L'espace européen de la recherche (E.E.R.)

Conseil de compétitivité de l'U.E. consacré à l'espace et à la recherche

Conseil de l'union européenne© Concilium

Le Conseil de compétitivité de l'Union Européenne consacré à l'espace et à la recherche qui s'est tenu jeudi 30 mai à Bruxelles, a permis d'adopter des résolutions sur la politique industrielle spatiale et sur le calcul Haute Performance. Les ministres ont également débattu des grands enjeux du programme Horizon 2020.

 

Communiqué - 30.05.2013
Geneviève Fioraso

Geneviève Fioraso  a représenté la France, à Bruxelles, le jeudi 30 mai, dans le cadre du Conseil de compétitivité de l'Union Européenne consacré à l'espace et à la recherche.

Intervenant en tant que "Keynote speaker" lors d’une conférence ministérielle sur la stratégie européenne de la Micro-Nanoélectronique "EU’s Future Strategy for Micro and Nano-Electronics", la ministre, en écho aux propositions de la Commissaire européenne chargée de la société numérique, Neelie Kroes, a salué l’initiative "Airbus of Chips" portée par la commission pour doter l’Europe d’une véritable politique industrielle d’innovation dans ce secteur stratégique qui participe à plus de 10% à la richesse de l’Europe. Cette politique ambitieuse, qui a pour objectif de mobiliser 100 Md€ sur cette filière et doubler la production en Europe de puces électroniques "moins coûteuses et plus intelligentes" pour atteindre 20% de la production mondiale, soit d’avantage que les Etats-Unis, prévoit "un renforcement des trois clusters électroniques européens de niveau mondial, Dresde en Allemagne, Eindhoven-Leuven aux Pays-Bas-Belgique et Grenoble".

Ce conseil a permis d'avancer sur plusieurs points :

  • L’adoption des conclusions du conseil sur la politique industrielle spatiale a été l’occasion pour la ministre de rappeler l’attention portée par de la France au programme scientifique Copernicus. Elle a insisté sur l’exemplarité de Galiléo, qui fait avancer la connaissance scientifique tout en assurant l’autonomie de l’Europe dans l’accès à l’espace et en confortant une véritable filière industrielle, créatrice d’emplois diversifiés, à la fois pour les grands groupes et les P.M.E.. en Europe;
  • L’adoption des conclusions de la présidence irlandaise sur le Calcul Haute Performance, en soutien à la Communication de la Commission de février 2012. La ministre a exprimé le caractère stratégique du calcul haute performance pour l’excellence scientifique et sa diffusion dans le tissu industriel, en particulier les P.M.E.. La recherche, l’innovation et la compétitivité dépendent de plus en plus de notre capacité à traiter, dans tous les domaines, des volumes de données en croissance permanente. C’est tout l’enjeu du "big data", pour lequel la France bénéficie d’atouts scientifiques et industriels remarquables;
  • En vue d’aboutir à un accord de qualité avec le Parlement européen, dès la première lecture, les ministres ont débattu des deux grands enjeux du programme Horizon 2020, pour la compétitivité et l’emploi : l’accès simplifié aux financements, pour lequel la ministre se bat depuis des mois en accord avec les laboratoires publics et les P.M.E., et les grandes orientations budgétaires.

Après une discussion animée sous présidence irlandaise, en présence de deux Commissaires européennes, Máire Geoghegan-Quinn, Commissaire en charge de la Recherche, de l'Innovation et de la Science, et Androulla Vassiliou, Commissaire en charge de l'Éducation, de la Culture, du Multilinguisme et de la Jeunesse, deux orientations ont été confirmées :

  • La simplification a été unanimement soutenue et adoptée ;
  • Concernant le budget, un an après l’adoption du pacte de croissance,  la ministre s’est félicitée de l’augmentation importante des politiques de compétitivité, en particulier le grand programme de recherche et développement Horizon 2020, que le Conseil européen a courageusement arbitré. Cette décision traduit une vision d’avenir pour la croissance et les emplois en Europe.

La ministre a réaffirmé l’importance d’un équilibre dans le soutien à la recherche : la recherche fondamentale d’abord, en particulier grâce à l’augmentation des crédits accordés au Conseil européen de la recherche (ERC) et aux actions Marie Curie, qui encouragent des programmes d’excellence de recherche fondamentale et la mobilité des jeunes chercheurs.

Soutenue par plusieurs délégations, dont l’Allemagne, la ministre a ensuite insisté sur la nécessité de soutenir davantage le programme des "LEIT - Leading Enabling Industrial Technologies", qui sont le levier essentiel pour la transformation des résultats de recherche en produits et services innovants, donc en emplois, dans une période où le chômage des jeunes est une préoccupation partagée par tous les Etats-membres.

Cette prise en compte d’un soutien renforcé aux technologies clefs génériques a été confirmée, au service de la ré-industrialisation et de l’emploi dans les nouvelles filières en Europe.

Une orientation forte sera également donnée aux nouvelles énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique dans le cadre de ces programmes d’avenir.

La ministre a enfin rappelé l’urgence d’un débat sur le budget EURATOM, qui est une partie intégrante du budget total d’Horizon 2020 et sur l’inclusion du projet ITER dans les crédits pluriannuels.

La ministre se réjouit des conclusions de la Présidence irlandaise qui veut intensifier les négociations avec le Parlement européen, en vue d'aboutir à un accord en première lecture sur l’ensemble du programme Horizon 2020 avant la fin du mois de juin.

 

1ère publication : 30.05.2013 - Mise à jour : 4.06.2013

Les recherches les plus fréquentes :

© 2013 Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Tous droits réservés