Actualité Recherche

Visite de Jean-Marc Ayrault et de Geneviève Fioraso au CERN

Visite de Jean-Marc Ayrault et Geneviève Fioraso au CERN© Service de Matignon/Yves Malenfer

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault et Geneviève Fioraso ont exprimé tout le soutien de la France au CERN, à l'occasion d'une visite de l'Organisation européenne pour la recherche nucléaire.

Communiqué - 31.07.2012
Geneviève Fioraso

A l'occasion de sa visite au CERN, l'organisation européenne pour la recherche nucléaire fondée en 1954, le Premier ministre, accompagné par la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, a pu exprimer le soutien de la France à cette organisation de référence, qui a pour vocation la physique fondamentale. Il s'agit d'un modèle de réussite dont les vingt Etats membres peuvent être fiers.

Le Premier ministre et la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche ont relevé les liens historiques qui lient l'organisation à la France et le rôle particulier de notre pays en tant qu'Etat hôte, le CERN étant situé de part et d'autre de la frontière franco-suisse et la France étant le deuxième contributeur financier du CERN, à hauteur de 15% de son budget annuel.

La découverte de l'existence d'une nouvelle particule semblable au Boson de Higgs marque une étape nouvelle pour le CERN et sa renommée mondiale, ainsi qu'une avancée importante pour la recherche scientifique et la société de la connaissance. le Premier ministre et la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche ont félicité le directeur général, Monsieur Rolf Heuer, et ses équipes pour ces remarquables résultats. Ils ont également salué le travail que la direction du CERN conduit pour l'élargissement à d'autres Etats membres et le développement des collaborations avec d'autres pays à travers le monde.

Le Premier ministre et la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche ont été impressionnés par les instruments scientifiques très complexes, notamment les accélérateurs qu'utilise le CERN pour sonder les constituants ultimes de la matière dont le L.H.C. (grand anneau de 27 kilomètres de circonférence installé dans un tunnel à 100 mètres sous terre), et les détecteurs de particules. le L.H.C., pour la construction duquel la France s'est engagée à verser une contribution financière exceptionnelle de 66,5 MCHF ainsi qu'une aide en nature, a ainsi permis depuis quelques mois d'explorer une gamme dénergie de collisions jamais atteinte auparavant au moyen des deux gigantesques détecteurs ATLAS et C.M.S. ayant des possibilités de détection très complètes des produits de collisions.

Le Premier ministre et la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche ont rendu hommage au travail commun réalisé par le C.N.R.S., le C.E.A., les entreprises françaises et le CERN, la construction du L.H.C. en étant une illustration. Ils ont loué l'engagement des nombreux personnels français de cette organisation (qui représentent près de 42% des effectifs). Plusieurs scientifiques français de renom se sont d'ailleurs particulièrement distingués au CERN. Georges Charpak (1924-2010) a reçu en 1992 le Prix Nobel de physique "pour son invention et le développement de détecteurs de particules, en particulier la chambre proportionnelle multifils" ; des travaux réalisés au CERN en 1968.

 

1ère publication : 31.07.2012 - Mise à jour : 2.08.2012

Contact presse

Delphine Chenevier

01 55 55 84 32

 

Les recherches les plus fréquentes :

© 2013 Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Tous droits réservés