Accueil >  Stratégie >  Stratégie transversale >  Loi pour l'E.S.R.

Loi pour l'enseignement supérieur et la recherche

L'enseignement et la recherche, nos armes pour demain

  • Loi d'orientation ESR
Geneviève Fioraso, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche

Geneviève Fioraso a signé une tribune parue dans le quotidien Les Echos le 25 mars 2013.

Dans les médias - 25.03.2013
Geneviève Fioraso

L'enseignement supérieur et la recherche sont au coeur de la société, de ses débats, de ses passions. Les Français se réjouissent de nos prix Nobel, nos médailles Fields, de la découverte du boson de Higgs et des avancées de la lutte contre le sida. Tous domaines où nos chercheurs occupent la première place.

C'est une source de fierté. Mais ne fermons pas les yeux sur une réalité : nos principaux partenaires étrangers font de l'enseignement supérieur et de la recherche des avantages compétitifs dans un monde où la connaissance est devenue la principale valeur économique. Les universités chinoises accueilleront 60 millions d'étudiants en 2020, soit 50% d'une classe d'âge contre 9 % il y a cinq ans. La dynamique est la même en Inde, au Brésil, en Corée.

Le précédent gouvernement affichait des chiffres mirobolants (5 milliards en cinq ans !) pour l'enseignement supérieur et la recherche, en additionnant allègrement les aides fiscales, les dotations non consommables et, pour un volume hélas bien moindre, les crédits effectivement alloués aux établissements. La réalité, confirmée par la Cour des comptes, était celle d'une baisse des dotations récurrentes à l'origine de la situation délicate d'un quart de nos universités.

Favoriser la réussite de tous les étudiants, quels que soient leur baccalauréat et leur origine : c'est la priorité de la loi d'orientation présentée le 20 mars dernier. C'est la meilleure arme anticrise ! Pour atteindre enfin l'objectif de 50% de jeunes diplômés, elle programme la création de 5 000 postes ciblés sur le premier cycle et mise sur l'orientation, la spécialisation progressive et l'innovation pédagogique, notamment grâce au numérique et à l'alternance.

La baisse des dotations a mis un quart de nos universités en difficulté

Préparer l'avenir, c'est aussi s'appuyer davantage sur notre recherche pour répondre aux grands défis économiques et sociétaux du XXIe siècle. Dans la compétition mondiale, nous devons d'abord préserver notre atout majeur, la recherche fondamentale. Menacée par la course permanente aux crédits, elle sera préservée par des programmes de plus long terme. Mais nous ne devons pas être naïfs : ce sont les pays déterminés à investir dans la technologie qui tireront bénéfice des connaissances produites par la recherche fondamentale. Pour réussir cette transformation de l'invention en innovation, donc en emplois, il faut développer notre recherche technologique, notre point faible. C'est engagé. Les partenariats entre laboratoires publics et P.M.E. font dès cette année l'objet de 100 nouveaux programmes. Le développement du transfert est inscrit dans la loi, afin de traverser la "vallée de la mort" qui sépare la recherche fondamentale de la création d'emplois innovants.

A l'instar de l'Allemagne avec le High Tech Strategy 2020, du Royaume-Uni et ses Eight Great Technologies ou du Japon avec son programme Rebirth, la loi dotera la France d'un véritable agenda stratégique de la recherche, France Europe 2020. C'est le retour de l'Etat stratège. Les organismes de recherche préparent déjà ce travail qui relèvera 8 grands défis, harmonisés avec le programme européen Horizon 2020 : lutte contre le changement climatique et gestion sobre des ressources, transition énergétique, réindustrialisation, santé, systèmes urbains durables...

Le projet de Loi sur l'enseignement supérieur et la recherche propose au service public de l'enseignement supérieur et de la recherche et, au-delà, à tous les Français, un pari gagnant pour l'avenir. Qualifier davantage de jeunes, ouvrir l'université sur son écosystème et sur le monde, encourager la mobilité des étudiants et des chercheurs, attirer les talents du monde entier, investir à contre-cycle pour imaginer dans nos laboratoires un monde de progrès, c'est l'occasion d'une formidable mise en mouvement collective qu'il faut absolument saisir, ensemble.

Publication : 25.03.2013

Contact presse

Delphine CHENEVIER

01 55 55 84 24

Les recherches les plus fréquentes :

© 2013 Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Tous droits réservés