Remise des prix du 15e concours national d'aide à la création d'entreprises de technologies innovantes

Les lauréats du 15e concours d'aide à la création d'entreprises innovantes© M.E.S.R./X.R. Pictures

175 lauréats ont été récompensés lors de la 15e édition du concours national d'aide à la création d'entreprises de technologies innovantes, dispositif unique en France d'aide au démarrage d'entreprises innovantes.

Communiqué - 2.07.2013
Geneviève Fioraso

Album photo de la remise des prix

Communiqué

Le mardi 2 juillet 2013, Geneviève Fioraso a présidé la cérémonie de remise des prix du concours national d'aide à la création d'entreprises innovantes.

 
Créé par le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche dans la dynamique de la loi de 1999 sur la recherche et l'innovation, le concours fête cette année sa 15e édition, avec 175 lauréats sélectionnés parmi plus de 900 candidatures. 120 lauréats "en émergence" ont été sélectionnés par des jurys régionaux, 5 d'entre eux ont été plus particulièrement distingués et bénéficieront d'un accompagnement spécifique auprès des 55 lauréats "création-­développement" distingués par le jury national.  La ministre a tenu à souligner "la part grandissante des projets issus de la recherche publique. Ils représentaient seulement 28 % des projets en 2000. Depuis 2007, ils sont majoritaires et constituent, en 2013, 61 % des projets, illustrant l'apport de la recherche pour l'innovation et l'emploi." 
 
Ainsi, quinze ans après son lancement, le concours est devenu un dispositif phare du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, qui participe à plus de 85 % à son financement. Seul dispositif de soutien à la création  d'entreprises  qui  intervient  en  subvention  et  sans  conditions  de fonds propres, il constitue un dispositif unique en France d'aide au démarrage de l'entreprise, avec 358 millions d'euros mobilisés depuis sa création. A ce jour, ce sont près de 1 500 entreprises de technologies innovantes qui ont été créées par plus de 2 700 lauréats, avec un taux de survie de 70 %.
 
Le Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l'emploi, par lequel le Gouvernement a traduit  sa  volonté de restaurer  la  compétitivité  par  la qualité, place le soutien à l'innovation au cœur de ses priorités. Le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche est mobilisé au premier plan pour relever ce défi de l'innovation et de l'emploi.

Si la France est à la 6e place pour la recherche, elle n'est qu'au 25e rang pour  l'innovation.  Comme  le  souligne  Geneviève  Fioraso,  "c'est  donc  la transformation de l'invention du laboratoire en innovation industrielle ou de services, donc en emplois, qui doit être améliorée : le fameux passage appelé "vallée de la mort" doit être accompagné et devenir un passage "de vie" vers l'entreprise."

C'est tout le sens du plan transfert lancé en novembre 2012 et des mesures en faveur du transfert inscrites dans la loi relative à l'enseignement supérieur et la recherche actuellement en examen au Parlement. C'est également le sens de l'engagement du Ministère, avec bpifrance, sur ce concours.

Lors de cette remise de prix, la ministre a d'ailleurs affirmé sa volonté de renforcer le rôle de ce concours :

  • en  renforçant  l'accompagnement des  lauréats  et  la  croissance  des entreprises  innovantes, en  développant  les  offres  de  formation  à l'entrepreneuriat, la mise en réseau des lauréats pour favoriser les échanges d'expériences entre créateurs et entrepreneurs confirmés;
  • en  valorisant  l'entrepreneuriat  étudiant,  avec  la  création  pour  la prochaine  édition  d'un  "prix  spécial" pour les étudiants, avec un accompagnement en formation spécifique, associé à un label "étudiant entrepreneur" et des droits spécifiques associés.
1ère publication : 2.07.2013 - Mise à jour : 8.07.2013

Les recherches les plus fréquentes :

© 2013 Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Tous droits réservés