Accueil >  Recherche >  Domaines de la recherche >  Espace >  Actualité espace

Actualité espace

Rapport de la Cour des Comptes sur la politique de transport spatial de la France

Lancement Ariane 5 ECA vol 164© CNES

La Cour des Comptes a transmis le 28 janvier dernier un rapport sur "la politique de transport spatial de la France" à la ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, Geneviève Fioraso, rapport qui a fait l'objet d'une réponse argumentée et détaillée.
 

Communiqué - 4.04.2013
Geneviève Fioraso

La ministre rappelle que l'accès autonome à l'espace est le socle de toute politique spatiale ambitieuse et la France a donc, dès les années 1960, retenu le transport spatial parmi ses priorités.

Mais très tôt, la France a décidé de mener cet effort dans un cadre européen, pour des raisons politiques, opérationnelles, industrielles et financières : Ariane est un exemple emblématique de la construction européenne, un système répondant aux besoins opérationnels des pays européens, fédérant leurs industries spatiales et permettant de mutualiser le coût de l'accès fiable à l'espace par rapport à des solutions purement nationales.

C'est cette politique ambitieuse et résolument européenne que la Ministre a défendue pour la France à Naples en novembre 2012 lors du conseil ministériel de l'ESA.

Un conseil ministériel qui a confirmé, dans un contexte budgétaire européen contraint, la pertinence de la coordination à l'échelle européenne d'une politique spatiale cohérente qui permet de mutualiser les programmes et conforter une véritable filière industrielle européenne !

La montée en puissance de la Grande Bretagne sur des programmes ciblés de l'ESA en est une parfaite illustration.

La France, leader dans le programme des lanceurs, a retracé avec ses partenaires européens une nouvelle perspective pour Ariane qui répond précisément aux recommandations de la Cour.

En effet, l'évolution vers Ariane 6 a été actée, avec l'objectif d'un lanceur plus robuste, répondant aux besoins institutionnels et mieux adapté à l'évolution du marché.

Une attention particulière est portée à la gestion de la transition, pour garantir les emplois et les compétences industrielles. Ainsi, le leadership d'Ariane 5 durant cette période sera consolidé avec un programme adapté.

Une nouvelle approche a été définie, basée sur la recherche d'une synergie maximale entre la future Ariane 6 et les évolutions d'Ariane 5 pour optimiser les développements et les coûts tout en minimisant les risques. Cette nouvelle vision des lanceurs, avec une feuille de route cohérente ARIANE-VEGA, est partagée et co-construite avec nos deux partenaires clés, l'Allemagne et l'Italie.

C'est donc un programme global "Lanceurs" de plus de 600 millions d'euros qui a été voté à Naples avec une contribution de plus de 50% du budget par nos partenaires. La préoccupation de la Cour des comptes d'un meilleur équilibre de financement est donc très largement atteinte grâce à une mise en cohérence du programme.

Geneviève Fioraso pour conclure indique :

"La politique française et européenne dans le domaine des lanceurs a fait ses preuves : Arianespace est le numéro 1 mondial du lancement des satellites commerciaux avec plus de 50% marché.

Il faut en être fier ! Dans ce domaine de hautes technologies, la diffusion de ces innovations dans l'ensemble du tissu économique a un impact important sur le redressement du pays par la montée en gamme de notre industrie et services et dons sur l'emploi. Mais la concurrence de plus en plus forte et l'évolution du marché nous obligent à innover et préparer le futur. C'est ce que nous faisons avec Ariane 6, dans un esprit et un financement européens".

 

 

 

Publication : 4.04.2013

Contact presse

Delphine CHENEVIER

01 55 55 84 24

Les recherches les plus fréquentes :

© 2013 Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Tous droits réservés