Accueil >  Stratégie >  Stratégie transversale >  Investissements d'Avenir

Investissements d'Avenir

Inauguration du Labex SynOrg à Rouen

Inauguration du Labex SynOrg à Rouen

Geneviève Fioraso a inauguré le Labex SynOrg en présence de Laurent Fabius. Ce Labex, qui regroupe les laboratoires de Rouen, Caen, Orléans et Tours, ambitionne de développer des nouveaux procédés de fabrication de molécules éco-compatibles, en vue d'applications pharmaceutiques.

Discours - 9.11.2012
Geneviève Fioraso

Je vous remercie de m'avoir invitée à inaugurer votre laboratoire d'Excellence "SynOrg : des molécules au vivant". J'en suis très heureuse, car ce laboratoire illustre bien l'impulsion nouvelle que je souhaite donner à l'action de la recherche, et les grandes orientations de mon action pour :

  • favoriser une recherche qui dépasse les frontières entre le fondamental et l'appliqué, et entre les disciplines ;
  • renforcer le rôle des collectivités territoriales ;
  • développer les partenariats publics-privés, le transfert et l'innovation.

Votre Labex répond à ces trois exigences :

  • il part de la recherche la plus fondamentale, en chimie, pour aboutir à des applications thérapeutiques, en biologie. Les quatre laboratoires qui le composent couvrent tous les champs scientifiques : le laboratoire de Chimie Organique, Bioorganique, Réactivité et Analyse de Rouen, le laboratoire de Chimie Moléculaire et Thioorganique de Caen, l'institut de Chimie Organique et Analytique d'Orléans et, pour finir, l'équipe universitaire  "Innovation Moléculaire et Thérapeutique" de Tours ;
  • votre Labex implique trois régions, Basse et Haute Normandie, région Centre, deux PRES – le PRES Normandie Université et le PRES Centre-Val de Loire Université,  sans oublier le C.N.R.S., un des organismes de recherche le plus impliqué dans la chimie ;
  • enfin, les quatre équipes ou laboratoires qui le composent, sont tous en lien étroit avec le monde industriel, dans toute sa diversité, sous la forme d'équipes mixtes, de start-up ou encore sous forme de projets de recherche en partenariat.

En ce qui concerne l'importance d'une recherche décloisonnée, et la fécondité des approches croisées, SynOrg donne l'exemple d'un laboratoire utilisant toutes les ressources de l'interdisciplinarité que recèle la chimie.

En effet, la chimie noue très naturellement des relations avec la biologie, la physique, les sciences environnementales et les sciences de l'ingénieur. En ce qui concerne le continuum chimie-biologie, par exemple, Pierre Potier avait cette jolie formule : "la chimie est à la biologie ce que le solfège est à la musique".

Vos travaux apportent des réponses à trois grands défis de notre temps : 

  • le développement de nouvelles méthodologies de synthèse et de nouvelles séquences réactionnelles pour disposer de familles inédites de molécules avec en ligne de mire, des médicaments de nouvelle génération ;
  • la mise au point de méthodes innovantes de bioconjugaison et de marquages, indispensables à la médecine de demain ;
  • la conception de procédés de synthèse respectueux de l'environnement, dits de chimie verte, dont les citoyens attendent légitimement l'application dans un très vaste spectre d'activités agricoles, industrielles et domestiques.

Le développement de nouvelles méthodologies de synthèse

Je voudrais m'attarder sur le premier défi, dont les enjeux sont vertigineux.

La table de Mendeleïev, même améliorée, ne compte qu'un nombre limité d'atomes. La théorie veut, qu'à partir de ces atomes, par le jeu presqu'infini des combinaisons, on puisse mettre au point quantité de molécules à potentiel thérapeutique. Nos laboratoires français ont déjà largement contribué à la découverte de nouvelles voies de synthèse, ouvrant de telles perspectives. Le défi reste considérable. Pour enrichir la pharmacopée du futur, à proportion de la gravité, de la diversité, et de la multiplication de nouvelles pathologies, vous devez inventer et réinventer de nouveaux canevas, de nouveaux processus, de nouvelles réactions chimiques.

La route, qui mène de la recherche fondamentale à la recherche appliquée peut sembler longue. Mais souvenez-vous des leçons tirées des grands exemples du passé. J'évoquais tout à l'heure la figure de Pierre Potier, de l'institut de Chimie des substances Naturelles du C.N.R.S. à Gif-sur-Yvette.

Souvenez-vous de son obstination, de sa persévérance, de son imagination créatrice, pour aboutir, à partir de la feuille d'If, à la mise au point d'un principe actif de médicament anti-cancéreux. Il lui aura fallu 15 années de recherche, de mobilisation et de pédagogie ! Mais depuis la mise sur le marché de sa molécule, le Taxotère, en 1995, des millions de malades ont été traités par ce médicament.

C'est à votre tour de persévérer, d'imaginer, et de faire avancer la science.

L'implication des collectivités locales

Je voudrais également profiter de cette inauguration pour saluer les collectivités territoriales, pour leur implication dans votre beau projet, utile pour l'ensemble du pays. Je suis une élue de terrain, je connais l'importance des collectivités territoriales, et notamment des régions et des métropoles, dans la mise en œuvre et la structuration d'une politique de recherche. La construction de pôles forts et lisibles, au plan européen et international, ne peut pas s'envisager sans les collectivités territoriales.

Je sais que vous prenez toutes vos responsabilités, dans vos régions, pour favoriser ce champ interdisciplinaire qu'est la chimie. Votre engagement a permis la construction de locaux et a contribué à leur équipement. Je connais la lourdeur des investissements, dans ce type de recherches, et je salue votre contribution pour que le labex SynOrg puisse se doter d'une plateforme de spectrométrie de masse. Vous avez bien compris qu'il n'y avait pas de meilleur investissement, pour un territoire, que la matière grise : vous avez pris votre part dans le financement des bourses de thèses, de post-doctorats et des mobilités de chercheurs. Je ne peux que vous inciter à poursuivre votre action, qui est utile tout à la fois au Labex, à votre territoire, et à notre pays.

Une politique en faveur du transfert

Pour finir, je veux aborder avec vous la question du transfert, de l'innovation, et des partenariats publics-privés.

La chimie est à la fois une science et une industrie. Elle favorise naturellement une culture de partenariat, qui est inscrite dans les gênes de l'Ecole de chimie française. L'acte 3 de la décentralisation, dans lequel nous sommes engagés, va permettre aux régions de développer ces partenariats.
Sur son versant industriel, la chimie est un acteur considérable de notre économie, avec un chiffre d'affaires de 77 milliards en 2010 et elle constitue avec l'industrie pharmaceutique notre première source industrielle à l'exportation.

Ce facteur de croissance et de développement, nous ne devons pas l'oublier, n'existerait pas sans les bases indispensables de vos recherches fondamentales. C'est grâce à vous, que nous sommes la cinquième puissance de l'industrie chimique au monde.

L'impact économique de vos recherches se traduit sous des formes diverses.

Vous permettez le transfert, en vous insérant dans des dynamiques de réseaux, de clusters, de pôles de compétitivité, qui fédèrent les acteurs de la formation, de la recherche et de l'entreprise. 

Avec le cluster PharmaValley, sur un territoire qui est le premier bassin de développement et de production pharmaceutique en Europe, vous donnez l'exemple de cette dynamique des écosystèmes innovants que nous voulons renforcer et généraliser.

De votre implication dans ces écosystèmes, vous tirez des partenariats structurants avec des acteurs industriels.

Pour prendre un exemple local, ici, à Rouen, pas plus tard qu'en septembre 2012, vous avez créé un laboratoire commun entre le laboratoire Janssen et le laboratoire public COBRA. Ces structures communes, qui font travailler, dans la durée, les acteurs de la recherche publique et ceux de la recherche privée, sont des outils efficaces, simples à mettre en œuvre. Ils s'inscrivent pleinement dans la politique que nous voulons développer.

Vous êtes également très engagés dans les partenariats avec les P.M.E. innovantes et les entrepreneurs. La création d'une entreprise, nous le savons, est une formidable occasion de transfert.

Ces exemples montrent que la recherche publique de haut niveau, comme la vôtre, peut créer, et créé déjà de l'activité économique, des emplois, de la croissance, et démontrent l'opportunité d'une politique en faveur du transfert. J'ai annoncé, au Conseil des Ministres du 7 novembre dernier, une série de mesures dans cette direction, qui s'inscrivent pleinement dans l'agenda de la compétitivité par la qualité et la capacité de transfert à l'industrie.

Vous avez pour vous de grands atouts. Vous avez l'avantage de la jeunesse de vos équipes, de leur engagement et de leur créativité. Vous possédez une expertise de très grande qualité, et toutes les ressources pour développer l'excellence votre Labex.

Je ne doute pas que vos recherches et vos découvertes rendront de grands services à l'ensemble de la société.

Je me fais l'interprète de l'ensemble de nos compatriotes, pour vous dire la confiance que nous plaçons en vos équipes, en vos travaux, pour répondre aux grands défis de notre époque. Je vous remercie de cet engagement au service du progrès, de la création d'emplois et de l'amélioration  du champ de vos connaissances et de la vie des citoyens.

1ère publication : 9.11.2012 - Mise à jour : 15.11.2012

Les recherches les plus fréquentes :

© 2013 Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Tous droits réservés