Energie, développement durable, chimie et procédés

Allocution de Geneviève Fioraso lors de l'inauguration du site ITER

Inauguration du bâtiment siège d'ITER© D.R.

Geneviève Fioraso est revenue sur l’engagement de la France en faveur d’ITER à l'occasion de l'inauguration du bâtiment siège du projet.

Discours - 17.01.2013
Geneviève Fioraso

Before delivering my speech in French, let me just address some words to you in English:

It is a great pleasure and honour for me to celebrate with you, Commissioner Oettinger, and all of you, the inauguration of ITER Organisation headquarters.

For France, ITER represents a unique and outstanding project, the broadest international cooperation for research ever implemented. It addresses keysocietal challenges to develop a sustainable energy for the future generations.

France is honored to host such an exceptional research infrastructure that will tackle scientific feasibility for fusion and technological challenges, in the frame of a high level international project. France is fully committed to make ITER a success in cooperation with all the ITER Parties.

Un triple enjeu sociétal, scientifique et technologique

La France est en effet convaincue de l'importance du projet ITER, dans toute sa dimension sociétale, scientifique et technologique.

ITER s'inscrit dans un contexte mondial de demande d'énergie en croissance très rapide. Si l'on raisonne à long terme, et c'est nécessaire pour les enjeux énergétiques, on estime que la demande d'énergie primaire devrait augmenter à l'échelle mondiale au moins d'un tiers, d'ici à 2035, tirée en particulier par le développement des pays hors O.C.D.E.. Nous devrons être capables, dans l'avenir, de produire une énergie propre et sûre, pour répondre aux besoins de l'humanité.

Ces éléments sont pris en compte dans le débat qui a lieu, en France, sur la transition énergétique. A cet égard, les atouts de la fusion sont décisifs : c'est une énergie dé-carbonée, durable, faisant appel à des ressources quasi-infinies, c'est une technologie intrinsèquement sûre et ne produisant pas de déchets radioactifs de haute activité et à vie longue.

ITER est donc une réponse collective aux défis énergétiques à venir, mais les enjeux de cette formidable aventure sont aussi scientifiques.

Vous connaissez l'ambition d'ITER, qui rejoint un vieux rêve de l'humanité : maîtriser l'énergie du soleil !

Cela suppose rien de moins que de réaliser la démonstration scientifique de la fusion en tant que source massive d'énergie.

La fusion, à très haute température (plus de 100 millions de degrés), d'atomes de deutérium et de tritium, qui se trouvent en abondance sur Terre, est explorée par les scientifiques depuis les années 1950. Des progrès importants ont été réalisés grâce au confinement en tokamak. L'engagement de la France en faveur d'ITER participe de notre politique de coopération scientifique d'excellence, au niveau européen et international.

Le projet ITER est unique au monde, avec la construction d'une très grande infrastructure de recherche qui mobilise les communautés scientifiques et les industriels de trois continents.

Ces très grandes installations, en répondant à des enjeux sociétaux considérables, en nourrissant de grandes ambitions scientifiques, relèvent aussi des défis technologiques très prometteurs.

La machine ITER constitue une étape expérimentale indispensable pour développer, à terme, un réacteur de fusion de démonstration. Mais, en chemin, dans ce grand voyage de la recherche fondamentale, elle permettra de tester des technologies très innovantes et qui se diffuseront dans l'industrie. Nous pouvons raisonnablement espérer des ruptures technologiques majeures, à l'instar du développement des bobines supraconductrices pour le CERN.

Comme l'exploration spatiale, comme l'exploration intime de la matière, le défi de la fusion fait partie des grandes aventures qui rassemblent les nations et les hommes. Ce nouvel horizon scientifique ne sera pas atteint sans cette coopération scientifique planétaire, qui honore l'humanité.

Le rôle de l'Europe dans la construction d'ITER

L'Union Européenne a joué un rôle crucial tout au long des négociations dans la construction d'ITER.

Elle est le plus gros contributeur. Par décision du 12 Juillet 2010, le Conseil européen des ministres a approuvé ce qu'il est convenu d'appeler la "reference base line". Son engagement représente un montant de 6,6 milliards d'euros aux conditions économiques de 2008 !

C'est la raison pour laquelle il s'avère important, pour de nombreux pays européens, et pour la France en particulier, que le financement d'ITER soit bien inscrit dans le cadre des perspectives financières pluriannuelles de Horizon 2020, en témoignage de cet engagement fort.

Compte tenu des enjeux, il est crucial qu'ITER Organisation et F4E, avec les agences domestiques des partenaires de l'Union Européenne, mettent tout en œuvre pour garantir la maîtrise du budget, du planning et des performances de la machine.

Je saisis l'occasion de cette inauguration, et de la présence du Commissaire Oettinger, pour saluer Monsieur Henrik Bindslev, le nouveau directeur de F4E, et le féliciter de sa récente nomination. 

Le rôle particulier de la France

La France contribue au projet ITER en tant que membre de l'Union européenne. Elle assume, en outre, en tant que "Pays Hôte", des responsabilités particulières, à commencer par une contribution financière pour la construction d'ITER à hauteur de 20% de la part européenne.

Mais nous avons aussi pris un certain nombre d'engagements de fournitures en nature, pour accueillir dans les meilleures conditions possibles les installations prévues et les personnels d'ITER Organisation, sur le site de Cadarache.

Ces engagements, la France les a tenus, en temps et en budget.

Un projet de l'ampleur d'ITER suscite à la fois enthousiasme et inquiétude. C'est bien normal. Inquiétudes quant à l'évolution des coûts, inquiétudes quant aux délais.

Mais les bâtiments du siège que nous venons d'inaugurer, sur ce site de Cadarache, où les fondations du tokamak ont été posées, nous permettent de répondre à ces inquiétudes.

Nous partons, ensemble, à la conquête du soleil, mais en gardant bien les pieds sur terre ! La réalité concrète de ces engagements, nous en sommes témoins aujourd'hui, en temps et en heure. Nous avons répondu aux interrogations.

Premier signe tangible que l'aventure est désormais bien engagée : le gouvernement français a signé le décret d'autorisation de création de l'Installation Nucléaire de Base (I.N.B.) ITER, le 9 novembre dernier.

Cet acte administratif vient couronner une série de réalisations concrètes :

  • L'Etat français, au travers du C.E.A., a acquis et mis à disposition le site sur lequel l'Agence ITER France a réalisé l'ensemble des travaux préalables à la construction de l'installation.
  • La responsabilité du site a été transférée à l'Organisation ITER par bail emphytéotique en juillet 2010.

L'ensemble de bâtiments qui constituent le nouveau siège de l'Organisation internationale, que nous avons inauguré aujourd'hui, a été conçu par l'architecte varois Rudy Ricciotti, et réalisé sous la maîtrise d'ouvrage de l'Agence ITER France par l'entreprise Léon Grosse.

Je veux féliciter tous ceux qui ont contribué à cette superbe réalisation. Je ne doute pas que l'ensemble des personnels de l'Organisation ITER qui y travailleront trouvera là un cadre particulièrement agréable, sous la haute autorité du Directeur général, le professeur Motojima, que je salue et que je remercie pour son engagement personnel dans ce projet.

La conquête du soleil ne se fait pas en un jour, c'est une aventure au long cours qui commence ici. La France a tout fait pour que les personnels d'ITER, venus du monde entier, se sentent bien accueillis et puissent travailler dans les meilleures conditions possibles.

Il a fallu penser aux enfants, venus avec leurs parents de toute la planète : une Ecole Internationale a ainsi vu le jour à Manosque, financée et réalisée par le Conseil régional Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Je dois dire que l'Etat français a pu compter sur le soutien sans faille des collectivités territoriales, pour mettre en place ces services. Les Conseils généraux des Hautes-Alpes, Alpes-de-Haute-Provence, Alpes-Maritimes, Vaucluse, Var et Bouches-du-Rhône, ainsi que le Conseil régional Provence-Alpes-Côte d'Azur et la Communauté du Pays d'Aix, ont apporté une contribution totale de 467 millions d'euros. Qu'ils en soient ici chaleureusement remerciés !

Ce fort engagement de la France s'inscrit dans une politique scientifique plus générale, caractérisée par une ambition de premier plan pour la recherche, fondée sur l'exigence de l'excellence, d'une excellence partagée.

Avec l'Europe, cette Europe de la Recherche que nous sommes en train de bâtir, dans le cadre d'Horizon 2020, nous faisons, nous, Français, le pari de la recherche et de l'innovation. 

C'est notre façon de relever le défi du redressement productif par la compétitivité qualité. Cette compétition exige une recherche efficace, bien organisée, au service des besoins du pays.


ITER est avant tout une formidable aventure scientifique qui va structurer et rapprocher la communauté mondiale des chercheurs travaillant sur la fusion.

Que tous les personnels de l'Organisation ITER, de l'agence domestique F4E, et des 6 autres agences domestiques, mais aussi ceux des entreprises qui travaillent sur ce grand chantier, soient remerciés de leur mobilisation et assurés de mes encouragements les plus vifs à donner le meilleur d'eux-mêmes pour la réussite du projet.

De ce grand investissement scientifique, de ce défi enthousiasmant pour la science, la France et ses partenaires savent aussi qu'ils tireront de précieux bénéfices, en termes d'avancées technologiques et de retombées économiques.

En effet, d'une façon ou d'une autre, la recherche, qu'elle soit fondamentale ou appliquée, revitalise toujours les activités économiques et le tissu industriel d'un territoire.

I would like to conclude, in english, with the words of Henry Ford, which seem to fit well to the collective ambition that inspire us: "Coming together is beginning, keeping together is progress, working together is success"! So let's be successful together!

Je vous remercie.

Publication : 17.01.2013

Contact presse

Delphine CHENEVIER

01 55 55 84 24

Les recherches les plus fréquentes :

© 2013 Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Tous droits réservés