La coopération internationale en matière de recherche

Allocution d'ouverture du S.T.S. forum

Déplacement Japon - STS forum

Geneviève Fioraso est intervenue à l'occasion de l'ouverture du S.T.S. (Science and Technology in Society) forum, à Kyoto, au Japon.

Discours - 8.10.2012
Geneviève Fioraso

Je voudrais d'abord remercier le Professeur Omi de son invitation à ouvrir cette nouvelle session du prestigieux Forum STS, consacré cette année à une question difficile mais essentielle : "le rôle des sciences et des technologies dans l'avenir de l'humanité".

Nous sommes tous conscients que les évolutions rapides de la science et de la technologie façonneront notre avenir. Responsables politiques, scientifiques, industriels ou citoyens, nous vivons dans l'urgence du présent, mais nous devons aussi anticiper l'avenir. Nous devons trouver des solutions aux problèmes du moment, mais en ayant à l'esprit les défis qui se profilent. Les décisions politiques que nous prenons aujourd'hui nous engagent pour l'avenir, engagent l'avenir de nos enfants. Le forum S.T.S. nous fournit une occasion irremplaçable de faire une pause, ensemble, pour prendre de la hauteur de vue.

Des défis économiques et sociétaux

Aujourd'hui, les grands défis, du climat au chômage, sont aussi bien économiques que sociaux. Dans un monde globalisé, aucun pays ne peut se mettre, seul, à l'abri des périls qui nous menacent.

Dans un monde globalisé, dans un contexte d'expansion démographique et de crise économique, nous devons faire face à des défis sociétaux dans le domaine de l'énergie, du changement climatique, ou de la santé, sans oublier les inégalités liées au sous développement.

La surexploitation des ressources naturelles et le changement climatique nous obligent à repenser notre modèle de consommation, de production et de distribution énergétique. La portée globale du changement climatique demeure à ce jour difficilement prédictible. En dépit d'avancées majeures, ces dernières décennies, qui nous ont permis de faire chuter le taux de mortalité pour les pathologies les plus graves, et de faire progresser l'espérance de vie, de nouveaux défis de santé publique se profilent dans les pays développés, comme le vieillissement de la population ou l'émergence de nouvelles maladies.

Il n'y a pas de frontière pour contenir ces menaces. Les inégalités les aggravent et restent un enjeu majeur, pour les pays de l'O.C.D.E., constat mis en avant cette année, au Forum économique de Davos.

La crise économique, longue, à laquelle nous faisons face, nous rappelle l'importance de relier la science, la technologie et l'innovation, non seulement pour accroître la production de richesses, mais aussi pour répondre aux grands défis de nos sociétés. Il devient évident, c'est ma conviction en qualité de ministre française de l'enseignement supérieur et de la recherche, mais aussi comme citoyenne du monde, que nous devons profiter des innovations technologiques et des progrès de la science pour transformer nos sociétés, au service du progrès collectif.

Cependant, si les avancées scientifiques répondent souvent à des attentes de la société, elles soulèvent également des questions de nature juridique, éthique, voire anthropologique ou philosophique. Nous devons y apporter des réponses collectives et aussi consensuelles que possible. Dans cet esprit, la conférence de Kyoto nous offre l'opportunité de penser comment la science et la technique peuvent contribuer à répondre aux nouveaux enjeux sociaux, économiques, environnementaux, sanitaires, qui se posent inévitablement sur une planète peuplée de 9 milliards d'habitants, en limitant autant que possible l'impact négatif de ces avancées, ou leurs applications inadaptées.

Cette réflexion globale, en faveur de l'innovation, vous l'avez menée depuis longtemps, au Japon. Vous devez votre place, parmi les nations aux niveaux de vie les plus élevés au monde, à votre position de 3e puissance scientifique mondiale et à vos investissements en R&D, tout particulièrement dans le secteur privé, qui vous situent au 2e rang mondial.

Améliorer la politique d'innovation de la France

La France, avec l'Union européenne, est déterminée à améliorer sa politique d'innovation. J'aimerais esquisser avec vous les principes et les directions qui inspirent notre action. Je sais qu'ils vous sont déjà familiers.

Nous devons améliorer la collaboration entre la recherche publique et l'industrie, pour donner de la valeur ajoutée à notre production industrielle et nos services.

Nous devons améliorer notre système de transfert et d'innovation. J'ai chargé un comité national ad hoc de nous faire des propositions concrètes.

Notre stratégie de développement doit mieux s'articuler à la politique de l'Union européenne, fondée sur la croissance par l'innovation et les Key Enabling Technologies, en lien étroit avec les entreprises, grands groupes comme P.M.E.-P.M.I. innovantes. Le Président de la République a d'ailleurs réaffirmé très clairement son engagement, au nivau de l'Europe, en faveur de la croissance.

Notre système d'enseignement supérieur et de recherche, en France, a été bouleversé, ces dernières années. Nous devons le rendre plus créatif, plus réactif, et plus ouvert à la coopération européenne et internationale. Nous engageons une simplification de nos structures, qui demeurent bien trop complexes.

Dernier point : je suis convaincue que toutes les disciplines doivent travailler ensemble, toujours davantage. Aujourd'hui, l'approche interdisciplinaire est une absolue nécessité. Les sciences humaines et sociales doivent trouver leur place dans cette politique de l'innovation.

Pour conclure, la France est résolue à prendre toute sa part dans la coopération mondiale qui s'impose pour relever les grands défis que j'évoquais, dans un monde global et interconnecté. Par-delà la coopération européenne, je saisis cette belle occasion, pour évoquer quelques uns des partenariats scientifiques qui lient la France au Japon, parmi bien d'autres :

  • nos laboratoires du C.N.R.S. travaillent depuis 5 ans avec l'Université R-CAST Todai sur une nouvelle génération de cellules photovoltaïques. Cette coopération, qui s'étend désormais à d'autres énergies renouvelables, devient particulièrement importante depuis que nos deux pays ont décidé de diminuer la part du nucléaire dans leurs schémas énergétiques, au profit des énergies renouvelables et j'ajoute, de l'efficacité énergétique avec le développement des smartgrids, réseaux intelligents.
  • Dans le champ des micro et nanotechnologies, la collaboration entre le C.E.A. Leti et des entreprises japonaises comme Canon et Shinko ont conduit à l'organisation de journées Léti, ces jours-ci, à Tokyo et Nagoya.
  • En ce qui concerne la santé, un accord entre l'INSERM et la Japon Society for Promotion of Science est sur le point d'être signé cet après midi, visant à renforcer la mobilité des étudiants et la coopération entre jeunes chercheurs.

Ensemble, nous devons imaginer un nouveau modèle de développement, pour construire un avenir commun, sur notre planète commune.
Les solutions sont globales, ce qui signifie que les citoyens doivent aussi se les approprier.

Je crois profondément que c'est au niveau de la responsabilité locale, celle des territoires, que nous saurons le mieux relever les défis globaux qui nous concernent tous.

C'est en agissant à notre échelle, locale, et en reliant la créativité et les initiatives des écosystèmes régionaux, que nous penserons global, et que nous saurons développer le réseau mondial de l'innovation et de diffusion du progrès, qui bénéficiera à l'humanité tout entière.

C'est une grande ambition, mais je suis convaincue que nous y parviendrons, ensemble.

Publication : 8.10.2012

Science and Technology in Society Forum (S.T.S.)

Le Science and Technology in Society (S.T.S.) forum vise la création d'un réseau mondial, cadre de discussions ouvertes sur les nouveaux progrès de la science au profit de l'humanité. Les discussions, qui rassemblent hauts dirigeants, décideurs et scientifiques internationaux, insistent particulièrement sur l'éthique, la sécurité, l'environnement et le risque résultant des applications.

Le site du Science and Technology in Society

Contact presse

Delphine Chenevier

01 55 55 84 24

Les recherches les plus fréquentes :

© 2013 Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Tous droits réservés