Enseignement supérieur

Classement de Shangai 2012 : stabilité des établissements français

Etudiants

L'Academic Ranking of World-Class Universities vient de publier son "Classement de Shangai" 2012 des établissements d'enseignement supérieur mondiaux.

Communiqué - 14.08.2012
Geneviève Fioraso

Le "Classement de Shangai" 2012 (Academic Ranking of World-Class Universities) est une nouvelle fois sans grande surprise avec la prépondérance des Etats-Unis qui comptabilisent 17 universités dans les 20 premières et 53 universités dans les 100 premières. Ces universités constituent la norme implicite de ce classement. La seconde confirmation de ce palmarès est sa stabilité dans le temps avec peu de variation d'une année sur l'autre pour le classement général ou consolidé par pays.

Le classement des établissements français reste très stable avec la confirmation des universités Paris Sud, Pierre et Marie Curie ainsi que l'Ecole Normale Supérieure de Paris dans les 100 premiers. Huit établissements français sont classés dans les 200 premiers. La non comptabilisation du prix Nobel de Jules Hoffmann à l'université de Strasbourg a probablement affecté le classement de cette université. Il est surprenant de noter que l'Allemagne, la France et l'Italie classent très peu d'établissements dans les 100 ou 200 premiers de ce palmarès. Seule la Grande Bretagne dont le modèle universitaire est comparable à celui des Etats-Unis fait mieux.

Geneviève Fioraso, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, indique : "le manque de réactivité et de dynamique caractérise ce classement qui ne peut être un outil de pilotage de la politique en matière d'enseignement supérieur et de recherche. Ce classement ne repose que sur la recherche académique telle qu'elle apparaît à travers la base de données bibliométriques du "Web of science". Il ignore en grande partie les sciences humaines et sociales, ne prend pas en compte la qualité de l'enseignement, ni l'importance de la valorisation et du transfert. L'attractivité de nos universités et de nos organismes de recherche à l'international est bien évidemment un objectif important, mais il ne faut pas faire dire n'importe quoi à ce classement".

C'est pourquoi la France participe à une initiative européenne pour la mise en place d'un classement européen multicritères, sur le modèle Allemand, construit dans une logique de renseignement des différentes missions et activités des universités : enseignement et formation, rayonnement régional, internationalisation, recherche, innovation et transfert de connaissances. Il offrira un ensemble de données sans logique de palmarès.
C'est bien à l'échelle européenne que nous devons agir. Le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche fera tous les efforts nécessaires pour renforcer l'Europe de la formation, de la recherche et de la technologie à l'instar de ce qui a été réalisé dans le domaine de l'Espace.

 

Publication : 14.08.2012

Contact presse

Delphine CHENEVIER
01 55 55 84 24

Les recherches les plus fréquentes :

© 2013 Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Tous droits réservés