Accueil >  Recherche >  Domaines de la recherche >  Espace >  Actualité espace

Actualité espace

Ouverture du Conseil ministériel de l'ESA

Conseil ministériel de l'ESA

Lors du Conseil ministériel de l' ESA, le 20 novembre 2012, Geneviève Fioraso a souligné le dynamisme de l'industrie spatiale européenne et en a rappelé les grands enjeux, comme par exemple le nouveau programme de développement de la future génération de lanceurs.

Discours - 20.11.2012
Geneviève Fioraso

Je suis heureuse de me retrouver parmi vous aujourd'hui à Naples à l'occasion de ce nouveau Conseil ministériel de l'ESA.

Dans un contexte de crise économique et financière d'une ampleur exceptionnelle, l'activité spatiale résiste bien. La demande commerciale mondiale en télécommunications est croissante, tirée par la télévision en très haute définition et en services spatiaux intégrés. Répondant à de nombreux défis sociétaux, les applications spatiales se développent et notre industrie européenne y prend toute sa part.

Mesdames et messieurs, je vois dans ce dynamisme de l'industrie spatiale européenne un des résultats de l'engagement résolu, depuis plus de 40 ans, de l'Europe à développer une politique cohérente et volontariste dans ce domaine. C'est cette Europe du spatial, stratège et volontariste, que la France appelle de ses vœux pour soutenir la croissance et l'emploi. L'investissement record de 10 milliards d'euros dans des programmes ambitieux, à l'occasion du dernier conseil ministériel tenu en 2008 à La Haye, en est l'illustration récente.

L'Europe a bâti, par étapes successives, les éléments qui permettent de concrétiser ce succès : tout d'abord, en fédérant ses efforts dans l'Agence spatiale européenne, elle a conquis l'autonomie de l'accès à l'espace et a mis en place un véritable programme scientifique permettant de maîtriser les technologies spatiales et d'explorer des applications innovantes au service des citoyens. Puis, dès que certaines d'entre elles se sont révélées pertinentes, elle s'est organisée pour les mettre en œuvre, comme dans le domaine de la météorologie (avec Eumetsat) ou des télécommunications (avec Eutelsat).

Ce processus continue par la mise en place de nouvelles applications avec les programmes Galileo et GMES pour lesquels l'Union européenne s'est positionnée comme un acteur majeur de la construction de l'Europe spatiale, en complémentarité avec l'ESA et les Etats membres.

Mesdames et messieurs, ce conseil est crucial pour la pérennisation de l'autonomie européenne de l'accès à l'espace avec, à mes yeux, une décision des plus importantes : le lancement d'un nouveau programme pour développer la future génération de lanceurs correspondant aux évolutions du marché mondial, N.L.S. (New Launcher System), Ariane 6, devant prendre le relais de la version actuelle d'Ariane 5 dans les meilleures conditions possibles en termes de coûts d'exploitation et de calendrier de mise en œuvre. La feuille de route de ce nouveau programme doit aussi intégrer la gestion optimisée d'une transition technologique et industrielle en préservant les emplois et les compétences. La France soutient cette démarche car elle est convaincue qu'elle constitue la réponse indispensable pour pérenniser nos acquis européens dans ce domaine et renforcer notre leadership mondial.

Bien entendu, l'accès à l'espace est nécessaire mais pas suffisant : ce n'est pas une fin en soi. Il est au service des applications spatiales, qui constituent le deuxième enjeu de notre réunion : nous devrons fournir le soutien indispensable aux besoins opérationnels dans des domaines tels que la météorologie avec le programme Metop SG et les télécommunications avec le programme Neosat de plateforme satcom du futur. Celui-ci renforcera aussi considérablement l'offre technologique de notre industrie sur le principal marché commercial du domaine spatial. Ces deux programmes sont, à mes yeux, les deux priorités essentielles qui complètent celle des lanceurs que je viens de mentionner.

Mesdames et Messieurs, nous devons prendre les décisions qui s'imposent pour l'avenir spatial de l'Europe. Nous devons avoir une vision commune et de l'ambition à l'image des pionniers qui ont bâti l'Europe de l'Espace.

Nous avons toujours su le faire et je ne doute pas un instant que nous saurons ensemble relever ce nouveau défi.
La France y prendra toute sa part.

1ère publication : 20.11.2012 - Mise à jour : 21.11.2012

Une étape décisive pour l'avenir de l'Europe de l'Espace

Agence spatiale européenne

European Space Agency

Contact presse

Delphine CHENEVIER

01 55 55 84 24

Les recherches les plus fréquentes :

© 2013 Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Tous droits réservés