Président de la République a fait de la jeunesse la priorité du projet pour la France. La politique pour l’enseignement supérieur et la recherche porte cette ambition et propose une méthode, que vous avez  définie, Monsieur le Président de la République, en annonçant la tenue des Assises de l’enseignement supérieur et de la recherche, confirmée par le Premier Ministre dans son discours de politique générale.

Ces Assises sont nécessaires car la rénovation que nous proposons est ambitieuse et elle doit être élaborée avec la contribution de tous ceux qui en seront les acteurs et les bénéficiaires : les communautés universitaires et scientifiques, les étudiants et les forces socio-économiques.  L’organisation des Assises doit permettre l’expression de l’ensemble des propositions dont seront tirées des mesures législatives, réglementaires et contractuelles. 

Les Assises aborderont les trois objectifs prioritaires que nous nous sommes engagés à mettre en œuvre : la réussite des étudiants, notamment en 1er cycle, une nouvelle ambition, partagée, pour l’enseignement supérieur et la recherche et une simplification du paysage s’appuyant sur des politiques de sites et de réseaux.

Ces Assises reposeront, et ce sera une première, sur un Comité de Pilotage indépendant présidé par Mme Françoise Barré-Sinoussi, Prix Nobel de Médecine 2008, Directrice de recherche de classe exceptionnelle à l’Inserm, avec le Professeur Vincent Berger, Président de Paris 7 Diderot, membre de l’IUF, bénéficiant d’une expérience de recherche dans le secteur privé, comme Rapporteur Général. Après une phase de Consultation Nationale de Juillet à septembre 2012, des Assises Territoriales se réuniront en octobre puis les Assises Nationales fin novembre, et le rapport sera rendu en décembre. La loi relative aux libertés et responsabilités des universités (LRU) et la loi d’orientation et de programme pour la recherche seront alors corrigées et de nouvelles dispositions seront soumises au Parlement dès le début 2013.

La réussite de tous les étudiants sera la première priorité avec une attention spécifique portée à la réussite en premier cycle, à l’orientation et l’insertion professionnelle, à l’innovation pédagogique et et la formation des enseignants.

Le plan national pour la vie étudiante, établi en liaison avec tous les ministères concernés, portera sur un effort ambitieux de création de logements sociaux, la prévention et les soins en matière de santé, la vie culturelle, sportive, sociale dans des campus "lieux de vie" et de développement durable. Nous mettrons en place, avec le ministère de l’Education nationale (MEN), le continuum entre les lycées et les établissements d’enseignement supérieur, en portant une attention particulière aux questions de l’orientation au niveau territorial.

Conformément à l’engagement présidentiel, les 5000 emplois supplémentaires pour l’enseignement supérieur, dont 1000 en 2013, seront affectés prioritairement au premier cycle.

Nous préparons également avec le MEN, une mise en œuvre à la rentrée 2013, d’un nouveau cadre de formation des enseignants à l’intérieur des universités par la mise en place des écoles supérieures de professorat et de l’éducation. Nous prévoyons notamment le rétablissement de périodes de formation pratique encadrées par des enseignants expérimentés et des mesures destinées à redonner de l’attractivité au métier d’enseignant.

Le deuxième objectif sera de lancer une nouvelle ambition pour la recherche, sa stratégie internationale et son rôle dans l’économie, la société et la transition écologique.

Nous redéfinirons les rôles respectifs des universités, des organismes  nationaux de recherche, et des écoles, ainsi que des agences et alliances nationales récemment créées. Les structures et procédures de gestion de la recherche seront clarifiées et simplifiées. Les nouveaux dispositifs engendrés par les investissements d’avenir seront examinés dans la perspective de davantage d’efficacité scientifique et davantage d’équité territoriale. Ce travail est déjà en cours en coordination avec le commissariat général à l’investissement (CGI). Contrairement au quinquennat précédent, nous mènerons ce travail de rénovation en toute transparence, avec l’ensemble des acteurs concernés sur les territoires. Ce changement de méthode est globalement reconnu et apprécié.

Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, soutiendra  par ailleurs une initiative nationale en faveur de la recherche technologique, trop faible aujourd’hui dans notre pays, qui sera une composante stratégique du redressement économique.

L’objectif est de relancer les capacités d’innovation de notre tissu productif et contribuer aux nouvelles filières créatrices d’emplois. Les différents outils de transfert ainsi que les pôles de compétitivité seront mobilisés dans la mise en place de plateformes régionales. Les collectivités et les acteurs territoriaux seront engagés dans ce grand projet qui rassemblera formation, recherche, technologie, redressement productif, innovation et transition écologique et énergétique, en lien bien entendu avec les ministères concernés (redressement productif, innovation, écologie, formation professionnelle...).

Cette ambition passe aussi par la révision de la gouvernance des établissements et des politiques de sites et de réseaux afin que les dynamiques des différents sites bénéficient au mieux de l’effort national sur tout le territoire. Ce sera notre troisième objectif. Conformément aux engagements du Président de la République, les formes et modalités de l’autonomie des établissements, ainsi que les nouvelles formes de coopération entre établissements, seront examinées de façon à rendre parfaitement compatibles dans la vie quotidienne de nos établissements la collégialité, la logique de parité, le débat démocratique, l’autonomie de gestion et l’efficacité dans l’action. 

Cette nouvelle politique de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche agira comme un levier de croissance en Europe et permettra à la France de jouer pleinement son rôle de soutien à la construction et au renforcement de l’espace européen de la recherche dans toutes ses dimensions.

 

 

 

1ère publication : 11.07.2012 - Mise à jour : 27.07.2012

Les recherches les plus fréquentes :

© 2013 Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Tous droits réservés