Accueil >  Stratégie >  Stratégie transversale >  Loi pour l'E.S.R.

Loi pour l'enseignement supérieur et la recherche

Réponse de Geneviève Fioraso à Marie-Odile Bouillé, députée de Loire-Atlantique

Assemblée nationale© Assemblée nationale

A l'occasion d'une question orale à l'Assemblée nationale mardi 28 mai, Geneviève Fioraso est revenue sur les grandes avancées attendues dans le projet de Loi relatif à l'enseignement supérieur et à la recherche.

Parlement et Institutions - 28.05.2013

La priorité numéro un de ce texte, qui a fait l'objet de riches échanges en séance, et dont je remercie les députés pour ces débats, c'est la réussite des étudiants. C'est la raison pour laquelle les principales organisations étudiantes soutiennent ce texte qui les concerne directement.

Car le constat est sans appel : malgré les promesses, malgré les annonces et 370 millions d'euros du Plan Licence, la réussite des étudiants en Licence a reculé de 5 % depuis 2006 et l'ascenseur social a régressé durablement.

La loi  d'orientation fixe un objectif ambitieux : élever le niveau de qualification du pays avec 50 % d'une classe d'âge diplômée du supérieur. C'est conforme aux aspirations des jeunes, de leurs familles, aux attentes de la société et aux besoins de l'économie.

La réussite des étudiants :

  • c'est privilégier l'orientation des bacheliers pro et des bacheliers techno respectivement en S.T.S. en I.U.T.. C'est aussi une mesure de justice sociale ;
  • c'est miser davantage sur l'insertion professionnelle et l'ouverture au monde socio-économique. Voilà pourquoi nous souhaitons doubler l'alternance dans le supérieur, et développer les stages mieux encadrés dans le 1er cycle qui fassent partie intégrante de la formation ;
  • c'est simplifier le maquis des diplômes et rendre l'offre de formation plus lisible, pour les jeunes, leur famille comme pour les employeurs ;
  • c'est faire de l'étudiant l'acteur de son projet personnel et professionnel, en favorisant la spécialisation progressive en Licence et en facilitant les réorientations sans redoublement.

La 2e priorité de ce texte, c'est de donner une nouvelle ambition à la recherche fondamentale et technologique, alors que nous sommes au 6e rang au niveau mondial en production scientifique, mais nous ne sommes que 15e et 17e selon les indicateurs en matière d'innovation.

Il faut :

  • préserver la sérénité et le rythme de la recherche fondamentale trop déstabilisée par la frénésie d'appels à projets ;
  • inscrire le transfert, chaque fois que c'est possible, comme une mission de service public, pour améliorer le passage de l'invention à l'innovation, donc à l'emploi, 80 % des emplois créés en Europe le sont grâce à l'innovation technologique.

Voilà le sens de notre politique. Voilà pourquoi cette loi est une loi de progrès, avec 1 000 postes créés par an pendant le quinquennat. Voilà le cap qui est tenu, pour le redressement de notre pays.

 

 

1ère publication : 28.05.2013 - Mise à jour : 31.05.2013

Les recherches les plus fréquentes :

© 2013 Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Tous droits réservés