Diffusion de la culture scientifique : réponse de Geneviève Fioraso à la sénatrice Marie-Christine Blandin

  • Culture
Geneviève Fioraso, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche

Geneviève Fioraso s'est exprimée sur la diffusion de la culture scientifique lors des questions au Gouvernement le 24 janvier au Sénat.

Parlement et Institutions - 24.01.2013
Geneviève Fioraso

Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs les sénateurs,
Madame la sénatrice Marie-Christine Blandin,


La diffusion de la culture scientifique est un enjeu essentiel de la politique que je conduis, car elle est le fondement d'une société démocratique et de la connaissance partagée. La science appartient à tous, et nous devons créer les conditions pour que tous et toutes puissent s'approprier les principes et les méthodes de la connaissance scientifique, la culture d'innovation et de création, l'audace, l'envie d'entreprise.

Le renouveau du débat public entre science et société est une exigence politique, qui doit faire l'objet d'un programme spécifique, avec l'appui des recherches en sciences humaines et sociales.
Cette démarche commence avec une définition claire des enjeux et de la stratégie de recherche de l'Etat, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui. Cette stratégie sera basée sur des défis sociétaux renvoyant à l'expérience et aux interrogations quotidiennes sur l'avenir de nos sociétés et de notre mode de vie,  la santé, la sécurité alimentaire, l'énergie, le changement climatique, l'innovation...

Toutes ces dimensions de la démocratisation de la culture scientifique et technique feront partie intégrante de l'Agenda stratégique de la recherche que nous sommes en train de construire au sein de mon ministère et qui répondent à ces défis sociétaux comme le fait le programme de recherche européen Horizon 2020. Le principe même de cet agenda, ainsi que ses grandes orientations, seront inscrits dans la loi, tout comme la mission du service public d'enseignement supérieur et de recherche en matière de culture scientifique et technique.

Mon ministère et le ministère de la Culture et de la Communication coordonneront, sous une forme encore en cours, l'action gouvernementale, avec d'autres ministères : l'Education nationale, l'Ecologie, le Redressement productif.

L'acte III de la décentralisation devrait attribuer aux Conseils régionaux la compétence de coordonner les réseaux territoriaux de la C.S.T.I.. Sous cette impulsion, pourront se constituer de véritables projets territoriaux en généralisant les nombreuses initiatives associatives et citoyennes, comme celles de "La main à la pâte" ou des "Petits Débrouillards".

Dans le programme des investissements d'avenir, près de 200 millions d'euros sont consacrés à des programmes de culture scientifique et technique, destinés aux publics scolaires (web, radio, etc...).

La formation des enseignants dans les E.S.P.E. prendra en compte ces enjeux, en s'appuyant sur les ressources territoriales que j'ai évoquées. Ce centre de ressources permettra aussi de stimuler les vocations scientifiques aujourd'hui trop peu nombreuses, en particulier dans les cursus de formation des enseignants.

Enfin, les regroupements territoriaux, les "communautés d'universités", seront amenés à proposer systématiquement une stratégie de diffusion de la culture scientifique, qui sera évaluée et intégrée à leur contrat avec le ministère.

Je vous confirme donc qu'en matière de culture scientifique, comme dans les autres domaines de l'enseignement supérieur et de la recherche, l'état stratège est de retour.

Je concluerai avec cette phrase de Marie Curie "rien n'est à craindre, tout est à comprendre".

Publication : 24.01.2013

Contact presse

Delphine CHENEVIER

01 55 55 84 24

Les recherches les plus fréquentes :

© 2013 Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Tous droits réservés