La coopération internationale en matière d'enseignement supérieur

Déplacement de Geneviève Fioraso en République de Corée

Déplacement de Geneviève Fioraso en Corée du Sud

A la demande du Président de la République, Geneviève Fioraso s'est rendue à Séoul le 25 février, afin de représenter la France à l'occasion de l'investiture de la nouvelle Présidente de la République de Corée, madame Park Geun-Hye.

Communiqué - 26.02.2013
Geneviève Fioraso

La France et la Corée du Sud partagent de longue date un dialogue et une coopération de haut niveau dans les secteurs culturels, éducatifs et scientifiques.

Avec 3,3 millions d'étudiants pour 59 millions d'habitants, des dépenses de R&D représentant 4,32 % du P.I.B., dont plus de 75 %  consentis par le privé (un des taux le plus élevé au sein des pays de l'O.C.D.E.), la République de Corée a misé avec volontarisme sur l'enseignement supérieur et la recherche technologique pour dynamiser son économie et son innovation.

Cette visite a été l'occasion de plusieurs temps d'échanges. La ministre était accompagnée de Vincent Berger, Président de l'Université Paris Diderot, université en pointe depuis près de 40 ans pour les formations au coréen, avec un succès croissant et des séjours intégrés aux études.

"La France et la Corée sont complémentaires pour plusieurs raisons", souligne Geneviève Fioraso : "tandis que notre pays doit développer davantage la recherche technologique, l'innovation et augmenter la contribution de l'industrie dans les dépenses de R&D, la Corée fait le pari de relever le niveau de sa recherche fondamentale jugée trop faible, en appui à sa puissance technologique."

Plusieurs priorités communes de recherche sont identifiées :

  • la transition énergétique, avec un socle nucléaire pour les deux pays, associé au développement des réseaux intelligents, des énergies renouvelables, des mobilités durables (voiture électrique, pile à combustible, batteries...) ;
  • la santé, les biotechnologies ;
  • les technologies de l'information et la microélectronique ;
  • la participation de la Corée du Sud au projet ITER à hauteur de 9 % : il s'agit du plus important projet de coopération scientifique et technologique au niveau mondial.

Une rencontre avec les dirigeants des principales institutions académiques sud-coréennes, telles que l'Académie des sciences, le Korean Research of Fundamental Science and Technology, le Nuclear Fusion Research Institute, Daegu Gyeongbuk Institute of Science and Technology, Seoul National University, a permis d'identifier les pistes de coopération dans les grands domaines d'intérêt commun. Ces coopérations pourront se faire en bilatéral ou dans le cadre de programmes européens, le volet compétitivité pour lequel la France s'est engagée ayant bénéficié d'une augmentation de 20 %.

Avec les chefs d'entreprises françaises (Alcatel, Thalès, Air liquide, Sanofi, Institut Pasteur de Corée) ayant une activité de R&D en Corée du Sud, la ministre a pu échanger sur les atouts de la Corée du Sud dans le domaine de l'innovation, en particulier l'esprit d'entrepreneuriat, la prise de risque en termes de financement public, et la dynamique de la recherche technologique. En matière contractuelle, la protection de la propriété industrielle et les clauses de commercialisation font l'objet de points de vigilance particuliers.

Une quinzaine d'étudiants français issus de onze établissements français (universités, écoles de management et de gestion, écoles d'ingénieurs), en mobilité dans sept universités sud-coréennes, se sont rendus à la Résidence de France. Ils ont échangé très spontanément avec la ministre, lui faisant part de leurs motivations, parcours et perspectives, ainsi que de leur vision, tant des avantages du système d'enseignement, avec un tutorat systématique et bénévole des étudiants étrangers, que des points à améliorer, en matière d'interactivité pédagogique et de protection sociale.

Deux visites de centres privés de R&D ont permis à la ministre de rencontrer les dirigeants de Samsung Electronics et du Bell Labs Séoul.
Samsung Electronics qui assure les trois quart des ventes de Samsung est la 20e entreprise mondiale et consacre 10 % de son chiffre d'affaire à la R&D (portefeuille de 100 000 brevets) avec 18 centres de recherche à l'étranger et 6 en Corée du Sud.

Le Bell Labs de Séoul, ouvert en 2009 sous l'impulsion de la Mairie de Séoul et en partenariat avec l'Université de Corée, consacre ses recherches au traitement de l'information des réseaux de capteurs, des applications du domaine de la télécommunication et des interfaces homme-machine.

Renforcer la mobilité des étudiants en sciences, bâtir des partenariats pour l'augmentation des doubles diplômes, développer des chaires d'excellence en recherche, autant de pistes ouvertes au terme de cette mission, qui s'inscrit également dans le contexte de la préparation de la loi sur l'enseignement supérieur et de la recherche, que porte la ministre. Fort levier pour la compétitivité qualité, l'ouverture internationale des établissements et organismes de recherche est un enjeu important pour le rayonnement de la France comme pour notre compétitivité.

La presse locale a souligné la proximité de la nouvelle présidente de la République de Corée du Sud avec la France, développée lors d'un séjour comme étudiante à Grenoble en 1974. Au cours d'un entretien particulier, la ministre a transmis à la Présidente Park Geun-Hye le message d'invitation à Paris du Président de la République.

 

 

Publication : 26.02.2013

Contact presse

Delphine CHENEVIER

01 55 55 84 24

Les recherches les plus fréquentes :

© 2013 Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Tous droits réservés