Logement étudiant

Résidence universitaire d'Antony : un accord privilégiant l'intérêt des étudiants

L'accord conclu entre l'Etat et les collectivités locales, concernant la résidence universitaire d'Antony, prévoit  1080 logements étudiants sur la résidence, 1200 logements nouveaux implantés dans le périmètre de la Communauté d'agglomération des Hauts-de-Bièvre, et la construction de 3000 logements supplémentaires dans les Hauts-de-Seine. Le programme doit être réalisé d'ici 2019.

Communiqué - 28.06.2013
Geneviève Fioraso

Le logement étudiant est un enjeu majeur du développement de l'enseignement supérieur. Le poste de dépense "logement" représentant pour certains étudiants près de 70% des revenus en Ile de France, cet effort rend parfois difficile la poursuite d'études et participe de leur échec. Le rattrapage du déficit d'offres est donc un objectif prioritaire pour le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche.

Un long contentieux juridique bloquait depuis plusieurs années le chantier de requalification de la résidence universitaire d'Antony, dont l'état dégradé ne permet plus l'accueil d'étudiants dans de bonnes conditions. Une décision juridique récente a, de plus, contraint l'Etat à restituer le terrain concerné, jusqu'alors propriété du M.E.S.R., à la Communauté d'agglomération des Hauts-de-Bièvre à compter du 25 juin 2013, sous peine de paiement de pénalités. Ces contraintes juridiques et la dégradation des bâtiments ont amené le ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, après une décision interministérielle, à sortir par le haut de ce blocage, au bénéfice du logement étudiant.

L'accord trouvé hier avec les collectivités (Conseil Général des Hauts-de-Seine, Communauté d'agglomération des Hauts-de-Bièvre, Ville d'Antony) permet désormais :

  • de conserver sur la résidence, après réhabilitation, 1 080 logements étudiants ;
  • de compenser les places perdues à hauteur de 1 200 logements nouveaux, prioritairement implantés dans le périmètre de la Communauté d'agglomération des Hauts-de-Bièvre et dans les communes limitrophes,
  • de prévoir la construction de 3 000 logements supplémentaires à l'échelle du département des Hauts-de-Seine.

L'accord prévoit également : 

  • d'encadrer les loyers de sortie, toutes charges comprises, dans les limites fixées par les aides régionales ;
  • des résidences accessibles, pour les nouveaux logements, situées à moins de 30 minutes par transport en commun, des pôles d'enseignement supérieur .
  • un comité de suivi associant l'Etat, les collectivités, le CROUS et les étudiants, qui permettra de garantir le respect des termes de l'accord.

Les opérations de construction de logements nouveaux seront rendues publiques et feront l'objet d'une concertation entre les partenaires. Ce programme doit être réalisé d'ici 2019, selon les termes de l'accord.

Le préfet des Hauts‐de-Seine a donc pris un arrêté de transfert de la résidence à la Communauté d'agglomération des Hauts-de-Bièvre, en application de la décision de justice.

Le ministère de l'Enseignement supérieur a souhaité privilégier l'intérêt général des étudiants, grands perdants du trop long contentieux juridique qui a jusqu'alors bloqué les travaux de la résidence. L'objectif global du M.E.S.R. reste de programmer la construction, pendant le quinquennat, de 40 000 logements étudiants, dont 16 000 en Ile de France, là où la pénurie est la plus criante. La diversification des montages juridiques, en sortant du tout P.P.P. imposé lors du dernier quinquennat pour les plans campus, a déjà permis de débloquer 13 000 projets de logements étudiants et une convention signée par le M.E.S.R. et la Caisse des Dépôts et Consignations il y a deux mois à Strasbourg, prévoit notamment la construction et la réhabilitation de logements étudiants peu consommateurs d'énergie, aux charges réduites.

L'opération débloquée à Antony s'inscrit dans ce contexte global. Le ministère tient à remercier les élus, l'association des amis de la résidence et les étudiants qui se sont mobilisés ainsi que les collectivités locales, le Préfet et le Recteur : tous ont contribué à ce qu'un accord soit trouvé.

1ère publication : 28.06.2013 - Mise à jour : 29.06.2013

Les recherches les plus fréquentes :

© 2013 Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Tous droits réservés